CAN 2015: coupe d’Afrique des nation sous la ménace d’EBOLA

Posté par Adolphe Habimana le 14 décembre 2014

La Coupe d’Afrique des nations de football 2015 est la 30e édition de la Coupe d’Afrique des nations de football. Elle se déroule du 17 janvier au 8 février 2015, en Guinée équatoriale, après le désistement du Maroc. L’équipe du Nigeria de football, tenante du titre n’étant pas qualifiée, de nombreuses équipes prétendent à la victoire finale… la suite sur le lien suivant:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Coupe_d’Afrique_des_nations_de_football_2015

Publié dans actualité africaine, divers:sport, divertissement | Pas de Commentaire »

Rwanda VS BBC: Le film qui dérange!

Posté par Adolphe Habimana le 14 décembre 2014

Publié dans ACTUALITE, Actualité, actualité africaine, ACTUALITE MONDIALE, Afrique en audiovisuel:histoire | Pas de Commentaire »

RWANDA:UBUHANUZI BWA MAGAYANE

Posté par Adolphe Habimana le 21 mai 2014

.

RWANDA:UBUHANUZI BWA MAGAYANE dans ACTUALITE audio UMVA IBYO YAHANUYE.(niba usha kumva kanda hano ujye kuri link ikurikira: http://jkanya.free.fr/nyirabiyoro)
Le messager  Intumwa n° 29 du 16 / 03 / 1993.
1.MAGAYANE YAHANULIYE HABYARIMANA KW’AZAPFA AZIZE GUSOGOTWA INKOTA.
Ibinyamakuru byinshi byagiye byandika kubuhanuzi bwa Magayane, abenshi bakiyongereraho n’ibyifuzo byabo. Byinshi mubyo Magayane yahanuye byarasohoye. Ibindi turacyabiteze yombi. Hali abitwa NYIRABIYORO, MUKUNZI, MINANI, MUKABAZIGA, nabo ubuhanuzi bwabo murabusanga muliyi numero. L’ERE DE LIBERTE n° 9 mars 1993 yanditse impanuro za Magayane. Nkaba nifuza kugeza kubasomyi b’ikinyamakuru icyo mbiziho kuko nafungiwe mu Ruhengeri igihe kirekire. Magayane yanditweho byinshi, sinzinduwe no kubisubiramo, ahubwo ndagirango nunganire uliya MPAYIMANA, ngire utuntu ngenda nkosoramo n’utundi nongeraho.
2.MAGAYANE AFUNGWA
yafunzwe n’urukiko rwa kanto ya Komine Gatonde mu 1978          rumukatira amezi           atandatu (6 mois) azira ko yilirwaga abwira umuhisi n’umugenzi ati HABYARIMANA          ndamukandagiye nimitse KANYARENGWE, ageze mu Ruhengeri ntiyongeye kujya          avuga izina.          Kanyarengwe muruhame, yamwitaga RUGANZU, uzambuka AKAGERA, akazafata u               Rwanda.           aliko ntarutegeke. Ati ntazageza kumyaka ibili ategeka u Rwanda.
3.Kw’ifungwa rya Major RIZINDE yagize ati:
Hali umugabo munini wambaye amataratara uzaba ashorejwe imbunda yilindishaga,         akulikirwe     n’abandi bambaye utubuye kuntugu (inyenyeli) ; arakomeza ati:      abo nibamara kugera muli special, baliya bicwa n’inzara buli munsi, ntibazongera kwicwa n’ inzara, aliko hali intumbi aliko itishwe n’inzara (Hali igisambo gikomoka muli préfecture Butare      cyali gikatiwe imyaka 40 cyahapfiliye muli mars 1983 kizize ko umuyobozi wa gereza       SUKIRANYA   yanze kukivuza gipfa ali inyo umubili wose. Yali yarakubiswe azize   gutoroka gereza ya   Butare.
4.Yabwiye SEMBAGARE  wacungaga gereza ya Ruhengeri ati:
Sha, nawe uzafungwa kandi umusilikali uzagusimbura gutegeka iyi gereza nawe       ntamahirwe afite         kuko nawe azafungwa hanyuma igitero kizaza gufunguza abasilikali bazaba bafungiye       muli spécial,     bazahamusiga azahicirwe n’agahinda.
                       IBISOBANURO
Sembagare yabajije Magayane ati: Insinzi ni iyihe kugirango ntazafungirwa muli spécial? Ati: uzabajishe umuvuba uwushyire imbere y’ umuryango wa spécial aliko umunsi wahavuye nibwo uzafungwa. uwo muvuba wahavanywe na CYARAHANE le 23 avril 1980 uwo munsi kandi nibwo Sembagare yinjiye gereza ya Kigali, abasilikali bamuvanye ku Kabaya aho yali yalimuliwe.
CYARAHANI ntabwo yishwe na LIZINDE nkuko uliya mwanditsi abivuga.
ahubwo Inkotanyi mugufungura cachons Cyarahani yali afungiyemo, zarashe akabuno k’ingufuli, kugirango bayitulitse, Cyarahani aho yakwikinze kukibambasi cya kasho nkuko abandi babigenje, aza kurugi rwa kasho, isasu liramukomeretsa, ba Lizinde mugusohoka, babura uko batwara Cyarahani kuko yali yakomeretse cyane.Adj chef Sukiranya niwe wahorahoje Cyarahani nkaho yamuvuje. Yangaga ko Cyarahani yazashinja Habyarimana iyicwa ry’abapoliticiens bo muli Repubulika yambere.kubera ko Habyalimana aliwe wihereye Cyarahani amategeko yo kwandika ku mafishi y’amahimbano ngo abo bapoliticiens bazize indwara yitwa werewere (beliberi = avitaminose)
Magayane yarangije amezi atandatu yali yarakatiwe arataha ajya iwe; ageze iwe aza kulya inka nyabingi yali yaramubujije, nibwo imusajije; ubutegetsi bwa Komine bumufungira muli gereza ya Ruhengeri. Mbabwire ko Magayane ageze mu Ruhengeri1980 yigeze kwegera za kasho zegeranye na  spécial abwira abali bafungiyemo alibo: Dogiteri MUREGO Donat, Commandant BARIHUTA Damien, Capitaine UWABANDI,  na SEBAHUNDE Maurice ati: Bana banjye nje kubahumuliza, nimuhumure muzafungurwa, mutahe nta n’umwe uzagwa muli gereza.
Ibyerekeye transfert ya Magayane muli gereza ya Kigali:
Magayane yaravuze ati: kandi muminsi ine sinzaba ngifungiye muli iyi gereza. Abanyururu baramuseka bati: « agasaza karalindagiye » Nibwo kumunsi wa kane asimbutse ahagarara kugisoro cyali kimanitse kurukuta rutandukanya igipangu cy’abagore nicy’abagabo (akoreshejwe n’imbaraga zitali izo kuli iyi si; icyo gikuta gifite nka metero 2 z’uburebure) atangira kwicundagura, nyuma asimbukira hejuru y’amabati ya gereza agiye gusimbuka igipangu, umunyururu arulira  aramumanura. Diregiteri wa gereza Cyarahani amwohereza gufungirwa i Kigali. Kugera kuli bus yaherekejwe n’abanyururu: MWITIREHE na NTAMUHANGA. Uwo Ntamuhanga wo muli komine Karago, wali ukatiwe gufungwa burundu, yali yaligeze guteza utuyuzi kuli Magayane; Magayane ati: wowe uzafungurwa aliko uli igikenya hanze ntuzahamara kabili. Uwo Ntamuhanga yafunguwe muli 1983, akigera hanze akubitwa n’inkuba. Hali abavuga ko Magayane yishwe n’abategetsi aliko sibyo: yego Commandant BALIYANGA yaramukangaye, Magayane amaze kumubwira ati: wishe abantu aliko nawe uzafungwa, ati igihe uzaba wubakisha ibigega uzamenye ko igihe cyegereje.Ibyo bigega Baliyanga yabyubakishije mw’Ikora ku Gisenyi …abihunikamo ibirayi
Magayane yazize FALIYARA wali capita w’abasazi ukomoka i Cyangugu ali nawe wabahaga imiti, wali sergent mungabo z’u Rwanda. Faliyara yahanuje Magayane ati: ese muzehe jyewe nzakizwa n’iki ? Magayane ati: ntamukiro wundi uteze, uretse guswera abasazi. Faliyara yararakaye aha Magayane imiti myinshi iramunangura. Magayane yahanuye umunsi azapfiraho muli aya magambo: Yabwiye umwana wali umutekeye imboga, hali kuwa kabili ati: mwana wanjye ihangane sinzakurushya iminsi kuko nzapfa kuwagatanu. Koko rero yapfuye ali kuwagatanu murukerera sa kenda na mirongo ine n’itanu  z’ijoro (3 h 45 du matin) Ihene yahanuwe na Magayane ko izinjira muli gereza yinjiye muli kamena 1982, ntabwo rero ali muli 1981 nkuko byanditwe muli ERE DE LIBERTE. Biliya byanditse kuli page 3 n° 9 muli icyo kinyamakuru cya Mpayimana Eliya, ivura y’iminsi itatu ntabwo iragwa, izagwa mw’ivanwaho ry’ikinani. Ahubwo ziliya mbabazi Habyalimana yatanze igihe PAPA asura u Rwanda, Magayane yali yaravuze ko abo banyururu bazataha.
MUKABAZIGA DAFOROZA.
Uwo mukecuru yaraguliraga abategetsi bakomeye benshi halimo: Habyarimana, Lizinde; Kanyarengwe; Buregeya; Serubuga (hajyagayo umugore) n’abandi benshi tutarondoye, n’abandi… Yaraguye ko Habyarimana azasimburwa n’umuntu uturutse inyuma y’igihugu, aliko atali Kigeli, ngo kuko nta mwami uzongera gutegeka u Rwanda. Yavuze ko kuvaho kwa Habyalimana bizabimbulirwa n’umuntu uzaba   umukulikira m’ubutegetsi uzicwa. Avuga ko uzasimbura Habyalimana azagarura za chefferies; avugako mukuvaho kwa Habyarimana hazima abatutsi, aliko n’abategetsi bose bategekana na Habyarimana bazicwa ali benshi, aliko nyuma ya Habyarimana ikibazo cy’abahutu n’abatutsi kikazarangira burundu.Kandi ko u Rwanda ruzakira.
Yabwiye Lizinde ati: Nuva muli uyu mwanya wa maneko, uzagusimbura ntazigera yegulirwa uwo mwanya (ni HABIYAMBERE Joseph) ati aliko uzasimbura uwo, azaba mubazagambanira Habyarimana (uwo mugambanyi wahanuwe ni NDUWAYEZU).
Sé MUKABAZIGA Daforoza.
UMUPFUMU WO MU MUNIGI
Umupfumu wo mu MUNIGI(zaïre hafi yo mu Byahi) Muli 1981, yavuze ko HABYARIMANA bazamukanda avuye mu mahanga kandi ko icyo gihe hali invura y’amahindu izaba imaze kugwa mu RWANDA. Yanavuze ko bazarasa indege ye, akazapfana n’abagabo batatu. Ati kandi ntanva ya Habyarimana izigera ibaho. Hali umupfumu nyirasenge wa Habyalimana, witwa Kamashara(utuye i Kabare) yazaniye mwisengeneza we uwo mukecuru wali utatse amasaro umubili wose ati: Mwana wanjye bazakwica, kandi igitero kizaza hali umunsi mukuru mulimo, abazahunga bazirukanke mumasaka. Yabimuraguliye bali mugasiza kw’ivuko.
UMWANZURO.
Izo mpanuro zose zihuliza kukintu kimwe. Habyarimana azavaho yoretse abantu benshi. Aliko nawe ntazarokoka. Ngo ukwanze atiretse agutura inzoga y’amanywa, kandi ngo umuntu asiga urumwirukaho, aliko ntasiga urumwirukamo. Inkotanyi zizafata KIGALI zinjiliye mu Bugesera, kandi intambara ikazamara iminsi itatu Bikazaba ali mugihe cy’invura nyinshi. Kubaraguye imihungire ya Kigali, bavuga ko uzahunga yerekeza aho amazi aturuka, ni ukuvuga rero ko ali ukuzerekeza i Gitarama. Abo bapfumu bose bavuze ko, nta insinzi bizagenda  nk’uko byahanuwe. Izo ndagu zose Habyarimana arazizi.Buli gihe iyo Habyarimana yenda kujya mu mahanga, Yatumizaga Mukabaziga , akamara iwe I Kanombe ibyumweru bibili, agataha ali uko Habyarimana atahutse.
(ubu Mukabaziga yitabye iyo hejuru).                       ——————————————————————————————

