• Accueil
  • > Archives pour juillet 2012

USA/RWANDA:peut-être le début de la fin pour le soldat Kagame et son permis de tuer et de piller…

Posté par Adolphe Habimana le 30 juillet 2012

 

Le président rwandais Paul Kagame à Londres le 11 juillet 2012. Le président rwandais Paul Kagame à Londres le 11 juillet 2012. © Carl Court/AFP/Archives

En gelant leur aide militaire au Rwanda, les Etats-Unis ont mis fin à leur idylle débutée il y a 15 ans avec le régime du président Paul Kagame, accusé aujourd’hui par l’ONU de soutenir la rébellion en République démocratique du Congo, estiment des experts.

Le département d’Etat a annoncé la semaine dernière dans un communiqué sibyllin « ne plus pouvoir fournir au Rwanda de financement militaire étranger » en 2012, soit une enveloppe modeste de 200.000 dollars. « Nous l’avons répété au gouvernement rwandais: nous sommes profondément inquiets du soutien du Rwanda à un groupe rebelle congolais dénommé M23″, le Mouvement du 23 mars, a expliqué la porte-parole de la diplomatie américaine, Victoria Nuland. Washington a appelé à « la fin des violences dans l’est de la RDC et à ce que « cesse tout appui extérieur » aux insurgés congolais.

Le patron du bureau de la Justice criminelle internationale au département d’Etat, Stephen Rapp, a enfoncé le clou, déclarant au quotidien britannique The Guardian que M. Kagame pourrait un jour être poursuivi pour « complicité » de crimes de guerre perpétrés dans un pays voisin.

Kagamé dans une « position inconfortable »

Pour Richard Downie, du Centre d’études internationales et stratégiques (CSIS) à Washington, « c’est réellement la première fois que l’on entend des mots aussi durs du gouvernement américain contre Paul Kagame ». L’expert y décèle « une vraie inflexion » dans la politique des Etats-Unis à l’égard du Rwanda, « dorénavant dans une position bien inconfortable ».

Car depuis que M. Kagame a pris le pouvoir et mis fin au génocide en juillet 1994, il était « le favori, le chouchou, des donateurs internationaux », au premier rang desquels « les Etats-Unis et le Royaume-Uni, premier pourvoyeur d’aide bilatérale », rappelle M. Downie.

L’ancien Premier ministre britannique Tony Blair est conseiller spécial de M. Kagame et, comme l’ex-président américain Bill Clinton, soutient sans faille le développement du Rwanda, via sa fondation Africa Governance Initiative.

Mais le vent a tourné en juin pour Kigali. Dans un rapport, des experts de l’ONU ont mis au jour un lien direct entre le M23 et des dignitaires rwandais –notamment le ministre de la Défense et le chef d’état-major des armées– qui fournissent armes et recrues.

Après plusieurs rapports internationaux accusatoires depuis 15 ans restés sans écho, le département d’Etat a jugé celui des Nations unies « tout à fait complet et préoccupant ». John Campbell, du Council on Foreign Relations, pense aussi que les experts onusiens « apportent les preuves de l’implication du Rwanda dans l’est de la RDC ».

Kagamé : « Allégations ridicules et insensées »

« Cela aura impact sur la relation » entre Washington et Kigali, prédit-il. Le Rwanda a toujours nié toute ingérence en RDC et M. Kagame a brocardé sur CNN des allégations « absolument ridicules et insensées ».

Le M23 s’oppose depuis mai à l’armée de la RDC dans l’est du Nord-Kivu, frontalier du Rwanda et de l’Ouganda. Ces mutins sont issus d’une ancienne rébellion tutsi en RDC, le Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), intégré en principe à l’armée congolaise depuis le 23 mars 2009.

Mais le M23 reproche au président congolais Joseph Kabila d’être revenu sur leur accord. Le CNDP était déjà réputé soutenu par le Rwanda pour combattre, en RDC, des rebelles hutu rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR). Le Rwanda accuse les FLDR d’avoir participé au génocide des Tutsi en 1994 et de rester une menace militaire. Kigali avait ainsi dépêché des soldats en RDC en 1996-1997, puis entre 1998 et 2002, avant d’agir par milices interposées, au prix, selon des experts, de grands massacres.

