• Accueil
  • > Archives pour janvier 2012

Rwanda/Génocide:Réponse au Rapport Technique du Juge Français Marc Trévidic. Theogene Rudasingwa.

Posté par Adolphe Habimana le 11 janvier 2012

(mercredi, 11 janvier 2012 09:47)

Rwanda/Génocide:Réponse au Rapport Technique du Juge Français Marc Trévidic. Theogene Rudasingwa. dans ACTUALITE rudasingwa-kagame-ni-we-wahanuye-iriya-ndege-tuzakomeza-dutange-ibimenyetso-ndetse-na-juji-trevidic-tuzabimwumvisha-neza-maze-urubanza-ruzashyire-ukuri-ahagaragara       LE-JUG1-300x183 dans actualité africaine

Dr Rudasingwa                                                                       Le juge Marc Trévidic

Le juge antitéroriste n’a pas encore dit son dernier mot, l’affaire ne fait que commencer !
Le 1er octobre 2011, j’ai communiqué au public une confession dans laquelle j’ai indiqué que Paul Kagame était responsable de la destruction le 6 avril 1994, de l’avion à bord duquel se trouvaient les Présidents Juvénal Habyarimana du Rwanda, Cyprien Ntaryamira du Burundi, ainsi que Messieurs Déogratias Nsabimana, Elie Sagatwa, Thaddée Bagaragaza, Emmanuel Akingeneye, Bernard Ciza, Cyriaque Simbizi, Jacky Hérault, Jean-Pierre Minaberry, et Jean-Michel qui furent tous tués.

kgm3 dans ACTUALITE MONDIALE                                                                perezida-yuvenali-habyarimana-300x203

le président Paul Kagame                                                                                                      Le président Juvénal Habyarimana

J’ai indiqué que Paul Kagame en personne m’avait dit qu’il était responsable des tirs qui ont abattu l’avion. J’ai dit que Paul Kagame devait répondre de son rôle dans ce crime terroriste qui est l’élément qui a déclenché le génocide de 1994 au Rwanda. J’ai également déclaré que moi-même, ainsi que d’autres témoins étions disposés, capables et prêts pour fournir des informations supplémentaires aux juridictions nationales et/ou internationales qui seraient intéressées pour contribuer à la vérité, à la justice, à la réconciliation et au processus de guérison au Rwanda.

Ni moi-même, ni aucun autre des nouveaux témoins capables et disposés n’avons pu rencontrer le Juge Marc Trévidic, ou tout autre Tribunal international pour leur donner les vraies informations sur les évènements relatifs aux tirs qui ont abattu l’avion.

Aujourd’hui, le 10 janvier 2012, le Juge français marc Trévidic chargé de l’enquête sur le crime terroriste de 1994, a rendu publiques les conclusions du rapport technique fournies par des experts en balistique. Le rapport affirme notamment :

 

a) que les experts penchent plus vers la version des fait selon laquelle le missile qui a abattu l’avion serait parti de plusieurs endroits et en particulier des environs de Kanombe a Kigali ;

 

b) que les missiles étaient de fabrication russe et avaient été livrés par l’Ancienne Union Soviétique ;

 

c)et que les avocats et les autres parties intéressées ont jusqu’à trois mois pour contester tout éléments relatif au rapport.

A cet égard, je voudrais souligner ce qui suit :
1. Le fait que les missiles aient été tiré des environs de la zone de Kanombe ne signifie nullement que Kagame n’a pas commis le crime ;
2. Le fait que les missiles étaient d’origine soviétique constitue un élément technique essentiel pour déterminer le véritable coupable ;
3. Et nous avons encore le temps, (moi-même et les autres témoins intéressés et nouveaux) pour répondre intégralement au rapport technique et donner des témoignages crédibles au juge Marc Trévidic ou à toute autre juridiction internationale, pour démontrer avec précision que Kagame est l’auteur de ce crime terroriste.

carte2-279x300

Catre du Rwanda


Je confirme avec force l’esprit et la lettre de ma confession du 1er octobre 2011. Le rapport du Juge Marc Trévidic n’a en rien démenti ce que j’ai dit. Pas plus qu’il n’a lavé Paul Kagame de son crime même si Kigali est en train de sortir l’affaire de son contexte pour célébrer ce qu’ils appellent une « victoire ».