Publié dans ACTUALITE, actualité africaine | Pas de Commentaire »

RWANDA/UBUCURABWENGE : INDAGU ZA NYIRABIYORO

Posté par Adolphe Habimana le 21 mai 2014

.

 

VERSION 1
Nyirabiyoro ati : « Rukara rw’Igisunzu ruzagwa mu mibyuko, igihugu gicure imiborogo. NYIRABIYORO yari umunyakaragwekazi, akaba n’ umupfumu wari uzwiho ubuhanga busesuye. Ku ngoma ya Kigeli IV Rwabugiri, w’ari warasimbuye Mutara Il Rwogera, NYIRABIYORO yari afite imyaka 55. Icyo gihe (ahagana mu w’i1880), igihugu cyali gifite ibibazo ku nkiko, ikirwa cy’Ijwi cyarigometse, gitegekwa na NKUNDIYE wa KABEGO. Mu Ndorwa no mu Bunyabungo barigometse, imyaka itakera mu buryo bushimishije, u Rwanda ubona rwugarijwe n’akaga. KIGELI IV RWABUGIRI atumiza NYIRABIYORO ngo ahanure insinzi y’ako kaga. Kubera ko RWABUGIRI yateguraga gutera Ijwi mu Ndorwa n’Ubunyabungo akahagarura, NYIRABIYORO amuragurira ko azabatsinda.
Amubwira n’amaza, amumenyesha ko ingoma izahinduka mu gihe kitari kure, abana be RUTARINDWA na MUSINGA bakayirwanira bigacika ku Rucunshu. Koko rero ahagana mu mpera z’umwaka w’1896 MIBAMBWE RUTARINDWA yimye ingoma (RWABUGIRI amaze gutanga) bamuha KANJOGERA (nyina wa YUHI MUSINGA) ho umugabekazi, bafata izina ry’ubutegetsi NYIRAMIBAMBWE. Yari afite basaza be KABARE na RUHINANKIKO, bagambiriye kwambura ingoma MIBAMBWE RUTARINDWA,bakayiha mwishywa wabo YUHI MUSINGA. Niko byagenze rero maze bafatanyije na mushiki wabo KANJOGERA, bararikoroza ku Rucunshu, bica RUTARINDWA, YUHI MUSINGA yima ingoma, nyina aba umugabekazi ku izina rya NYIRAYUHI. NYIRABIYORO yaraguriye RWABUGILI kandi iby’umwaduko w’abazungu n’ibintu bizawukurikira: NYANGUFI uzambura ubutegetsi abanyiginya umunsi imbwa zambaye ingoro ingoma zikavugira mu Marangara. Aragura ko Nyangufi azicwa na RUKARA rw’igisunzu rugenda ruseta ikirenge, ruzateza u Rwanda akaga umunsi ruzagwa mu mibyuko, amaraso akameneka ari menshi. NYIRABIYORO abwira KIGELI ati: « Koko uli KIGELI kigera ikirenge mu cya RWOGERA ». Uragura inkiko uganza u Mulera, uragaruza mu Bushubi no mu Bishugi, uragenga u Buhoma, mu Buberuka no mu Bwanacyambwe, urahaca ibiraro, Nyaruguru no mu Buganza bagatura amahoro. Urarwagura u Rwanda nyamara urakorera ubusa.
RWABUGIRI, yireke Rusine yonke.. NYIRABIYORO Rusine rw’incike ruzima inka rutazibyarira ruzagenda hasi no hejuru, maze rukazagwa igihugu igicuri ? Dore bazaza abagabo b’urutuku rwera, bitwaje imyuko kandi bagenda bicaye. Bazakigabira umubambuzashakwe.. Zirajya hehe Cyimumugizi, Rwoga, Rwamo na Kalinga. Umunsi imbwa zambaye ingoro, ingoma zivugira mu Marangara, ku munsi wa Ngirente, ababyeyi bazifuza kuba ingumba, ubwatsi bwo mu nsi y’inzira buzahura n’ubwo haruguru. U Rwanda ruzahabwa Nyangufi. Azamugenda runono Rukara rw ‘igisunzu ruvuga rugoreka amagambo. Ruzamwirenza Rukara rwambaye utubuye ku ntugu, igihugu rukigabize umugore. Ariko urugo ruvuga umugore ruvuga umuhoro. Dore abasangirangendo bararyana ijoro n’umunsi. Bamwe bashyizwe ku ngoyi Ruganzu yambuka akagera, ashinga imiganda ishyanga, afatana urunana n’abavantara… Dore Rukara rw’igisunzu rugenda ruseta ikirenge aririwe ntaraye.
Uru rugamba mubona ararutsinda ate ? Inkiko zirugalijwe. Aragoreka amagambo ariko niyiyimbire. Dore bazamutsinda mu mibyuko igihugu gicure imiborogo. Intore zizagarura ituze intebe zizicazeho Rukirigitangwe rwa Mudatinya umugabo wambaye uruziga mu mboni. Ihumure riragaragara ariko se ko mbona bacuranwa abana bose ntibahabwe ijambo? Dore Rwego rukangura-shyamba azuye  umugara.
Ese izi mandwa ko mbona zisatiye ku Mulînzi zisakabaka umukuru-ngombwa azayobora imihango ate ? Ndabona umugabo usheshe akanguhe uvuga isi igatigita ababyeyi bakamuha impundu. Dore yegereye ku mulinzi Ruterandongozi. Ashagawe n’abaturage ibihumbi n’ibihumbagiza. Ndabona Rutuku amusanga afashe uruboho mu ntoki, afashe ijambo ahumuliza abaturage, impundu zivuga urwanaga.
Indagu igeze aha Rwabugiri wali wicaye ku gisasiro igihe Nyirabiyoro yamuhanuriraga ibi byose. Yasabye ko yabanza akibambika, yaza kwibambura umunyakaragwekazi akagumya kumubwira ibisigaye, akamubwira n’intsinzi. Nyirabiyoro abanyagikari bamujyanye kumutegurira aho aryama, Umwe muri bo asubiye gufata amategeko ku mwami, asanga uyu ameze nk’ubabaye kubera indagu Nyirabiyoro yari amaze kumugezaho. Uwo munyagikari asohoka atekereza ati uriya mugore usize arakaje umwami akoze ishyano. Amucumita ikimito mu rwano amwica atarangirije Kigeli indagu, ubucurabwenge bwari busigaye bubura butyo.
None se ko ibindi byose Nyirabiyoro yavuze twabibonye uko bingana,   ubu twizere ko amahoro yavuzwe agiye kutugera ho ?
VERSION 2
INDAGU ZA NYIRABIYORO             ————————————-
  Ku batarumva uwitwa Nyirabiyoro, umupfumu wabayeho muri za 1740, dore igice cy’amagambo yuzuye ubuhanuzi yateranye na Kigeli III Ndabarasa, Umwami w’u Rwanda wabayeho mu kinyejana cya 18; ibi byagiye bihererekanywa par tradition orale, ibi byandukuwe mu kinyamakuru CANARD ENCHAINE N° O43 (page 5) cyasohotse mbere y’intambara ya 1994. Icyo kinyamakuru cyandikwaga mu gifransa; nyiracyo yandikaga n’ikindi mu Kinyarwanda:”NYABARONGO”.  Iyi version yasohotse muli za 1993,
NYIRABIYORO NA NDABARASA (1741)
….NYIRABIYORO ati n’ubwo unyise incike ariko nawe ni nk’aho uriyo kuko wabyaye ibigina bitazagira icyo bimarira ingoma. Ati nyuma y’ingoma eshatu, niho hazaza RWAGITINYWA[1] uzarasana inkundura mu myambi n’ibishirira. Ati azaganza ariko igitero azagaba hakurya y’amazi magari kizamusama[2].
NDABARASA wari umaze umwanya ajunjamye asa nawe n’urimo kubonekerwa asubiza NYIRABIYORO ati ntacyo RUTAMU[3] azaramira ingoma.   NYIRABIYORO: Umunsi se RUTAMU yatsindiriwe kuri SINE[4] ikayitera umugeri igatora iyayo, bizagenda bite?   NDABARASA: Yireke RUSINE[5] yonke.   NYIRABIYORO: Uravuga se RUKARA mbona rurebera mw’ihembe?[6] Umunsi yacumitanye na RUTAMU ko mbona azarutera amacumu akarutwikira mu nzu nk’umugome, rukota ku manywa rugakongoka ![7]   NDABARASA: RUKARA nyirarwo azarusegasira.   NYIRABIYORO: Urankangisha se RUKARA rutwariye urumoso rutsinze umusaya? Ko mbona se ibigenzi bifite uruhu rutukura[8] nk’urw’impinja bizaza bitereye amasuka[9] ku ntugu azabikizwa n’iki? Ese ko mbona ikinyamaswa gihetse ikindi giturutse mu MUBALI wa KABEJA azagitsindisha iki?[10] Ese iriya nyamaswa izatera umurizo I Karagwe undi ikawutera I Bunyabungo wowe urayibona?[11] Biriya bigenzi bifite uruhu nk’urw’impinja ko RUKARA abirebera mw’ihembe azabigamburuza bizagenda bite? Ko mbona RUKARA rwonkereje nyina mu muraru, maze rukagwa igihugu igicuri?[12]
NDABARASA: RUKARA rw’amabuno[13] azime ingoma.   NYIRABIYORO: Urankangisha RUKARA rw’incike[14] mbona ruzagenda hasi no hejuru rukagenda mu nda y’inzovu, harimo ibuye rivuza ubuhuha, narwo ruzagwa ishyanga hakagaruka umurambo?   NDABARASA: RUKARA rundi azaramire ingoma.   NYIRABIYORO: Urankangisha RUKARA rw’igisage rutazambara ikamba rukaraza ariko ntirusamure, maze rukazagaruka mu Rwanda rushaje?[15] Dore nta kabuza u Rwanda ruzarara nze. Ndabona ba bagabo b’urutuku igihugu bakigabije umubambuzashakwe[16]. Ese zirajya he CYIMUMUGIZI, RWOGA, RWAMO na KALINGA ![17] Dore umunsi imbwa zambaye ingoro, ingoma zivugira mu Marangara, ku munsi wa Ngirente, ababyeyi bazifuza kuba ingumba.[18] Ubwatsi bwo munsi y’inzira buzahura  n’ubwo haruguru yayo maze arugenge NYANGUFI.[19] Ariko ariyimbire kuko amugenda runono RUKARA rw’igisunzu rugoreka amagambo[20].
RUKARA rw’igisunzu rwambaye utubuye tubengerana ku ntugu azirenza NYANGUFI, igihugu akigabire  umugore[21]. Ndabona abasangirangendo baryana ijoro n’umunsi bamwe bashyirwa ku ngoyi[22], RUGANZU yambuka Akagera ashinga imiganda I Karagwe yunga ubumwe n’abavantara. Ariko RUKARA rw’igisunzu rugenda rutseta ikirenge[23] aririwe ntaraye. Uru rugamba mbona ararurwana ahereye hehe?[24] Aragoreka amagambo ariko niyiyimbire ndabona aguye mu mibyuko igihugu gicura imiborogo,intore zigarura ituze, intebe ihabwa RUKIRIGITANGWE RWA MUDATINYA akarangwa n’uruziga mu mboni[25]. Ihumure riragaragara ariko ndabona bacuranwa, abana bose ntibahabwa ijambo. Ndabona RWEGO RUKANGURA-SHYAMBA afite inkoni y’icyuma mu ntoki. Ndabona imandwa zisatira ku mulinzi zisakabaka. Ese ko ntabona uyoboye imihango umukuru ngombwa arava he?
Ndabona RUKIRIGITANGWE RWA MUDATINYA ashinze icumu I Bunyabungo bavuga amacumu abakuru b’ingabo. Ndabona I Karagwe habaye ingaruzwamuheto abavuzi b’amacumu barizihirwa. Ko mbona se u Rwanda rushubijwe bene rwo ariko umwezi ntutambe? Ko mbona RUTUKU agaruye induru impundu zikabura?
Dore ubwatsi bwo mu nsi y’inzira bwongeye guhura n’ubwo haruguru yayo ariko ndabona RUGILI mu nda y’inyoni ahageze aramira ingoma bamuha ijambo atangariza bose ati u Rwanda ndarubogoye.
Maze u Rwanda rutemba amata n’ubuki.