La décision de Washington sonne « peut-être le début de la fin pour le soldat Kagame et son permis de tuer et de piller depuis 1994 et la révision de la politique américaine dans les Grands lacs », espère le journaliste français Pierre Péan, auteur controversé d’enquêtes sur la région

Lire l’article sur Jeuneafrique.com : États-Unis – Rwanda : le vent tourne pour Kagamé, selon les experts | Jeuneafrique.com – le premier site d’information et d’actualité sur l’Afrique

Publié dans ACTUALITE, actualité africaine, ACTUALITE MONDIALE | Pas de Commentaire »

USA/RWANDA:les États-Unis suspendent leur aide militaire

Posté par Adolphe Habimana le 25 juillet 2012

 

 

Des rebelles du M23 en juin 2012 au Nord Kivu. Des rebelles du M23 en juin 2012 au Nord Kivu. © AFP

Les États-Unis ont décidé de suspendre leur aide militaire au Rwanda en raison du soutien présumé de ce pays à un soulèvement armé dans la République Démocratique du Congo (RDC) voisine, a-t-on appris dimanche de source officielle américaine.

Une porte-parole du Département d’Etat, Darby Holladay, a déclaré dans un communiqué envoyé par mail à l’AFP que son ministère « avait décidé qu’il ne pouvait plus continuer à fournir le financement approprié pour l’aide militaire (au Rwanda) durant l’année fiscale actuelle ».

Ces fonds, d’un montant de 200.000 dollars (164.000 euros) étaient destinés à financer une académie militaire rwandaise pour des officiers non gradés, a précisé la porte-parole. Ils vont désormais être réaffectés sur un autre pays qu’elle n’a pas nommé.

« Le gouvernement des Etats-Unis est gravement préoccupé par les preuves selon lesquelles le Rwanda est impliqué dans la fourniture d’un soutien aux rebelles congolais, dont le M23″, a ajouté Mme Holladay.

La porte-parole du Département d’Etat a par ailleurs indiqué que les Etats-Unis ont agi activement aux plus hauts niveaux pour demander au Rwanda de cesser son soutien au M23″, qui, selon elle, « menace de déstabiliser la région ».

Des rapports de l’ONG Human Rights Watch (HRW) puis d’experts de l’ONU ont ensuite confirmé que le M23 avait reçu une « aide directe » (armes, munitions, recrues…) de la part de hauts responsables rwandais, dont le ministre de la Défense, le général James Kabarebe, et le chef d’état-major des armées, le général Charles Kayonga. Kigali a toujours démenti tout soutien aux mutins.

« Mauvaises informations »

Le M23 est formé principalement d’ex-combattants de la rébellion tutsi congolaise du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), intégrés dans l’armée congolaise dans le cadre d’un accord de paix avec Kinshasa le 23 mars 2009, dont ils réclament la pleine application. Le CNDP était soutenu par le Rwanda.

Les mutins s’opposent depuis mai à l’armée congolaise dans l’est du Nord-Kivu où ils ont leurs bases dans le parc national des Virunga, frontalier avec le Rwanda et l’Ouganda. Ils ont récemment pris plusieurs villes de la province près de ces bases.

Le Rwanda a contesté dimanche la décision des Etats-Unis, affirmant qu’elle reposait sur de « mauvaises informations « . « Bien que nous respections les droits des partenaires qui participent à notre développement, nous disons clairement à nos amis de Washington et d’ailleurs que cette décision repose sur de mauvaises informations et est factuellement fausse », a affirmé à l’AFP la ministre des Affaires étrangères Louise Mushikiwabo.

« Comme nous l’avons dit depuis le début, le Rwanda n’est ni la cause, ni le complice de l’instabilité dans l’est de la République démocratique du Congo », a-t-elle affirmé.
 

Lire l’article sur Jeuneafrique.com : Rwanda : les États-Unis suspendent leur aide militaire | Jeuneafrique.com – le premier site d’information et d’actualité sur l’Afrique

Publié dans ACTUALITE, actualité africaine, ACTUALITE MONDIALE | Pas de Commentaire »

L’ONU INTERVIENT:

Posté par Adolphe Habimana le 25 juillet 2012

25/07/2012 à 09h:18 Par Jeune Afrique
 

Un hélicoptère des Nations Unies en juin 2012, dans le nord Kivu. Un hélicoptère des Nations Unies en juin 2012, dans le nord Kivu. © AFP

La Monusco est de nouveau intervenue près de Goma, au Nord-Kivu, pour repousser les attaques des mutins du M23 contre les forces gouvernementales congolaises.