Dans les tous prochains mois et années, moi-même, les autres témoins, les rwandais ainsi que d’autres personnes de la communauté internationale qui entendent l’appel, allons continuer à faire en sorte que Kagame réponde de son rôle dans ce crime et dans plusieurs autres actes criminels.

Je tiens à souligner à l’attention de tous les rwandais et de la communauté internationale que ce rapport ne constitue pas un jugement sans appel du juge Marc Trévidic sur cette affaire. Par ailleurs, pour les rwandais, les questions relatives à la vérité et à la justice seront réglées en premier lieu par nous, les rwandais. Même confrontés au fait que la communauté internationale et les étrangers en général se sont illustrés en décevant les rwandais, nous devons avoir foi dans notre lutte pour la vérité, la justice, la réconciliation et le processus de guérison.

Nous devons nous mobiliser et nous organiser, car la vérité et la justice finiront par prévaloir. Nous vaincrons !

Dr. Théogène Rudasingwa
E-mail: ngombwa@gmail.com

http://www.leprophete.fr/2012/01/11/réponse-au-rapport-technique-du-juge-français-marc-trévidic-theogene-rudasingwa/trackback/

Publié dans ACTUALITE, Actualité, actualité africaine, ACTUALITE MONDIALE | Pas de Commentaire »

Rwanda/Génocide:Attentat Habyarimana : le Rwanda satisfait de la nouvelle orientation de l’enquête française

Posté par Adolphe Habimana le 11 janvier 2012

Rwanda/Génocide:Attentat Habyarimana : le Rwanda satisfait de la nouvelle orientation de l’enquête française

Discours du président rwandais Paul Kagamé lors de la commémoration du 15ème anniversaire du génocide de 1994, sur la colline de Nyanza, à Kigali, le 7 avril 2009.

Discours du président rwandais Paul Kagamé lors de la commémoration du 15ème anniversaire du génocide de 1994, sur la colline de Nyanza, à Kigali, le 7 avril 2009.

(Photo : Reuters)
Par RFI

Kigali se félicite des nouvelles conclusions de l’enquête française sur les tirs qui ont abattu l’avion du président Habyarimana au Rwanda en 1994. Un attentat considéré comme un élément déclencheur du génocide. Selon le gouvernement ce rapport « rend justice » à la position soutenue par le Rwanda. Presque 18 ans après les faits, un rapport d’expertise conclut donc que les tirs de missiles venaient du camp militaire de Kanombé tenu par les loyalistes de l’époque. Une version qui contredit la thèse du juge Bruguière, le premier juge français en charge de l’affaire. Une version surtout qui exonère les proches de l’actuel président Paul Kagamé, des proches qui étaient jusque là inculpés.

« C’est une journée historique», clamait le 10 janvier Maître Maingain, avocat des personnalités rwandaises poursuivies pour cet attentat depuis l’enquête du juge Bruguières.

Maître Bernard Maingain

Avocat des personnalités proches du président rwandais Paul Kagamé

Toute la thèse qui avait été construite visant à accuser nos clients est entrain de s’effondrer totalement.

En 2006, sur la base de témoignages, et sans jamais s’être rendu au Rwanda, Jean-Louis Bruguière concluait que l’attentat contre l’avion du président Juvénal Habyarimana en 1994 était le fait de rebelles du FPR infiltrés sur la colline de Massaka surplombant l’aéroport à Kigali.

Ce que disent aujourd’hui les géomètres et experts en balistique, acoustique, explosifs et incendie, désignés il y a 20 mois par les juges qui ont repris le dossier, c’est que les missiles sont partis d’une autre colline, la colline de Kanombé, qui abritait une importante base de l’armée du régime Habyarimana.