 » Abafite amatwi nibumve ibigiye kuba ngo u Rwanda rugere ku mahoro asesuye. Uliya RUGILI uzataha munda y’inyoni agatanga ihumure ni nde??  »

Source: CANARD ENCHAINE No.43, page 5
——————————————————————————–
Ibisobanuro:
[1] RWAGITINYWA ni Kigeli IV Rwabugiri [2] Kigeli IV Rwabugiri yakomerekeye bikomeye ku rugamba rwo kw’Idjwi I Bunyabungo,     hanyuma atanga ari mu rugo rwe rw’I Rubengera.
[3] RUTAMU ni Mibambwe Rutarindwa [4] SINE ni umugabekazi Kanjogera. Rutarindwa yimitswe ari impfubyi atagira nyina.     Nta mwami rero wimaga atagira umugabekazi. Nuko bamutsindira kuri muka se Kanjogera     nyina wa Musinga.
[5] RUSINE yaba ari Musinga umuhungu wa Kanjogera.     Niwe Nyirabiyoro yita Rukara rurebera mw’ihembe.
[6] Kurebera mw’ihembe nuko Musinga yari afite amaso manini cyane,    ku buryo wabonaga asa n’ureba imirari.
[7] Aha Nyirabiyoro arashaka kuvuga ibyo ku Rucunshu,     aho ingabo za Musinga afanyije na Nyina Kanjogera na nyirarume Kabare,     bateye umwami Rutarindwa iwe bakahatwika hagahinduka umuyonga.
[8] Aha arashaka kuvuga abazungu [9] Amasuka ni imbunda. [10] Aha Nyirabiyoro arashaka kuvuga abazungu ba mbere baje bahetswe n’indogobe,      bagaturuka mu Mubali, mu burasirazuba bw’u Rwanda.
[11] Iyi nyamaswa ni umuhanda uva muri Tanzaniya ukagera I Bukavu wambukiranyije u Rwanda.      Niwo agereranya n’inyamaswa y’imirizo ibiri. Ntabona neza umutwe n’umurizo.
[12] Aha Nyirabiyoro aravuga ukuntu Abapadri bera muri 1931 bazacira Musinga I Kamembe,      hanyuma akahava ajya I Moba muri Kongo aho yaguye.
[13] RUKARA rw’amabuno ni umwami Mutara Rudahigwa [14] Rudahigwa yabaye incike kuko nta mwana yabyaye.      Yabaye umwami wa mbere w’u Rwanda wagendeye “mu nda y’inzovu” (mu ndege)      ajya I Bulayi muri 1949 no muri 1958.Ibuye rivuza ubuhuha ni moteri yayo.      Hanyuma kuwa 25 Nyakanga 1959, Rudahigwa yaguye I Bujumbura hagaruka umurambo.
[15] Uyu Rukara rw’igisage ruzagaruka mu Rwanda rushaje ni Kigeli V Ndahindurwa. [16] Nyirabiyoro aravuga ukuntu abazungu bazagabira igihugu umuhutu. [17] Aya ni amazina y’ingoma z’ibwami. [18] Aha Nyirabiyoro araragura iby’intambara ya 1959-1961 bise Muyaga,      yarangiye Kayibanda ahabwa ubutegetsi Kubera amagorwa y’ubwicanyi,      inzara, kubura aho wihisha n’aho uhisha abana, ababyeyi bifuzaga kuba ingumba.
[19] Amayira azasiba kubera intambara, hanyuma Kayibanda ategeke u Rwanda. [20] Rukara rw’igisunzu ni Habyarimana. Kugoreka amagambo nuko avuga urukiga,      avuga amagambo y’ikinyarwanda nabi.
[21] Umugore wa Habyarimana, Agata Kanziga na basaza be      nibo bicaga bagakiza muri iki gihugu.
[22] Aha Nyirabiyoro aravuga ubwumvikane buke bwavutse hagati y’abafatanyije      na Habyarimana guhirika Kayibanda, maze bamwe muri bo bagafungwa.
[23] Habyarimana yari afite igisunzu, kandi yari yaravunikiye mu myitozo ya gisirikare      akiri muri Ecole d’Officiers, ku buryo yacumbagiraga gato.      Waba utabizi ukaba utabibona kuko yashyiragamo ifiyeri.
[24] Urugamba rwo kurwana na FPR Inkotanyi. [25] Rukirigitangwe rwa Mudatinya ni Paul Kagame,      imboni ku maso zimuranga ni amadarubindi yambara.
Uwatanze ibi bisobanuro ntabwo yakomeje ngo arangize ubanza ibikurikira ubutegetsi bwa Kagame atabyifuza.

Publié dans ACTUALITE, actualité africaine | Pas de Commentaire »

RWANDA:L’âme du Rwanda décryptée par Colette Braeckman

Posté par Adolphe Habimana le 9 mai 2014

mediaDans sa description du nouveau Rwanda, Colette Braeckman ne porte pas de jugement, mais cherche à comprendre.Le Soir/Alain Dewez

Journaliste du quotidien belge Le Soir, spécialiste du Congo et de la région des Grands Lacs, Colette Braeckman vient de publier Rwanda : Mille collines, mille douleurs. Un condensé de ses réflexions sur le chemin parcouru depuis la colonisation et le génocide des Tutsis.

Colette Braeckman a répondu à l’appel d’un ami journaliste, Richard Werly, reporter pour le quotidien suisse Le Temps et patron de la petite maison d’édition Nevicata : raconter le Rwanda sans faire un pavé, mais en 80 pages maximum. Le format de sa collection L’âme des peuples, destinée au voyageur curieux.

Colette Braekman a relevé le défi, en allant à l’essentiel. Elle propose, sous la forme d’un récit de voyage, une réflexion personnelle tirée de ses nombreux reportages au Rwanda, avant, pendant et après le génocide. Un crime absolu qu’elle présente d’emblée comme « le prix maximal que le peuple rwandais a été obligé de payer pour sortir des chaînes de la domination coloniale et post-coloniale ».

Deux légitimités s’affrontent avant le génocide, rappelle-t-elle : celle des Hutus « forgée depuis l’indépendance et nourrie par les injustices de l’ère coloniale », les missionnaires belges ayant privilégié les Tutsis pour asseoir la domination coloniale – avant que Bruxelles ne prenne soudain parti pour les Hutus, quand les Tutsis manifestent des velléités d’indépendance.

Seconde légitimité : celle du combat des Tutsis, massacrés à plusieurs reprises et nombreux à avoir été contraints à l’exil. Ils veulent retrouver un « pays perdu et idéalisé », explique Colette Braeckman, et puisent leur détermination dans des traditions guerrières du Rwanda « d’avant », effacées de l’imaginaire collectif par le pouvoir hutu.

 

RWANDA:L’âme du Rwanda décryptée par Colette Braeckman dans ACTUALITE

La seule question valable pendant le génocide : que faire ?

Lorsque le génocide se produit, la journaliste se trouve au Rwanda. « Aucune analyse, aucun témoignage ne répond à la seule question qui comptait à l’époque. Que faire dans de telles circonstances, alors qu’un million de citoyens ont été assassinés et gisent sans sépulture et que trois millions d’autres, parmi lesquels deux millions de tueurs, ont pris le chemin de l’exil ? »

Le pays est alors une « peau de bête retournée », mais « l’âme de l’ancien Rwanda » est ramenée par le Front patriotique rwandais (FPR), qui ne va guère partager sa victoire avec les Hutus, même modérés. « Une version de l’histoire triomphe ostensiblement sur l’autre », note la journaliste. Le mémorial du génocide, édifié à Kigali sur la colline Gisozi, dénonce ainsi les facteurs extérieurs qui ont contribué au cataclysme, mais « semble minimiser la responsabilité des Rwandais eux-mêmes, mis à part celle de l’ex-président Habyarimana et de son entourage ». Une version officielle qui ne « s’interroge guère sur les causes plus profondes du basculement ».

« Un pays quadrillé, sous haute surveillance »

Dans sa description du nouveau Rwanda, Colette Braeckman ne porte pas de jugement, mais cherche à comprendre. Elle reconnaît que le FPR de Paul Kagamé a « géré l’ingérable » et explique qu’une certaine « tradition monarchique » perdure, à travers le respect du chef. « Une nouvelle société se forge, écrit-elle. A la hussarde. Car même s’ils se déclarent favorables aux nouvelles autorités – oseraient-ils nous dire le contraire ? -, tous nos interlocuteurs confirment que « les directives viennent d’en haut ». Il faut obéir. »

L’auteur démonte deux idées fausses sur le « Boss », le surnom donné par les Rwandais au président Paul Kagamé. D’abord, le fait qu’on le prenne pour un libéral, alors que l’Etat intervient lourdement dans l’essor économique du Rwanda. Ensuite, son image d’autocrate aux méthodes fortes, qui occulte sa popularité, réelle, et le fait qu’il ne se soit « pas vengé ». Des milliers de réfugiés hutus sont en effet rentrés au Rwanda, des officiers ont été réintégrés dans l’armée, et les prisons se sont vidées, les peines ayant été remplacées par des travaux d’intérêt général.