Ils avaient déjà survolé la région, il y a une douzaine de jours, à la poursuite des mutins du M23. Mardi 25 juillet, après que les rebelles ont attaqué les forces gouvernementales (FARDC), provoquant d’importants mouvements de population, des hélicoptères des Nations unies sont de nouveau entrés en action dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC).

Mamodj Mounoubaï, porte-parole de la Monusco, la force des Nations unies en RDC, a justifié cette intervention par des « attaques contre des populations civiles ».

Mardi matin, le M23 a attaqué des positions des FARDC, les obligeant à reculer jusqu’à environ un kilomètre de Kibumba, une position importante pour protéger la capitale provinciale du Nord-Kivu, Goma. Les combats, ponctués de tirs de mortiers, se sont déroulés toute la journée avant de se calmer. D’après le porte-parole de la Monusco, ces violences ont mis sur les routes environ 2 000 réfugiés. Aucun bilan des affrontements n’a pu être obtenu, tant auprès des FARDC que du M23.

« Dernier verrou avant Goma »

Alors que la situation était calme depuis environ deux semaines, les combats ont repris à une trentaine de kilomètres au nord de Goma. Ils se sont déroulés autour des localités de Rugari et de Kimumba après que, selon le major Olivier Hamuli, porte-parole des FARDC dans le Nord-Kivu, les mutins du M23 ont attaqué les positions de l’armée. Des tirs de mortiers ont également été entendus par des témoins.

Le colonel Innocent Kayima, commandant des opérations dans ce secteur pour le M23, a confirmé les combats sans donner plus de précisions sur le nombre de blessés ou de tués. Selon des témoins, les forces gouvernementales auraient reculé jusqu’à environ un kilomètre de la ville de Kimumba, qualifiée de « dernier verrou avant Goma » par un diplomate. Si le M23 devait encore avancer, la situation des 10 000 réfugiés qui se trouvent à Goma deviendrait catastrophique.

Le M23 est formé principalement d’ex-combattants de la rébellion tutsi congolaise du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), intégrés à l’armée congolaise dans le cadre d’un accord de paix avec Kinshasa le 23 mars 2009, dont ils réclament la pleine application. Le CNDP était soutenu par le Rwanda.

Depuis le mois de mai, les mutins s’opposent à l’armée congolaise dans l’est du Nord-Kivu. Ils ont leurs bases dans le parc national des Virunga, frontalier avec le Rwanda et l’Ouganda. Ils ont récemment pris plusieurs villes de la province dont le poste frontière de Rubagana.

Tensions RDC-Rwanda

Le mois dernier, le Rwanda a été accusé d’apporter son soutien actif aux mutins dans un rapport de l’ONU. Ces accusations ont notamment poussé son allié américain à lui suspendre son aide militaire pour cette année. Kigali dément aider la rébellion du M23 et accuse en retour la RDC de soutenir les rebelles hutus des Forces démocratique de libération du Rwanda (FDLR), actives dans l’est de la RDC.

Les chefs d’État de RDC, Joseph kabila, et du Rwanda, Paul Kagamé, se sont récemment rencontrés à Addis-Abeba, lors du dernier sommet de l’Union africaine, et ont convenu de mettre en place une « force neutre » pour faire cesser les combats. Le gouvernement de RDC a depuis fait savoir que cette force pourrait être formée à partir de la force des Nations unies présente dans le pays.

Les chefs d’État de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL), chargée de « travailler avec l’UA et l’ONU pour la mise en place immédiate d’une force internationale neutre pour éradiquer le M23, les FDLR et toutes autres forces négatives dans la région des Grands Lacs » doivent de nouveau se réunir, les 6 et 7 août à Kampala, pour préciser la composition et les modalités de déploiement de cette force.