Du coup, Kagamé trouve ses pires ennemis parmi les Tutsis, souligne la journaliste. Ils ne lui pardonnent pas de les avoir empêchés de se venger ou de s’enrichir par la corruption, ou encore de refuser la contradiction dans son propre camp.

Comment se terminera l’ère Kagamé ? Colette Braeckman rappelle l’existence d’un certain Magayane, un prophète qui avait annoncé le bain de sang avant le génocide. « Après quoi, assurait-il, le pays connaîtrait une période de prospérité sans pareille, mais qui ne durerait pas et se terminerait elle aussi dans la violence. C’est seulement par la suite, après l’intervalle de la paix et à l’issue d’une nouvelle guerre, brève et violente, que la paix reviendrait pour de bon au pays d’Imana (le dieu unique des Rwandais, ndlr) ». Une conclusion lucide, comme le reste de cet excellent petit livre.

♦Colette Braeckman, Rwanda, Mille collines, mille douleurs, Nevicata, Bruxelles, avril 2014.

article complet sur le lien: http://www.rfi.fr/mfi/20140425-litterature-genocide-ame-rwanda-decryptee-colette-braeckman/

ssource: rfi.fr(Sabine Cessou  )

Publié dans ACTUALITE, actualité africaine, ACTUALITE MONDIALE | Pas de Commentaire »

Rwanda:Une histoire du génocide rwandais (#5) : quel type de missile a abattu l’avion de Habyarimana ?

Posté par Adolphe Habimana le 28 avril 2014

Un soldat rwandais devant des débris de l'avion de Juvénal Habyarimana.                 Un soldat rwandais devant des débris de l’avion de Juvénal Habyarimana.                 © Bouju/AP/Sipa

Dans ce cinquième et dernier billet consacré à l’attentat contre l’avion de l’ancien président rwandais Juvénal Habyarimana, le 6 avril 1994, Laurent Touchard* fait le point sur ce que l’on sait du type de missile utilisé par les coupables.

*Laurent Touchard travaille depuis de nombreuses années sur le      terrorisme et l’histoire militaire. Il a collaboré à plusieurs ouvrages      et certains de ses travaux sont utilisés par l’université     Johns-Hopkins,  aux États-Unis.

Quel missile a été tiré contre l’avion du président Juvénal Habyarimana, le 6 avril 1994 ? Le sujet est polémique. Pour les uns, les FAR n’avaient aucunement besoin de ce type d’armes. En posséder est donc analysé comme la preuve de leur culpabilité. Accessoirement, l’attentat aurait été commis avec un missile Mistral français, ce qui impliquerait la France. Pour les autres, les FAR n’avaient aucun missile sol-air et ne peuvent donc avoir tiré le missile fatidique… En réalité, il apparaît qu’à la veille de l’attentat, les FAR disposent assurément de missiles sol-air à très courte portée (SATCP) et l’APR, très probablement.

>> Lire aussi les précédents billets :

Une histoire du génocide rwandais (#1) : contexte historique et intentions

Une histoire du génocide rwandais (#2) : l’attentat du 6 avril 1994

Une   histoire du génocide rwandais (#3) : attentat du 6 avril 1994,   pourquoi la thèse de la culpabilité du FPR ne tient pas la route

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Défense aérienne rwandaise et force aérienne ougandaise

Les FAR n’avaient pas besoin d’une défense aérienne solide (et, notamment de SATCP) entre 1990 et 1994 ? Rien n’est plus faux en raison du contexte général de tensions avec l’Ouganda. Ainsi, dans un document du 14 mars 1990 rapportant les échanges entre des responsables militaires rwandais et Georges Martres, ambassadeur de France à Kigali, est mentionnée la demande des Rwandais quant à la fourniture de systèmes d’armes sol-air. Ils souhaitent soit une batterie de bitubes de 30 mm, soit des lance-missiles sol-air Roland. Dans le document en question, il est dit : « Ces matériels ne sont pas à la mesure de l’armée rwandaise. Il a été suggéré dans la fiche de référence de ne pas donner suite à ce vœu. » Précisons que le Roland est un système antiaérien sur châssis chenillé ou cabine tractée, avec des missiles à courte portée (susceptibles d’être lancés sur détection radar ou visuelle). Le « bitubes de 30 mm » est pour sa part un châssis de char léger AMX-13 avec deux canons antiaériens de 30 mm.

En dépit de la fin de non recevoir française, le colonel Laurent Serubuga, chef d’état-major adjoint, insiste, deux ans plus tard, dans un rapport au ministre de la Défense concernant la situation de la défense aérienne du Rwanda. Il y parle des « (…) difficultés qu’éprouve le Bataillon LAA [NDLA : le bataillon d'artillerie antiaérienne] dans l’accomplissement de la mission AA suite à son armement peu performant. » Il explique que deux détachements de l’unité expédiés à Ruhengeri et à Rusumo, avec des canons de 37 mm et des mitrailleuses de 14,5 mm, n’ont pas réussi à abattre des avions ayant violé l’espace aérien rwandais. Il conclut donc qu’il « (…) faudrait d’autres armes performantes comparables ou équivalentes au Roland français ». Mais, il évoque aussi l’achat de SATCP : « L’approche faite pendant cette guerre et connue des services du MINDEF [ministère de la Défense] consistait à acheter le système d’armes SA-16 qui se classait dans la game [sic] ‘Moyenne altitude’ et avait l’avantage d’être monté sur de petits véhicules. » tout en estimant les quantités nécessaires plus loin : « Il urge d’acquérir dans un premier temps une batterie SAM 16 comprenant 12 lanceurs et 120 missiles sachant que la plus petite unité d’emploi est un peloton qui compte 4 pièces. » En parlant de véhicules, le colonel fait référence à l’affût Strelets ; en revanche, il se trompe car le SA-16 est un système « basse altitude ».

De fait, du printemps 1990 (les rebelles de l’APR entrent en action en octobre 1990) jusqu’en 1994, les FAR n’ont de cesse d’essayer de se procurer des SATCP. C’est même une priorité militaire. Ils ne sollicitent d’ailleurs pas uniquement la France, mais également l’URSS et l’Égypte. Ainsi est-il question, en septembre 1991, de la fourniture de 20 crosses de tir et de 100 missiles fabriqués en Bulgarie et en URSS, livrables 100 jours après la commande. Cette dernière ne se concrétise finalement pas. Mais elle montre que les opportunités d’achat existent… Dès 1977, le Zaïre possède quelques SA-7 pris aux Katangais. L’Afrique du Sud capture des SA-7 et SA-16 en Namibie et en Angola, tandis qu’Israël s’empare d’importants stocks de SATCP d’origine soviétique (ou de l’est) lors de la guerre de 1973 puis des opérations au Liban… Tous ces pays sont des soutiens du régime Habyarimana et lui livrent des armes.

Cette obsession des responsables des FAR répond à la puissance aérienne locale de l’aviation ougandaise.

Cette obsession des responsables des FAR répond à la puissance aérienne locale de l’aviation ougandaise, menace bien réelle pour le Rwanda. En effet, à cette époque, Kampala aligne treize chasseurs-bombardiers (soit 5 MiG-21 et 8 MiG-17), sept avions d’entraînement capables d’effectuer des missions d’attaque (5 L-29 Delfin et 2 SF-260W) et enfin, une quinzaine d’hélicoptères de transport et d’assaut. Nous sommes loin de la rachitique aviation rwandaise qui ne se compose que de 2 Reims 235 Guerrier capables de missions d’attaque légère, de 5 Alouette et de 6 Gazelle, dont l’état opérationnel général est médiocre. Redoutant une intervention militaire de l’Ouganda avant octobre 1990, puis un appui direct de celle-ci à l’APR après octobre 1990, l’inquiétude des FAR est justifiée et la modernisation des moyens antiaériens s’impose.

Les Mistral français : hypothèse

En 1994, l’arsenal des FAR aurait également compris des Mistral 1 français. C’est du moins ce que laisse entendre la liste que nous évoquions plus haut. Ledit inventaire est présenté comme document officiel de l’ONU, ayant été (à dessein ou non) perdu dans une masse de documents et « découvert » en 2012. Son caractère exceptionnel, il est vite battu en brèche. Non seulement, la liste figure dans les documents exploités au TPIR en 2008, mais plus encore, un document de la CIA est déclassifié en mai 2001… Daté du 13 juillet 1994, le rapport du service de renseignement américain indique alors : « Quand les combats éclatèrent au début avril, les troupes hutu du régime avaient environ 35 pièces d’artillerie antiaérienne et – selon une information transmise par [le nom n'a pas été déclassifié] à l’attaché de défense US – 15 missiles sol air français Mistral. » Lignes ô combien intéressantes et assurément plus fiables que la « liste onusienne ». Si elles n’attestent pas catégoriquement de l’existence des Mistral dans l’inventaire des FAR, le doute raisonnable existe.

Pourquoi Paris aurait-elle livré des Mistral aux FAR ? Si l’on considère le contexte global, la menace d’une action de l’aviation ougandaise, la détermination de l’état-major des FAR à obtenir à tout prix des SATCP, il y a une logique qui s’inscrit dans celle de la politique menée par François Mitterrand au Rwanda. Ce dernier paraissait convaincu qu’en aidant le régime d’Habyarimana – en se rendant donc indispensable – il serait en mesure de le contrôler et de le contraindre à s’asseoir à la table des négociations avec le FPR. En livrant des missiles moins « visibles » que des Roland, d’une part, la France calmait les angoisses de l’état-major rwandais. D’autre part, elle rendait caduque l’achat de SATCP auprès d’un autre pays (synonyme d’autre influence que celle de Paris).

Complexes, les Mistral ne sont pas aussi faciles à utiliser que les SA-7, SA-14 ou SA-7. Sans opérateurs longuement formés, les FAR ne peuvent les tirer. Le cas de figure d’une livraison de Mistral avec la promesse d’entraîner des personnels à leur utilisation après la mise en place définitive des accords d’Arusha ou en cas de tension exacerbée avec l’Ouganda est-elle totalement absurde ? Quoi qu’il en soit, si l’existence de ces Mistral ne peut être rejetée catégoriquement sans pour autant être totalement avérée, il est au moins une certitude : aucun membre des FAR n’était qualifié Mistral.

Les missiles de l’APR

Le mouvement rebelle acquiert (auprès de l’Ouganda ou ailleurs) plusieurs missiles sol-air d’origine russe ; à l’évidence un mélange de SA-7, SA-14, SA-16. En octobre 1990, l’APR posséderait ainsi au moins huit de ces armes (probablement des SA-7). En témoignent la destruction en vol d’un hélicoptère SA342M Gazelle le 23 octobre 1994 à Nyakayaga et, peut-être celle d’un avion de liaison, d’évacuation sanitaire et d’observation BN2A-21 à Matimba quelques jours plus tôt, le 7 octobre 1990. « Peut-être » car d’ex-vétérans de l’APR affirment que BN2 a en réalité été « descendu » par des tirs de mitrailleuses… Plus significatif encore, le 22 mai 1991, la Mission d’assistance militaire à Kigali (MAM) transmet un rapport au sujet d’un SA-16 complet récupéré le 18 mai 1991 dans le parc de l’Akagera. L’état-major des FAR se propose de le remettre à l’attaché de défense (français). Cette arme est décrite comme neuve et, dans le document, sont donnés les numéros qui figurent sur le tube, sur le refroidisseur ainsi que sur la crosse de tir. En sus de cet exemplaire, les FAR mettent la main sur au moins sept autres tubes de missiles tirés.

Par la suite, des observateurs établiront que les FAR ont, à cette époque, pu s’emparer d’autres SATCP en parfait état de fonctionnement et qu’ils les auraient gardé secrètement. C’est un élément à ne pas écarter pour la piste de l’utilisation d’un SA-16 lors de l’attentat. En revanche, lorsque ces mêmes observateurs interprètent l’imbroglio des désignations données dans les rapports (SA-7, SA-14, SA-16) comme la volonté de travestir des faits au profit des FAR, ils oublient un élément fondamental. En effet, avec uniquement des connaissances de base il est relativement facile de confondre visuellement un SA-7 d’un SA-14 d’un SA-16… Si les marquages permettent d’établir précisément ce qu’il en est, les sources ne sont pas nécessairement érudites en désignations russes.

Attardons-nous justement sur ce missile retrouvé dans l’Akagera. Parmi les marquages, ceux de désignation sur le tube : 9II322-1-01 et 9M313-1. Le « II » cyrillique est le « P » de notre alphabet. Or, le 9P322 est le tube de fibre de verre dans lequel est contenu le missile 9M313 qui lui-même appartient au système 9K310, à savoir l’arme connue à l’Ouest (désignation OTAN) comme étant le SA-16 Gimlet. En-dessous de ces marquages est donnée (dans le deux cas) une autre indication : 4-87 qui permet de déterminer que les missiles ont été fabriqués en 1987. C’est donc bien un SA-16, fabriqué selon toute vraisemblance en URSS. Quant à établir son parcours depuis son usine, c’est une autre histoire…

Rien n’interdit de penser que l’Ouganda a pu se procurer discrètement des SA-16 avant d’en « céder » quelques-uns à l’APR/FPR.

Vient-il d’Ouganda ? Sous réserve d’identification correcte, les documents de cette époque (qu’il s’agisse de rapport déclassifiés de services de renseignement ou de publications telles que The Military Balance) ne mentionnent qu’une dizaine de lanceurs SA-7 dans l’arsenal de Kampala. SIPRI évoque « 100 missiles » ; de toute évidence du nombre de tubes et non celui des crosses de tir (= lanceur). Cependant, avec la disparition de l’URSS, la fin de la Guerre froide et avec l’explosion des trafics d’armes, rien n’interdit de penser que l’Ouganda a pu se procurer discrètement des SA-16 avant d’en « céder » quelques-uns à l’APR/FPR. À l’instar de ce qui vaut pour les FAR, les sources d’approvisionnement en armement ne manquent pas non plus pour le FPR. Au bilan et sans le moindre doute, l’APR était dotée de quelques SATCP à la veille de l’attentat.

Quel type de missile a été tiré : le Mistral « hors-jeu »

Là encore, deux camps s’affrontent : pour les uns, il s’agit clairement d’un SA-16. C’est en particulier ce qui ressort du rapport du juge Trévidic. Pour les autres, un Mistral aurait été tiré. Cette hypothèse du SATCP Mistral ne repose sur rien. Pour l’étayer ne sont avancées que des informations « perdues » qui en réalité ne l’étaient pas, quelques témoins n’ayant ni vu et encore moins entendu de départ de coup… Que savons-nous ? En premier lieu, comme nous l’avons expliqué, les FAR ont effectivement pu disposer de Mistral. Mais, ça n’est pour autant la preuve de l’usage d’un Mistral. En second lieu, les FAR n’ont aucun personnel qualifié Mistral à la veille de l’attentat. Certes, en soi, cela ne constitue pas non plus une preuve puisque des mercenaires sont probablement à la manœuvre (et qu’il s’agirait de Blancs).

>> À lire : l’avion de Habyarimana a-t-il été abattu par des étrangers ?

Cependant, le Mistral est beaucoup plus complexe à utiliser que les missiles portables originaires de l’est. Les mercenaires qualifiés Mistral ne courent pas les rues. En troisième lieu, il est un élément totalement négligé par ceux qui avancent la « théorie Mistral ». Un élément d’ordre pratique. Dans le premier billet consacré à l’attentat, nous mentionnions les propos de plusieurs témoins ayant entendu le départ de coup, au soir du 6 avril 1994. Témoins qui rapportent ces faits quelques jours après l’attentat, à l’Auditorat militaire belge. Témoins dignes de foi. Rappelons qu’ils parlent alors du bruit d’un lance-roquette antichar M72 LAW ou RPG-7. Or, avec la surprise, le départ de coup d’un RPG et celui d’un LAW peuvent être confondus. Et… de loin, l’éjection d’un 9M313 en-dehors de son tube peut être entendue comme un tir de roquette.

À l’inverse, la signature sonore de l’envol d’un Mistral est différente, considérablement plus forte que celle d’un SA-16. Bruit qui doit notamment au poids des deux missiles, respectivement 10,8 kilos pour le 9M313 contre 18,7 pour le Mistral (c’est à dire, presque le double). Son moteur à poudre fournit donc plus de poussée que le 9M313, ce d’autant plus que le Mistral est également plus rapide. Cette signature sonore bien distincte d’un départ de coup de LAW, de RPG-7 ou encore de l’éjection d’un 9M313 (SA-16), avec un envol sensiblement plus bruyant, n’aurait pas échappé aux témoins en question…

Le SA-16 s’impose comme l’arme de l’attentat

En quatrième lieu, s’ajoutent encore une considération pratique : le poids du système Mistral : 55 kilos contre une douzaine de kilos pour le SA-16 (tube + missile + système de refroidissement + crosse de tir). Cette différence tient au poids du missile, à sa poussée. Dès lors, il ne peut être tiré que depuis un trépied. D’où ces 55 kilos au total. En conséquence, le Mistral est souvent monté sur véhicule (notamment en lanceur double) afin de compenser son poids et de lui garantir plus de mobilité. Sur véhicule, l’ensemble est peu discret. Sans véhicule, il est peu adapté à un attentat comme celui du 6 avril 1994. Contrairement au SA-16, qui est lui peu encombrant et qui se tire simplement à’ épaule. Notons que cette différence fait que le Mistral est considérablement plus efficace que le SA-16. Le premier est crédité d’un taux d’efficacité de 93 %, à savoir que dans de bonnes conditions (un appareil à l’atterrissage ou au décollage, une bonne transparence atmosphérique), le missile frappe sa cible dans 93 % des cas… C’est moitié moins pour le SA-16 (voire bien en-dessous)…

Rwanda:Une histoire du génocide rwandais (#5) : quel type de missile a abattu l'avion de Habyarimana ? dans ACTUALITE 028042014192922000000debrisavionhabyaoki

Des débris de l’avion abattu de Juvénal Habyarimana. © AFP

Dans les précédents billets, nous avons souligné combien les « indices » qui incriminent l’APR manquaient de sérieux (à moins de considérer les cadres militaires rebelles comme étant exclusivement des naïfs incompétents). Cet axiome fonctionne dans les deux sens : ceux qui ont organisé l’attentat contre le président Juvénal Habyarimana n’étaient pas non plus des idiots. En témoigne notamment leur capacité à brouiller les pistes. Dès lors, même en admettant qu’ils en disposent, l’usage de Mistral aurait été, au mieux, peu avisé. À l’inverse, le SA-16 s’achète relativement aisément, les hommes sans scrupule capables de les manier ne sont pas rares. Et surtout, cela s’inscrit dans le plan de faire porter le chapeau à l’APR… Plus encore si les missiles de l’attentat ont été précédemment capturés à l’ennemi.

Compétences des personnels qualifiés SA-16 au sein de l’APR

Terminons par un aspect du problème qui n’a encore jamais été abordé : le degré de qualification des combattants de l’APR au tir de SA-16. Dans l’esprit du profane, missile guidé = coup au but à 100 %. C’est totalement faux. La qualité technologique, les performances, varient d’une arme à une autre. Mais, plus important encore, il y a les compétences et l’expérience de ceux qui s’en servent. Truisme qu’il convient de souligner : un tireur Mistral peu qualifié et inexpérimenté sera moins bon qu’un tireur SA-16 qualifié et expérimenté… À partir de là, remarquons qu’en matière de défense sol-air, les troupes de l’APR se révèlent médiocres. Certes un ou deux aéronefs gouvernementaux rwandais sont abattus. Toutefois, dans les deux cas (voire un seul), il s’agit d’appareils extrêmement vulnérables aux SATCP car notamment lents. Le « tableau de chasse » de l’APR n’est donc pas exceptionnel si on le met en parallèle avec les « au moins » sept tubes de missiles tirés dans la zone de l’Akagera en 1991 pour aucun appareil abattu.

Par ailleurs, est signalé (et rapporté par la CIA) que le 30 juin 1994, des « SA-7″ (du moins identifiés comme tels) sont tirés par l’APR contre des avions commerciaux à plus de 15 000 pieds au-dessus de Kigali (c’est à dire, dans l’enveloppe de tir du SA-16), par chance sans en atteindre aucun. La branche armée du FPR craint alors que la France ne s’empare de l’aéroport de la capitale. Au bout du compte, en quatre ans, l’APR tire (au minimum) une dizaine de SATCP pour un ou deux coups au but, soit un taux de réussite qui va de 10 % à 20 %… On peut concéder que les statistiques seules ne suffisent pas à rendre compte de l’efficacité (ou de l’inefficacité) d’une entité combattante (État ou guérilla). Néanmoins, elles peuvent donner des indications intéressantes. C’est le cas ici. Un tir de nuit, dans les conditions de stress induites par la nature de l’opération, exige des combattants capables de beaucoup plus que des combattants avec un taux de toucher de 10 à 20 % (au mieux)…

Ceux qui ont tiré les SA-16 au soir du 6 avril 1994 n’étaient pas des amateurs.

Les « professionnels » n’ignorent pas que pour optimiser les chances de succès avec un SA-7 ou un SA-14 (voire un SA-16), il vaut mieux tirer simultanément ou en léger décalage plusieurs de ces engins. Les chances de toucher augmentent mathématiquement tandis que l’espace dans lequel évolue l’avion est « saturé » par les missiles, gênant d’autant plus les manœuvres du pilote qui tente de se dérober (surtout si l’avion n’est pas muni de dispositifs lance-leurres thermiques). Plusieurs missiles qui touchent augmentant aussi les dommages structurels causés à la cible (un seul impact de SATCP n’est pas systématiquement destructeur, en particulier contre des avions robustes ou d’une grande envergure et multiréacteurs/multimoteurs).