(Avec AFP)

Lire l’article sur Jeuneafrique.com : RDC : les hélicoptères de l’ONU visent les rebelles du M23 | Jeuneafrique.com – le premier site d’information et d’actualité sur l’Afrique

Publié dans ACTUALITE, actualité africaine | Pas de Commentaire »

RDC : le rapport de l’ONU qui accuse le Rwanda rendu public

Posté par Adolphe Habimana le 4 juillet 2012

Des soldats de la Monuc à environ 80 kilomètres au nord de Goma, au Nord-Kivu, à l'est de la RDC, le 13 novembre 2008.

Des soldats de la Monuc à environ 80 kilomètres au nord de Goma, au Nord-Kivu, à l’est de la RDC, le 13 novembre 2008.

AFP/Yasuyoshi Chiba

Le rapport annuel du Comité des sanctions de l’ONU sur la République démocratique du Congo aurait pu passer totalement inaperçu, si ce n’était cette annexe de 48 pages accusant le Rwanda de soutenir la mutinerie armée dans l’est de la RDC. Le groupe d’experts de l’ONU affirme que les forces armées rwandaises « fournissent du matériel militaire, des armes, des munitions et des fournitures diverses aux rebelles du M23 » et octroient soutien et protection au général Bosco Ntaganda, recherché par la Cour pénale internationale pour crimes de guerre.

 

Ce réquisitoire estampillé du sceau des Nations unies a fourni à Kinshasa l’occasion de faire éclater au grand jour une ingérence rwandaise déjà dénoncée par l’organisation Human Rights Watch, dans un rapport daté du 4 juin 2012.

Dès cette annexe connue, les diplomates congolais ont alerté les médias sur son existence et accusé les Etats-Unis d’en empêcher la publication pour protéger son allié rwandais. La mission américaine auprès de l’ONU a démenti et demandé « la publication rapide du rapport et de ses annexes ». Le département d’Etat a franchi samedi 30 juin 2012 un pas supplémentaire en demandant au Rwanda « d’arrêter et d’empêcher tout soutien à la rébellion congolaise depuis son territoire ».

« Le Rwanda s’est fait prendre la main dans le sac »

Les accusations du groupe d’experts reposent sur les témoignages anonymes de 80 mutins déserteurs dont 31 Rwandais du M23. Les auteurs fournissent des photos d’armes et d’équipements militaires décrites comme venant du Rwanda et décrivent le processus de recrutement de soldats par des officiers rwandais pour le compte des rebelles du M23.

Parmi les noms d’officiels rwandais cités dans cette annexe (page 17) figurent ceux du ministre rwandais de la Défense, le général James Kabarebe, de son chef d’état-major, le général Charles Kayonga, et des généraux Jack Nziza, Emmanuel Ruvusha et Alexis Kagame. « Le Rwanda s’est fait prendre la main dans le sac », analyse un diplomate onusien. « La réalité est que le Rwanda s’est accordé un droit de regard sur ce qui se passe dans la région des Kivus. La RDC est en train de réaffirmer sa souveraineté et veut briser ce statu quo », poursuit-il.

« Traquer les Rwandais »

Dépêchée à New York, la chef de la diplomatie rwandaise, Louise Mushikiwabo, a dénoncé un rapport « déséquilibré » et démenti tout soutien de Kigali à des groupes armés en RDC. « Personne ne peut dire qui est Rwandais et qui ne l’est pas d’un côté ou de l’autre de la frontière. La langue du Rwanda est parlée des deux côtés. C’est tout à fait normal de trouver des gens qui s’expriment dans cette langue dans cette partie du Congo », a-t-elle expliqué avant de dénoncer une campagne d’incitation contre les Rwandais. « Certains médias proches du gouvernement congolais parlent de traquer les Rwandais et tuer les Tutsis. Cela nous rappelle la rhétorique de 1994 avant le génocide ».

« Pousser le Rwanda et la RDC à négocier »

Le Rwanda a promis de répondre au groupe d’experts. En l’état, ces accusations constituent une violation flagrante de l’embargo sur les armes à destination de la RDC. Selon nos informations, Kinshasa va déposer dans la semaine une requête au Conseil de sécurité pour inscrire les officiels rwandais cités dans le rapport sur la liste des sanctions de l’ONU. Cette requête a-t-elle une chance d’être entendue ? « J’en doute, répond un diplomate du Conseil. Il n’y a aucun appétit au sein du Conseil pour sanctionner des officiels rwandais. L’idée est plutôt de pousser le Rwanda et la RDC à négocier ».