Ceux qui ont tiré les SA-16 au soir du 6 avril 1994 n’étaient pas des amateurs. Ils avaient davantage que quelques heures d’instruction basique sur ce système d’arme. Ils en connaissaient les atouts et les faiblesses, ils savaient comment l’optimiser. Mercenaires occidentaux, des pays de l’Est, sud-africains, israéliens à n’en pas douter. Mercenaires armés de deux SATCP SA-16 comme nous venons de l’expliquer. Quant aux commanditaires, ce premier chapitre sur l’histoire du génocide démontre qu’il ne s’agit pas de l’APR.

Lire l’article sur Jeuneafrique.com : Blog défense | Une histoire du génocide rwandais (#5) : quel type de missile a abattu l’avion de Habyarimana ? | Jeuneafrique.com – le premier site d’information et d’actualité sur l’Afrique Follow us: @jeune_afrique on Twitter | jeuneafrique1 on Facebook

Publié dans ACTUALITE, actualité africaine | Pas de Commentaire »

RDC: Kagame et Museveni, deux bras droits du M23

Posté par Adolphe Habimana le 3 décembre 2012

 

Soldat du M23, le 17 octobre, aux environs de Goma. Soldat du M23, le 17 octobre, aux environs de Goma. © AFP

Le Rwanda et l’Ouganda ont à nouveau été accusés de soutenir les rebelles du Mouvement du 23 mars (M23) en RDC. Dans une lettre datée du 26 novembre, le comité d’experts de l’ONU détaille les soutiens que Kampala et surtout Kigali auraient apportés au M23 : armes, équipements mais également troupes en territoire congolais. Selon le document, dévoilé par le « New-York Times », l’offensive de Goma aurait même été en partie commandée par des officiers de l’armée rwandaise.

Datée du 26 novembre, la lettre, émanant du coordinateur du groupe d’experts sur la RDC ne pourrait être plus claire. Selon celle-ci, « le gouvernement du Rwanda, avec le support d’alliés au sein du gouvernement ougandais, a créé, équipé, entraîné, conseillé, renforcé et directement commandé la rébellion du M23 ». Pour les experts des Nations unies, la récente offensive sur Goma, la capitale de la province du Nord-Kivu, a même « fortement accrédité cette conclusion ».

S’appuyant sur des témoignages d’anciens officiers des armées rwandaise et congolaise, le groupe d’experts affirme ainsi : « Quand le M23 a débuté son offensive sur Goma, il a bénéficié du support direct de l’armée rwandaise », notamment dans des combats « aux abords du village de Kibumba », le 17 novembre. Selon le document, environ 1 000 soldats rwandais, entrés en RDC par le poste-frontière de Kabuhanga, auraient assisté le M23 dans son attaque. « Les FARDC ont tué plus de 40 rebelles et soldats rwandais, la plupart d’entre eux portant des uniformes et des armes utilisés par l’armée rwandaise », ajoutent également les experts.

Commandée depuis Kigali ?

Ces derniers estiment également que, durant l’offensive vers Goma, l’équipement du M23 était en partie d’origine rwandaise. Ainsi, le document mentionne des mortiers de 120 millimètres que le colonel Makenga aurait obtenus grâce à des réseaux au Rwanda et en Ouganda.

Le commandement de l’offensive aurait même, selon les témoignages recueillis auprès d’anciens officiers rwandais, d’actuels gradés congolais et des membres du gouvernement de Kinshasa, été partagé entre le M23 et l’armée rwandaise. L’opération aurait en effet été dirigée par le colonel Makenga (M23) et le général rwandais Emmanuel Ruvusha. Celui-ci se serait personnellement rendu en RDC afin de surveiller le déroulement des ordres donnés en haut lieu par les généraux Kabarebe, Nziza et Kayonga depuis Kigali.

« Fausses allégations »

Le Rwanda a toujours fermement nié tout soutien à la rébellion du M23, accusant notamment le groupe d’experts de l’ONU d’hostilité vis-à-vis de son gouvernement. « Les fausses allégations politiquement motivées contre le Rwanda servent les intérêts de ceux qui préfèrent ignorer leurs responsabilités et ne pas affronter les problèmes de gouvernance et de sécurité qui affligent la RDC depuis des décennies », avait ainsi réagi, Louise Mushikiwabo, ministre rwandaise des Affaires étrangères, alors qu’un précédent rapport, de même teneur, était rendu public en pleine attaque de Goma.

La pression diplomatique ne fait toutefois que s’accentuer sur le gouvernement rwandais. La Belgique puis la Grande-Bretagne ont ainsi successivement suspendu leurs aides à destination du Rwanda, espérant pousser le pays à arrêter tout soutien au M23 et à favoriser les négociations en cours à Kampala.

> Lire ici le document du groupe d’experts de l’ONU sur la RDC.

RDC: Kagame et Museveni, deux bras droits du M23 dans ACTUALITE

Par Mathieu Olivier (@MathieuOlivier)

Lire l’article sur Jeuneafrique.com : RDC : selon le groupe d’experts de l’ONU, l’offensive du M23 contre Goma était pilotée par le Rwanda | Jeuneafrique.com – le premier site d’information et d’actualité sur l’Afrique

Publié dans ACTUALITE, actualité africaine, ACTUALITE MONDIALE | Pas de Commentaire »

RDC: Charles Onana expose son livre: CES TUEURS TUTSI…

Posté par Adolphe Habimana le 22 novembre 2012

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans ACTUALITE, actualité africaine, Afrique en audiovisuel:histoire | Pas de Commentaire »

Rwanda/Genocide:Chris Black: The Dallaire Genocide Fax

Posté par Adolphe Habimana le 20 août 2012

 

Chris Black, since 2000, has been a lead counsel at the International Criminal Tribunal For Rwanda. From that perspective he has seen that Rwanda was not a situation in which the United States and its allies failed to act. On the contrary, it was an example of direct interference by the United States and its allies. Why? Three reasons: the US wished to replace the Hutu regime which did not want to cooperate with US aggression towards Mobutu in Zaire. Secondly, the US wants to reduce French influence in central Africa. The final US objective was and is control of the vast resources of the Congo.

 

 

************* 

Rwanda/Genocide:Chris Black: The Dallaire Genocide Fax dans ACTUALITE
UNAMIR military force commander, Canadian General Romeo Dallaire.The murder of two African presidents

The idea that the Rwandan government planned the genocide of the minority Tutsi population in 1994 rests primarily on the statements of the enemies of that government who need the idea of a genocide in order to justify the final act of aggression against Rwanda by the Rwanda Patriotic Front (RPF) so-called and its allies. That final act of aggression was the RPF offensive launched the night of April 6, 1994 with the massacre of everyone on board the jet aircraft of President Habyarimana, the Hutu president of Rwanda and President Ntaryamira, the Hutu president of Burundi.

The two presidents were returning from a meeting called by President Museveni of Uganda to discuss the implementation of the Arusha Accords, the peace agreement between the Rwandan government and the RPF-Ugandan forces which had invaded the country in 1990. Also on board the plane was the Rwandan Army Chief of Staff, other dignitaries and a French military crew. The plane was shot down by anti-aircraft missiles as it approached Kigali airport. It is now established that the plane was shot down by the RPF with the cooperation and assistance of western powers including the United States of America, Britain, Belgium and Canada. President Ntaryamira was the second Hutu president murdered by Tutsis. President Ndadaye of Burundi was murdered by Tutsi officers of the Burundi Army in October of 1993.

British and US interests

The attack on the plane was the culmination of a long-planned war by the RPF and its allies. The war began in 1990 when Ugandan soldiers of Tutsi origin invaded Rwanda under the name of the RPF. This act of aggression by Uganda was supported by both Britain and the USA. Those countries provided the encouragement and the financial, material, logistical, advisory and training support necessary, flowing it all through the Ugandan Army to the RPF. The American and British instigated and controlled the war as a means of advancing their grand strategy of invading Zaire to seize control of the vast resources of the Congo basin.

The first attack was repelled and the RPF then adopted terrorism and guerilla operations to undermine Rwanda. Several other major attacks took place in the following three years. At the same time, the western allies of the RPF pressured the Rwandan government to come to terms with the RPF and in 1993 at Arusha, Tanzania, a series of negotiations resulted in the signing of the Arusha Accords. The Rwandan government was forced to make several major concessions to the RPF even though it could only claim, at best, to represent 15% of the Rwandan population. The Accords called for the establishment of a transition government sharing power with the RPF, leading to elections of a final government. However, it was known by everyone that the RPF could never win such elections and could only win power by force of arms and treachery.

Enter Dallaire

The Accords also called for the presence in Rwanda of a neutral UN force to help keep the peace during the process. That force, known as UNAMIR, was headed by Jacques Roger Booh-Booh and, under him, the military force commander, Canadian General Romeo Dallaire.

As UN documents show, Dallaire was aware, at least from December 1993, and probably before, that the RPF, with the support of the Ugandan Army, was daily violating the Accords by sending into Rwanda men, materiel, and light and heavy weapons in preparation for a final offensive. Dallaire kept this information from his boss Booh-Booh and the Secretary General, Boutros-Ghali. The RPF was assisted in these violations of the Accords by the Belgian contingent of UNAMIR and the Canadian officers involved who turned a blind eye to the RPF and Ugandan Army smuggling into Rwanda men and materiel and even assisted them in doing so all the while protesting that the Hutu regime was hiding weapons, a charge which has never been proved.

In conjunction with the military build-up by the RPF and its allies, including the infiltration into Kigali, the capital city, of up to 10,000 RPF soldiers, western journalists and western intelligence services masquerading as “human rights” organizations began a concerted propaganda campaign against the Government and through it the Hutu people, accusing it of various human rights abuses, none of which were substantiated. The RPF engaged in assassinations of officials, politicians and civilians, and attempted to cast the blame on the government. Dallaire assisted in this campaign by suppressing facts concerning these crimes and openly siding with the RPF propaganda statements.

A country pushed to the brink

These actions, combined with the stresses of the war on the economy and the social fabric of the country, mass unemployment, a large internal refugee population fleeing RPF attacks, and the breakdown of the government’s ability to function caused by the collapse of revenue from coffee and tea exports, resulted in a tinderbox. Only a spark was needed for the country to explode. That spark was the murder of the much-loved President and the country-wide offensive launched by the RPF and its allies the night of April 6, 1994.

From the very start of their offensive, the RPF began a propaganda campaign claiming that they were motivated by the need to stop a “genocide”. This entirely false claim was never questioned by the western press, always eager to support their governments, even in the face of the fact that the Rwandan government several times asked the RPF for cease-fires so that civilian attacks on civilians could be stopped, and the fact that Rwanda, then a member of the Security Council, demanded that 5,000 more UN troops be sent to assist in controlling the situation a request refused at the instigation of the US.

They stepped up this campaign as the war progressed. On April 13, 1994 the RPF demanded the trial of the Rwandan government and army for “genocide” before an international tribunal, echoing the threat made to President Habyarimana by Herman Cohen[2] on behalf of the US in the fall of 1993 that unless Habyarimana ceded all power to the RPF his body would be dragged through the streets of Kigali and his government tried by an international tribunal. This demand at one and the same time:

    • criminalized the Rwandan government,

 

    • justified the RPF and American refusal to negotiate terms with “criminals”,

 

    • prevented the government from obtaining support and assistance from its major western ally, France,

 

    • destroyed any support it had in the international community and public opinion, and finally,

 

  • justified the brutal RPF military dictatorship over the people of Rwanda and the refusal to allow Hutus any power in Rwanda.