Dans la résolution sur le renouvellement de la Monusco, adoptée mercredi 27 juin, le Conseil de sécurité a tout de même condamné « le soutien extérieur à tous les groupes armés ». « C’est un signal envoyé au Rwanda », décrypte un autre diplomate. « Cela montre que le Conseil accorde du crédit à la thèse d’une déstabilisation extérieure de la RDC ». Un avertissement alors que le Rwanda est candidat à un siège au Conseil de sécurité à la fin de cette année.

Annexes: commentaire sur rfi.fr

 

Réaction approfondie de Mr

Par Bene (non vérifié), le mer, 2012-07-04 20:09.

Réaction approfondie de Mr Bigwi.

Une chose est certaine ; Les Fdlr, qui ont le contrôle de certaines mines du Kivu, sont en affaires, aussi bien avec certains hauts gradés des Fardc (Forces armées de la RDC) que des casques bleus de l’Onu, en provenance de pays asiatiques. Cette situation les pousse à s’arroger un monopole de fait ; si pas le droit de percevoir des taxes pour l’obtention d’un permis d’exploitation et impôts sur le produit creusé.
En clair, les Fdlr font la loi, en terre étrangère et dans un pays dit souverain ; avec la folie meurtrière inhérente à leur passé génocidaire : viol massif, trac et assassinats ciblés des tutsis congolais, au nez et à la barbe des autorités congolaises, qui faute de s’y opposer manifestent, si pas un encouragement, mais ce qui est ressenti comme un abandon, de la part de la composante tutsi de sa population. Et là, faudrait-il plus probablement, pointer du doigt les autorités provinciales, qui aimeraient se défaire d’un voisin plus entreprenant. Quand on ne sait concourir à la régulière, on recourt à la fourberie.
Dans un premier temps, les tutsi s’organisèrent en comités de défense, contre les Fdlr, mais ils ont du plus tard, faire face à des tribus voisines, jadis alliées, qui voyaient ces nouveaux venus, comme un renfort venus du ciel, face à un voisin à qui tout réussissait. Et ce que ces voisins ont prouvé sur le banc de l’école, dans le business, l’agriculture, l’élevage ; ils l’ont réédité avec plus d’éclats dans le maniement des armes, en se défendant comme des lions.
Et on a voulu en faire un problème national, poussant insidieusement les congolais vers un génocide, avec les mêmes observateurs indifférents, si pas complices : les forces de l’Onu, organismes non gouvernementaux, organismes de défense des droits de l’homme. L’histoire serait-elle en train de se répéter ?
Il faudrait peut-être rappeler qu’à l’indépendance, les pères fondateurs souhaitaient un Congo fédéraliste ; mais la médiocrité des uns s’y opposèrent, souhaitant se confondre dans la masse ; arguant du fait, que fédéralisme pouvait rimer avec sécession.
Il n’y a pas que les tutsi qui se sentent des laissés pour compte. Le sous-sol Katangais, au mépris de son propre développement, est surexploité au profit d’autres provinces, pour financer des guerres incessantes ou pour enrichir certains dirigeants.
Les Bakongo qui habitent le Bandundu, Kinshasa, le Bas Congo et qui sont à cheval entre la RDC, l’Angola et le Congo Brazza aimeraient œuvrer à un destin commun et peut-être ressusciter l’empire Kongo.
Le Congo est à la croisée des chemins ; il ne lui manquerait qu’un Gorbatchev pour
le faire imploser. Telle est à mon avis, la solution à ce qui n’aurait pu exister dans sa configuration actuelle, n’eut été l’appétit glouton du Roi Léopold II, la complaisance des vainqueurs d’hier et le principe obsolète de l’intangibilité des frontières héritées de la colonisation, au point que, sur cette base, les africains seraient disposés à cautionner une recolonisation, qui pointe à l’horizon.
Répondre

ngunda
24 juin 2012
Le dernier Rapport de l’ONU prenant pour cible principale le Rwanda n’est pas différent de ceux qui l’ont précédé. Il est à ranger dans la catégorie des produits de la contre-façon fabriqués nuitamment dans des ateliers obscurs de certaines ONGs oeuvrant en sous-traitants de certains réseaux. Un million de morts de plus dans les Grands lacs ce serait tout bénéf; ça ferait rentrer du cash dans les caisses, ça donnerait du travail au soleil à d’innombrables carriéristes ratés, ça ralentirait – du moins est-ce l’objectif des promoteurs – la marche du Rwanda vers la libération économique et, avec celle-ci, toutes autres libérations. Or, précisément, cette libération, c’est la tâche à laquelle s’appliquent Kagame et son gouvernement, avec le succès qu’on connaît.
Mais à la décharge des pyromanes diplomatico-humanitaires qui canonnent le Rwanda avec une régularité de métronome, les conflits artificiellement entretenus dans cette région ne seraient pas difficiles à neutraliser si certains dirigeants chez le voisin de l’autre rive du Kivu ne faisaient pas preuve d’une incommensurable médiocrité. C’est peut-être ici que prend tout son sens la maxime du sage chinois: quand un sage montre du doit la lune, l’idiot regarde le doigt …. Oui, certes, mais jusqu’à quand ?

Bene

M23

Par Kambo (non vérifié), le mer, 2012-07-04 19:07.

Le M23 sera soutenu jusqu’a ce que les rwndophone congolais obtiennent la paix et la securite de leurs familles, soyez en sure. les discours extremistes des congolais, les soit disant rapport des ONG et l;ONU ne sont que des histoire.

Je suis désolé de constater

Par Anonyme (non vérifié), le mer, 2012-07-04 17:39.

Je suis désolé de constater le soi disant président de la république bannière du congo au cours de son allocation de quelques secondes a dit je cite : » les inciviques ont attaqué l’est du pays » qui sont ces inciviques?? je crois la réponse est là ! Hyppolit KANAMBE EST UN RWANDAIS. le neveux à JAMES kabarebe. c’est connu.

c’est trop

Par muyisa (non vérifié), le mer, 2012-07-04 17:18.

Que l’ONU dénonce le Rwanda seulement aujourd’hui, est une preuve de l’instrumentalisation de cette organisation par ceux qui la finance, elle devrait subir la dissolution comme la SDN. On se demande si l’ONU n’est pas complice de nos tortionnaire au travers la monusco (souvenez-vous qu’un des responsable de cette mission avait donnez un diplôme de mérrite à KUNDA pour avoir tué des congolais). Le peuple congolais devrait se méfier de ce rapport, ce n’est qu’une épisode de leur grand théâtre sur la balkanisation de notre pays dont tout le monde est complice (Washington, Londres, Bruxelles etc.) et même Kinshasa par ce que nos énemmies ont réussi à infiltrer toute nos institutions. C’est un théâtre parce que ce plan machiavélique va échouer pour preuve cela fait beaucoup d’année qu’il est au point final mais toujours des difficultés quand à son exécution et maintenant le peuple est conscient de plus en plus du danger et cela en commençant par moi je me demande si le débat sur la nationalité ne peut faire surface parce que ceux qui ont le statut de réfugié nous acculent et mijotent de trucs contre nous en guise de remerciement.

un rapport pas crédible

Par Anonyme (non vérifié), le mer, 2012-07-04 17:00.

Où sont ces preuves? les témoignages de 80 déserteurs anonymes? mais arrêtons de plaisanter, ces preuves ne tiendraient pas dans une cour de justice. ce rapport sent la manipulation et le bras de fer entre la france/belgique d’un côté et les usa/angleterre de l’autre sur qui va exploiter l’Est de la Rdc. mais les congolais aveuglés par leur haine du Tutsi n’ y verra que du feu…. il faut réfléchir plus profondément

Le seul heritage que nous

Par Anonyme (non vérifié), le mer, 2012-07-04 16:31.

Le seul heritage que nous congolais avons recu du feux maréchal Mobutu, c’est l’intégrité du Congo. le Congo ne sera jamais divise, et tous ces morts seront venge dans un avenir tres proche, kagame et ces complices congolais seront arrette et juge par le peuple congolais.

Soutien des rebeles de M23 par le Rwanda

Par Rameda (non vérifié), le mer, 2012-07-04 13:16.

Pourquoi pousser le Rwanda a négocier avec la RDC en lieu et place de le condamner et de lui demander de ne plus soutenir ces rebelles ?
Est ce que le Rwanda a déjà négocier avec les soit disants génocodaires de 1994 ?