The RPF and its allies succeeded in all these objectives and continue their propaganda campaign today with continuous show trials both in Rwanda, through the Gacaca “trial” system and through the show trials of Hutus taking place at the American and British controlled Rwanda War Crimes Tribunal in Arusha, Tanzania.

Two major problems with RPF claims of genocide

However, there are two major problems with the RPF claims. Firstly, there is a surprising lack of evidence of a genocide of Tutsis. In fact, the only independent study of those killed in Rwanda in 1994, being conducted by a team of researchers at the University of Maryland indicates that there were approximately 250,000 people killed, not the 800,000 plus advanced by the RPF and that for every Tutsi killed two Hutus were killed and those mainly by the RPF. This is confirmed in the recently released book, Rwanda, Histoire Secrete (2005, Edition du Panama) written by a former RPF officer named Abdul who states that the RPF shot down the plane [for further sources on this key issue see APPENDIX below] and that there was a genocide not of Tutsis by Hutus but of Hutus by the RPF.

Secondly, there is a stunning lack of documentary evidence of a government plan to commit genocide. There are no orders, minutes of meetings, notes, cables, faxes, radio intercepts or any other type of documentation that such a plan ever existed. In fact, the documentary evidence establishes just the opposite.

The « genocide » fax

This lack of documentation is the Achilles Heel of the RPF-western claims of genocide. Something was needed to fill this void. That something is the so-called “genocide” fax supposedly sent to New York UN HQ on the night of January 10th-11th 1994 and which first made its appearance in public on November 28th, 1995 when it was placed in the UN files in New York and contemporaneously leaked to a journalist in Belgium and the London Observer.

This fax is the single document upon which the claims of a planned genocide rest. It was supposedly sent by General Dallaire to General Baril, another Canadian general at the Dept of Peace Keeping Operations in New York. It sets out the claims of a UN informant named Jean Pierre Turatsinze that the ruling government party planned to exterminate Tutsis, was training civilians for that purpose and that there was a plan to kill Belgian soldiers to provoke the withdrawal of UN forces. This fax has been trumpeted by the ICTR prosecution as the key to the plan to commit genocide. However, all the evidence presented at the Tribunal and elsewhere establishes that, in fact, the fax is a fabrication.

On November 5th, 1995 the RPF organized a conference in Kigali to amplify support for their claims of genocide and for the trial and punishment of those responsible. This conference failed to provide any documentary evidence of such a claim. At the same time a UNAMIR commission was created by its new head, Mr. S Khan and which included several UN officers who went through all the UNAMIR cables, faxes and reports to determine whether there had been any prior indication of such a plan. Not one document was found, especially the “genocide” fax. That report is dated November 20th , 1995.

Fax on the fast track

Then, mysteriously, a few days after the release of the UN report, on November 28th, 1995 a fax machine at the UN offices in New York received a fax of a copy of a code cable dated January 11th 1994 sent by Dallaire to General Baril. The problem is that the person who sent the fax to New York that day was a Colonel R. M. Connaughton of the British Army, based at Camberly, Surrey, England, the home of the British Military Academy, Sandhurst as well as several other British Army establishments. His name and fax number appear at the top of the document. There was no cover letter explaining who sent it, why it was sent, nor is there anything indicating why this document was accepted by the UN in New York and placed in the DPKO files.

This document has typed on its face, “This cable was not found in DPKO files. The present copy was placed in the files on November 28th, 1995.” It is signed by Lamin J. Sise, a UN official. The document contains other handwritten notes made on it after its receipt that day.

However, the copy of this document presented by the Prosecutor at the ICTR for the last ten years has had the name and fax number of the sender, Sise’s note and other notes removed. It is this doctored version of the cable that the Prosecutor tried to present as an exhibit in the Military II in October, 2005, through a prosecution witness, Lt. Col. Claeys, an officer of the Belgian Army and one of the men who claims to have drafted and sent the original cable. But the prosecution suffered a major setback and embarrassment when defence counsel objected to the attempt to make this doctored version an exhibit and entered into the record the copy of the fax contained in the DPKO files bearing the name of the British Army source.

Conflicting testimony

Both General Dallaire and Lt. Col. Claeys have testified that the contents of the fax as set out in the fax presented by the prosecution are identical to the contents of the fax or cable sent the night of January 10th-11th, though interestingly Dallaire states that Claeys was not involved in drafting the fax, whereas Claeys insists he was. It is clear that Dallaire testified to the contrary when he was faced on cross-examination in the Military I trial with statements made by Claeys in 1995 to Belgian investigators and in 1997 to the Belgian Senate, that the fax sent that night dealt only with weapons caches and seeking protection for the informant and contained nothing about killing Tutsis or killing Belgian soldiers. In order to eliminate this embarrassing fact, Dallaire simply erased Claeys from the picture.

It is clear from the the fax itself and the surrounding circumstances, that there was a fax sent that night but it was not the one now presented to the ICTR and the world as the one sent by Dallaire.

The informant was presented to Dallaire by Faustin Twagiramungu , a Rwandan opposition candidate for Prime Minister and an opponent of the Rwandan government and a sympathizer of the RPF. He has since stated that he told Dallaire and his staff that the informant claimed to have information only about weapons caches and he was surprised to hear years later that the informant had information about the killing of Tutsis and Belgians.

General Dallaire does not mention such a fax before November 1995. There is no mention of plans to kill Tutsis or Belgians contained in notes of meetings between the informant and Claeys which followed the first meeting with the informant described in the fax. Again, the principal subject mentioned in those meetings is weapons caches. Neither Dallaire nor any of the Belgian commanders acted as if they had received any such information. There was no action taken by them to put their men on alert or to take precautions. There was no response from New York to such a fax. There exist only responses to a fax concerning weapons caches, but this original fax is nowhere to be found.

It is clear that Dallaire sent a fax that night and that it concerned only weapons caches and seeking advice from New York regarding the protection of the informant. In fact, the subject heading of the “genocide” fax is not “genocide” or “killing” but an innocuous “Request For Protection of Informant”. The present fax was fabricated using the original fax which dealt with weapons caches only by cutting out some of the paragraphs of that fax and pasting in new paragraphs about killing Tutsis and Belgians. This is supported by the fact that the paragraphs are numbered 1 through 13 but there is no paragraph 12. Further the only reply to a fax sent that night from Kigali refers to a paragraph 7 as the action paragraph. But in the fax as presented by the prosecution the action paragraph is paragraph 9, the paragraph seeking advice on protection of the informant. Also Paragraph 11 states that Dallaire will meet with Faustin Twagiramungu to brief him on events but as we know that man states that he was never told of such information coming from the informant. Lastly, paragraph 2 states that the killing of Belgians would “guarantee Belgian withdrawal from Rwanda” something that could only be known after the fact.

Nobody told Booh-Booh

One last curious fact is that Dallaire states he bypassed protocol by sending the fax without the signature of his boss, Booh-Booh or his seeing it. He states that this is the only occasion when this happened. This only makes sense if, in fact, he did not violate protocol as he never sent this fax in the first place. His version is a way of getting around the fact that Booh-Booh never saw what is now called the “genocide” fax. Booh-Booh testified at the Rwanda War Crimes Tribunal the week of November 21, 2005 that he never saw the fax Dallaire says he sent and that further that General Dallaire never mentioned to him in their meeting of January 12, 1994 that the informant mentioned the killing of Belgians or Tutsis. Booh-Booh also testified that when he and Dallaire met with several western ambassadors, including the Belgian ambassador, Dallaire never mentioned the killing of Belgians or Tutsis to them either nor in their meeting with President Habyarimana. In those meetings Dallaire spoke only about allegations of weapons caches.

New colonialism masquerading as “international justice”

All these circumstances can lead to one conclusion only; that the fax is a fabrication after the fact and that a fraud is being committed on the people of Rwanda and the world and the judges of the Rwanda war crimes tribunal. This fabricated fax is being used to try to condemn the accused on trial before the ICTR and to support the now discredited idea that a genocide was planned by the former Rwandan government against the Tutsi population of that tragic country. However it is becoming increasingly clear that General Dallaire worked with the RPF throughout the period of his mandate in Rwanda in violation of the UN mandate. Booh-Booh states that he provided military intelligence to the RPF as well as covering up their preparation for their final offensive and through his false testimony at the Rwanda War Crimes Tribunal and his book continues to act on behalf of powerful interests in his own government and that of the United States and Britain.

The fabrication of the “genocide” fax is one more nail in the coffin of the Rwanda war crimes tribunal, ready to be buried under the weight of accusations of selective prosecution, political bias, unfair procedures, trial by hearsay, perjured testimony and the cover-up of the murder of two African heads of state and all in the name of a new colonialism masquerading as “international justice”.

Appendix1) In his book, Abdul Ruzibiza states that he was one of the men involved in the shootdown as part of the shootdown team. He was an officer in the RPF. He is dues to testify at the ICTR in the coming weeks if his security can be assured. He is presently in hiding in Norway.

2) The Hourigan Report This report (a copy of which is in the author’s possesion) was written by an Australian lawyer acting as the head of the investigative team at the ICTR assigned by then prosecutor Louise Arbour to determine who shot down the plane. She was acting under the theory that « extremist » Hutus in the Rwandan government shot down the plane. Hourigan and his team were successful in finding three members of the shootdown team who stated they were RPF and that they were assisted by a foreign power (unnamed) and that they had the documents to prove it. They asked for protection. When Arbour was presented with these facts she ordered the investigation closed. The author was informed by a former FBI agent who worked at the ICTR that she did so on the instructions of the US ambassador in Rwanda. (Which would make her guilty of being an accessory to a war crime as the murder of a head of state in a war is a war crime and it is evident that the murder of the president and army chief of staff was the first action of the RPF offensive.) This report was first published in the National Post in Canada by a reporter named Stephen Edwards in 2001.

The UN at first denied this report existed. But several defence counsel demanded its production so it was then « found » and sent under seal to the judges at the ICTR. They then released it to several defence teams.

Hourigan wrote this report to the oversight office for some reason and is a summary of the complete file. Several requests have been made to have the complete investigative file released, without success. Hourigan is now said to be working as a lawyer in Atlanta, Georgia.

3. Jean Piere Mugabe the former head of RPF intelligence who also fled the regime also stated in 2001 that Kagame and the RPF shot down the plane.

4. French investigative judge Brugiere investigating the shootdown on behalf of the families of the French crew leaked (or someone in his office did) a copy of the report to a French journalist with the English name Steven Smith last year who published its findings in Le Monde that it was the RPF who shot it down with the assistance of others.

5. Former Secratery General Boutros-Boutros Ghali stated this year that he had met Brugiere at a conference and was told by the French judge that the CIA was « heavily implicated » in the shootdown.

6. The RPF was the only force in Rwanda which had anti-aircraft missiles to the knowledge of the Force Commander Dallaire. Dallaire arranged for the closure of the western approach to the runway at the request of the RPF. This made it easier for the RPF and others to track the plane as it came in from the east. The Belgian contingent of the UN force was in control of the airport area and the area from which the missiles were fired. A Belgian unit (later killed at Camp Kigali) were the only people caught by the army coming out of the firing area after the shootdown when the army threw up a cordon to try to catch the culprits.

7. Wayne Madsen a former US intel officer who wrote, CIA Covert Operations in the Great Lakes Area, 1990-93, states that (and testified to this before the US Congress in 2001 when hearings were held by Cynthia McKinney into the Rwanda and Congo wars) that the CIA, using a Swiss front company used that company to rent a hangar at the Kigali airport in which they assembled the missiles. He also states that the US hoped to kill at the same time Mobutu of Zaire and Daniel Arap Moi of Kenya all in in one fell swoop (they were supposed to attend the same meeting and be on the same flight) in order to seize control of all central and east Africa. At that time the US 6th fleet was cruising off Mombasa and there were 600 US Rangers on stand-by to assist the RPF in Burundi.

8. Charles Onana a well-know journalist writing on this subject wrote about his investigations and that it was the RPF, as did Canadian author Robin Philpot in his book It Didn’t Happen That Way In Kigali (loose translation of the French title).

7. Honore Ngambo, Mobutu’s former chief of security published a book earlier this year in France in which he recounts the last meeting between Mobut and the Hutu president two days before he was killed in which the President stated that he was told by Herman Cohen he was basically a dead man and that he heard from his agents in the RPF camp that they were going to shootdown the plane. He confronted Dallaire with this and that he knew Dallaire was involved and Dallaire just replied « No one will believe you ».

8. The author possesses a radio intercept of a message sent by Kagame to his forces in the field the night of the shootdown stating that the « Target is hit » and encouraging his forces to take to the field and that they would be in Kigali and were receiving support from their friends in the south, that is from Burundi—US and Burundian forces the latter of which actually invaded Rwanda in May to link up with the RPF coming form the north. Other radio messages were intercepted referring to the fact the RPF had the assistance of the Belgians in the UN forces who were fighting alongside them. The Belgians deny this of course.

http://www.sandersresearch.com/Sanders/NewsManager/ShowNewsGen.aspx?NewsID=747

Traduction en français par:

http://translate.google.fr/

Publié dans ACTUALITE, actualité africaine, ACTUALITE MONDIALE | 1 Commentaire »

Rwanda: Est si c’était le début de la fin:Face à l’ingérence du Rwanda en RDC, les pays occidentaux réduisent leurs aides

Posté par Adolphe Habimana le 11 août 2012

 
 

Le Monde.fr | 10.08.2012 à 07h41 • Mis à jour le 10.08.2012 à 12h30
Par Aymeric Janier
 
Le président rwandais, Paul Kagame, le 26 janvier 2008, à Kigali.

L’heure n’est plus à la flagornerie. Ni aux échanges diplomatiques doucereux et policés. Depuis qu’un rapport d’experts des Nations unies (PDF), rendu public le 27 juin, a explicitement accusé le Rwanda de déstabiliser la République démocratique du Congo (RDC) voisine par le truchement d’armes, de munitions et de combattants, le « pays des mille collines » est victime d’un désamour patent de la part de ses principaux partenaires occidentaux.

Ceux-ci s’indignent du soutien apporté officieusement par l’ex-protectorat belge au Mouvement du 23-mars, groupe de mutins congolais en butte depuis mai à l’autorité de Kinshasa. Censé intégrer l’armée régulière aux termes d’un accord scellé le 23 mars 2009, le M23 – issu d’une ex-rébellion tutsie en RDC, le Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) – a fini par se retourner contre le président Joseph Kabila, faute d’obtenir les gages souhaités. Le Rwanda se serait d’autant plus volontiers engouffré dans cette brèche qu’il a soutenu naguère le CNDP pour mener, sur le sol congolais, la chasse aux génocidaires et rebelles hutus rwandais – lesquels représentent toujours, à ses yeux, une sérieuse menace.
Lasse de ce jeu trouble, une partie de la communauté internationale a décidé de hausser le ton à l’égard du régime de Paul Kagame, lui-même tutsi. La situation, en effet, est critique : au cours des quatre derniers mois, les combats dans l’est du Nord-Kivu – zone frontalière du Rwanda et de l’Ouganda, où sont situées les bases du M23 – ont contraint plus de 220 000 Congolais à fuir leur domicile, accentuant le déséquilibre qui frappe la région déjà tourmentée des Grands Lacs. D’après une étude dévoilée en juin par le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA, Office for the Coordination of Humanitarian Affairs), près de 17,3 millions de Congolais se trouveraient en état d’insécurité alimentaire aiguë.

 Carte de la région des Grands Lacs.

INITIATIVE SYMBOLIQUE
A la fin de juillet, les Etats-Unis ont été les premiers à monter au créneau. La diplomatie américaine a ainsi suspendu 200 000 dollars (environ 164 000 euros) d’aide destinés à une école militaire. Faut-il y voir une inflexion de la posture adoptée par Washington vis-à-vis de son allié ? « L’initiative américaine est essentiellement symbolique, dans la mesure où les montants en jeu ne sont pas déterminants. L’essentiel de l’appui militaire américain se fait au niveau de la Communauté de l’Afrique de l’Est [organisation qui, outre le Rwanda, regroupe le Kenya, la Tanzanie, l’Ouganda et le Burundi] », souligne André Guichaoua, professeur à l’université de Paris-1 et témoin-expert près le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).
« Ce qui, de mon point de vue, est plus significatif, ce sont la déclaration du Congrès américain du 3 août [fustigeant le manque de transparence du gouvernement rwandais, notamment sur son implication en RDC] et les propos tenus par Stephen Rapp, l’ambassadeur itinérant chargé des crimes de guerre au Département d’Etat [lequel a affirmé que les dirigeants rwandais pourraient être poursuivis devant la CPI pour aide et complicité de crimes contre l'humanité dans un pays voisin]« , précise-t-il.
Les Etats-Unis, en dépit de leurs objurgations, ont fait savoir qu’ils ne retireraient pas leur soutien financier à la formation des troupes destinées à prêter main-forte à l’ONU. Et pour cause : au 30 juin, pas moins de 4 571 soldats et policiers rwandais étaient impliqués dans diverses opérations de maintien de la paix à travers le monde – soit la sixième plus importante contribution à l’institution onusienne en termes d’effectifs derrière le Pakistan, le Bangladesh, l’Inde, l’Ethiopie et le Nigeria.    
Dans la foulée de l’administration Obama, plusieurs Etats européens ont, eux aussi, entrepris ces dernières semaines de rappeler Kigali à l’ordre. Les Pays-Bas ont lancé le mouvement, mettant en suspens une aide de cinq millions d’euros prévue pour soutenir le système judiciaire. La Grande-Bretagne (20 millions d’euros) et l’Allemagne (21 millions d’euros) leur ont emboîté le pas. « Ce faisant, les Européens ont profité de l’opportunité qui leur était offerte pour recouvrer un minimum de dignité diplomatique par rapport à des faits qu’ils connaissent et qui sont documentés. Par le passé, ils ne sont pas intervenus parce que le Rwanda pratiquait un chantage à la déstabilisation de la région. Mais celle-ci s’est aggravée, au point que la situation est devenue intenable », analyse M. Guichaoua.        
« PILLAGE INSTITUTIONNALISÉ »

Des travailleurs dans une mine d'or d'Iga Barriere, dans l'est de la République démocratique du Congo.

Ces « suspensions en cascade », fait inédit, s’apparentent à un désaveu personnel pour Paul Kagame, longtemps considéré – et porté aux nues – par les bailleurs de fonds étrangers comme le principal architecte du redressement économique du pays après le terrible génocide de 1994 (800 000 victimes). De fait, quelle autre nation d’à peine dix millions d’âmes et au passé si tragique peut se targuer d’avoir connu, au cours des cinq années écoulées, un taux de croissance moyen de son PIB de 8,2 % – taux qui, aux dires des autorités, aurait permis de tirer un million de personnes de la pauvreté en pleine crise mondiale ?
Aujourd’hui, ce succès ne suffit toutefois plus à faire taire les critiques. Aux accusations répétées d’ingérence en RDC, Paul Kagame oppose les dénégations les plus fermes, arguant notamment qu’une telle politique « serait contraire aux intérêts de son pays ». « Nous ne fournissons pas un seule balle [aux rebelles congolais]. Nous ne l’avons pas fait et nous le ferons pas », a-t-il assuré. L’argument ne convainc personne.
Depuis que le Rwanda a envahi son turbulent voisin, en 1996 et 1998 – chassant, à cette occasion, le dictateur Mobutu Sese Seko –, ses élites ont largement profité, et profitent toujours, des richesses minières que recèle le sous-sol congolais (cobalt, cuivre, étain, or). Selon certaines estimations, le fruit de ce « pillage institutionnalisé » rapporterait à Kigali plusieurs dizaines de millions de dollars par an. Une richesse sciemment mise sous le boisseau, qui a aussi son intérêt politique. « Grâce aux canaux parallèles, la nomenklatura achète la paix sociale. L’ordre qui règne à Kigali et les aspirations de Kagame à faire du Rwanda le Singapour du continent africain d’ici à 2020 sont financés par ce biais-là », pointe André Guichaoua.   
ALTERNANCE EN PRÉPARATION
 

Les présidents de la République démocratique du Congo et du Rwanda, Joseph Kabila et Paul Kagame.

En faisant fi des coups de semonce lancés par ses principaux partenaires, le Rwanda accentue cependant son propre isolement et joue une partition délicate. Diplomatiquement, d’abord, car il brigue toujours un siège au Conseil de sécurité de l’ONU. Financièrement, ensuite, dans la mesure où l’aide étrangère représente près de la moitié de son budget (45 %). Les Occidentaux pourraient-ils finir par rompre tout lien avec leur partenaire ? L’hypothèse, juge M. Guichaoua, est inenvisageable à court terme. « Il n’existe pas dans la région d’autre puissance susceptible d’assurer la cohésion en matière d’ordre et de stabilité. De fait, Kigali a les coudées franches. En outre, tant que Kabila et Kagame n’abattront pas clairement leurs cartes sur ce qu’ils attendent de cette nouvelle confrontation, les chancelleries occidentales ne pourront pas aller plus loin », observe-t-il.
Sur le front intérieur, Paul Kagame, au pouvoir depuis avril 2000, a en grande partie perdu son aura d’invincibilité. Ses opposants, toujours plus nombreux, fustigent un pouvoir « solitaire » et « autoritaire », coupable de multiples violations des droits de l’homme. L’intéressé, lui, s’en défend véhémentement. Reste que beaucoup, mezza voce, travaillent déjà à l’alternance. « C’est aussi la raison pour laquelle les Américains ne sont pas inquiets, conclut M. Guichaoua. D’ailleurs, eux-mêmes ont commencé à préparer les officiers rwandais de demain… »
Aymeric Janier

 

Publié dans ACTUALITE, Actualité, actualité africaine, ACTUALITE MONDIALE | Pas de Commentaire »

12345...10
 

L'univers de la Supply Chain |
NEW AYITI |
Blog rémi gaillard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le résumé des meilleurs con...
| Code Promo
| Le blog des bonnes questions