Comme d’habitude, le Rwanda veut brandir l’ombre du génocide

Par Anonyme (non vérifié), le mer, 2012-07-04 12:19.

A chaque fois que le Rwanda se retrouve au pied du mur, ces sanguinaires rwandais (qui ont massacré des milliers des hutus sur le territoires congolais) brandissent toujours l’histoire du génocide et comme la France se sent toujours mal à l’aise, fini par faire marche arrière. Mais jusqu’à quand le massacre des congolais par les forces de Kagame vont continuer sans que le monde ne dise stop à Kagame. Si quelqu’un crée la haine c’est bien les rwandais qui ne veulent pas vivre en paix avec son voisin congolais.
Un rapport c’est bien mais des SANCTIONS, se sera mieux.

rappoart del’ONU sur la RDC

Par Anonyme (non vérifié), le mer, 2012-07-04 10:56.

Comme le disait De Gaule l’ONU est vraiment un machin au service de ceux qui la finance c’est à dire les USA et ses alliers Européens. Pourquoi la RDC et sa population doit souffrir à cause de seul appettit imperéalste? le masque sont tomber.la classe politique congolaise doit maintenant prendre conscience pour se réorganiser et a fin prendre sa revanche sur ce petit Rwanda. Le Rwanda avec le soutient qu’il a se comporte comme une grenouille qui veut avaler un boeuf. Debout congolais, unissons-nous…

Que dit la constitution Congolaise en cas d’agression?

Par djo (non vérifié), le mer, 2012-07-04 10:16.

J’attends voir le soit disant président du Congo décréter l’État d’urgence.

Le congo fort, c’est pour bientot,ONU ou USA vous aurez honte

Par Anonyme (non vérifié), le mer, 2012-07-04 10:01.

La communauté Internationale doit comprendre que nous congolais on est uni comme ils ne le pensent pas. On ne va jamais nous diviser, par contre ces guerres injustes imposé par ces puissances, renforcent encore l’unité et l’amour entre congolais (du Katanga au Kivu, du Bas-congo en Equateur, de Kindu à la province Orientales, du Kasai à Kinshasa, de Kinshasa au Kivu ….).
Si les USA et l’ONU et les autres puissances occultes continuent à soutenir le Rwanda dans ces sales boulots de tuer, massacrés et piller les richesses du Congo. ………
Certes aujourd’hui, le Congo en tant que Nation ou pays est incapable de mettre à genou le Rwanda, pour plusieurs raisons (Kabila complices avec les Rwandais, etant Rwandais lui même); tôt ou tard Kabila va disparaitre, et nous allons voir si ce Rwanda peut se mettre encore à se moquer de nous congolais.

Hypocrisie

Par Anonyme (non vérifié), le mer, 2012-07-04 08:02.

Ne pas prendre des sanctions contre le Rwanda est simplement de l’hypocrisie de la part des nations Unies. Que leur faut-il encore comme éléments ? Ce qui est publié aujourd’hui est connu depuis 1996 mais comme il n’y avait pas de preuves formelles, on faisait comme si de rien n’était. Aujourd’hui les preuves sont là et on tergiverse. Le risque est de réellement créer un sentiment anti-rwandais auprès des congolais à cause de leurs dirigeants et de la nonchalance des Nations-Unies. Les NU aiment parler de la lutte contre l’impunité alors qu’elles le prouvent. Me concernant personnellement, la crédibilité de cette institution se jugera par la manière dont ce dossier se réglera.

Si vous voulez voir quel rôle les USA jouent dans ce conflit, je vous invite à aller sur youtube pour suivre un documentaire de 26 minutes (tapez : LE CONFLIT AU CONGO : LA VéRITé DéVOILée) et vous verrez comment c’est révoltant.

La Vérité est connue depuis 16 ans

Par CESAR (non vérifié), le mer, 2012-07-04 10:56.

La Vérité sur les méfaits de Kagame en RDC est connue depuis 16 ans. Les rapports des ONG et le rapport Mapping de l’ONU en l’occurrence sont sans équivoque. Par ailleurs Kagame n’a jamais nié ses forfaits. En défense, il sort les FDLR. Ce qui est une fuite en avant.
Le bureau de la CIA pour l’Afrique de l’Est est ici au Rwanda. Par conséquent, les USA ne peuvent nullement prétendre ignorer les méfaits de Kagame, leur obligé.
Le chao, l’anarchie et des milliers de morts congolais sont plus imputables aux dirigeants congolais qu’à Kagame. En effet, par ses agissements, Kagame a lancé un défi à tout le Peuple Congolais. Au lieu de relever ce défi, les dirigeants congolais se sont acharnés sur les pauvres éléments des FDLR et leurs familles (des centaines de femmes y compris de les fillettes de moins de 13 ans violées et/ou éventrées avec des baillonnettes par les militaires congolais: les preuves existent) qui sont dans leur pays alors que le problème des FDLR est accessoire au problème principal à savoir les crimes abominable contre des millions de congolais commis par Kagame, la destruction des biens publics de la RDC, le pillage systèmatique et à grande échelle des richesses et autres biens de la RDC voire même des lits. Le monde entier a vu des centaines de camions de militaires rwandais chargés des lits, matelas, frigos etc volés en RDC. Les Congolais n’ont jamais accusé le Rwanda devant l’ONU. En revanche, ils ont demandé à l’ONU d’envoyer des milliers de soldats pour combattre les FDLR et pourchasser les dirigeants politiques de cette organisation partout où ils se trouvent.Ainsi sont actuellement emprisonnés en Allemagne sur demande des USA au mépris total du droit international et du droit allemand élémentaire…….

On attend le dicours du

Par Anonyme (non vérifié), le mer, 2012-07-04 01:17.

On attend le dicours du président de pacotille fabriqué à Kigali joseph kabila pour dénoncer cette agression.

Kabila ne dénoncera jamais son frère Kagame

Par kelly (non vérifié), le mer, 2012-07-04 10:16.

Alors que toutes les instances internationales nomme sans détour le Rwanda comme la source de l’insécurité qui règne à l’est de la RDC, les concernés ( gouvernement congolais et son président), n’osent même pas cité le nom du Rwanda, Le soi-disant président n’a même pas osé parler du Rwanda lors de son dernier discours, et avec tout ça le peuple congolais refuse de comprendre pour qui roule ce Monsieur au sommet de l’État. Étant un ex soldat de l’armée patriotique Rwandaise de Kagame, croyez vous qu’il va trahir ses parrains??? ce que les congolais doivent savoir, et que Kabila accompli avec succès sa mission en tant qu’agent Rwandais, on a vu sa réaction lors de la crise avec le Congo Brazza, deux poids deux mesures!

LES COMMISSIONNAIRES (COMMERCANTS) A LA TETE DU PAYS

Par Anonyme (non vérifié), le mer, 2012-07-04 16:24.

Nous avons des dirigeants commis pour le compte d’autres. Voila pourquoi, toutes les démarches ne vont pas dans l’intérêt de la population.
Ils n’attendent que leur prime et partir à l’étranger car la vie des congolais de leur dit rien. On le sait très bien. …
C’est à nous les congolais d’arreter des stratégies pour stabiliser notre situation, nous en sommes capables,même après des années…

KAGAME ET KABILA

Par Alex (non vérifié), le mer, 2012-07-04 15:39.

Ce qui est revoltant dans l’ingérence Rwandaise au Congo, c’est le silence quasi complice du président Kabila. Devant des faits si graves, il devait hausser le ton et rompre nos relations diplomatiques avec le Rwanda. En effet, que gagnons-nous dans ces relations ? qu’il commence par rappeler notre ambassadeur à Kigali. Toutes nos forces combattantes doivent être en alerte et bien positionnées à la frontière rwandaise. D’un autre côté, j’ai toujours douté de la volonté de JK de doter le pays d’une armée forte, puissante comme le voulait feu son père. Si nous poussons plus profondement notre reflexion, il sera difficile de ne pas accuser notre Président de trahison, de collaboration avec l’ennemi. Nos yeux sont maintenant tournés vers le Parlement, le senat et Monsieur Tshisekedi. Secouez-vous messieurs, vous devez parler !

Source: rfi.fr

Publié dans ACTUALITE, actualité africaine, ACTUALITE MONDIALE | 1 Commentaire »

 

L'univers de la Supply Chain |
NEW AYITI |
Blog rémi gaillard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le résumé des meilleurs con...
| Code Promo
| Le blog des bonnes questions