Voilà qui fragilise un peu plus le dossier Bruguière, alors que plusieurs témoins à charge s’étaient rétractés. D’où la satisfaction des avocats des sept proches du président rwandais Paul Kagamé poursuivis par la justice française. Pour eux, ce rapport exonère totalement leurs clients et appuie la thèse d’un attentat perpétré par les extrémistes hutus.

L’avocat de la veuve Habyarimana lui se veut plus prudent sur les conclusions à tirer quant aux auteurs de l’attentat. Maître Philippe Meilhac assure que l’armée rwandaise n’a jamais été entraînée au tir de missiles soviétiques utilisés dans l’attentat.

 

Maître Philippe Meilhac

Avocat de la veuve Habyarimana

Conclure que le rapport exonère le camp du FPR est un raccourci.

 

 

Le rapport ne se prononce pas sur le fond : les auteurs des tirs

Le rapport d’expertise français a été accueilli avec une grande satisfaction à Kigali. Pour la Ministre rwandaise des Affaires étrangères « il est clair pour tous désormais que l’attentat contre l’avion était un coup d’Etat mené par des extrémistes hutu et leurs conseillers ». Les autorités de Kigali ont -elles raison pour autant de crier victoire?

Kigali n’a pas tort de se réjouir des conclusions du rapport puisqu’elles font tomber les accusations des témoins de l’enquête du juge Jean-Louis Bruguière. Ces témoins affirmaient que le missile qui a détruit l’avion du président Habyarimana avait été tiré de la colline de Massaka par des rebelles du FPR qui avaient pu s’y infiltrer.

Les experts français en balistique contredisent ces accusations en révélant que le missile a été lancé d’un autre endroit de Kanombé, un camp militaire des forces armées rwandaises.

En revanche, Kigali a tort d’en déduire que le rapport des experts l’exonère totalement. Les deux juges francais Trevidic et Poux ne vont pas jusque là et pour cause. Le rapport d’expertise n’avait pas pour objet d’identifier les auteurs du tir de missiles mais seulement de localiser l’endroit d’où ils ont été tirés.

Certes, Kanombé était un camp militaire tenu par les FAR, les Forces armées rwandaises mais ce camp est très vaste. Etait-il impénétrable? Etait-il impossible de s’y infiltrer à l’époque en 1994? Ni les experts ni les juges français qui se sont rendus sur les lieux 16 ans après les faits, ne sont en mesure de le dire aujourd’hui.

L’enquête de la justice française va donc se poursuivre. Plusieurs témoins ont déjà été ré-entendus par les deux juges français.

 

tags: FranceJusticePaul KagameRwanda

Publié dans ACTUALITE, Actualité, actualité africaine, ACTUALITE MONDIALE | Pas de Commentaire »

Rwanda/Génocide:Rwanda : qui a tué Juvénal Habyarimana ? Lire l’article sur Jeuneafrique.com : Rwanda : qui a tué Juvénal Habyarimana ?

Posté par Adolphe Habimana le 10 janvier 2012

10/01/2012 à 13h:45 Par Jeune Afrique
Photo d’archives du président rwandais Juvénal Habyarimana, le 23 avril 1991 à Paris.
Photo d’archives du président rwandais Juvénal Habyarimana, le 23 avril 1991 à Paris.© AFP

Le rapport des experts français sur les conditions de la mort de l’ancien président rwandais Juvénal Habyarimana doit être dévoilé ce mardi. Un document très attendu.

Les conclusions de l’expertise judiciaire commandée par les juges antiterroristes Marc Trévidic et Nathalie Poux sur l’origine des tirs qui ont abattu à Kigali l’avion de Juvénal Habyarimana, le 6 avril 1994, doivent être connues ce mardi. L’enjeu est considérable : elles pourraient permettre de connaître l’identité des assassins de l’ancien président rwandais, dont la mort est considérée comme le déclencheur du génocide de 1994.

Quelle était la trajectoire du Falcon 50 d’Habyarimana ? Sa position précise au moment de l’impact ? Quel type de missile a été utilisé ? À partir de quel endroit ? Comment confronter les données obtenues avec les témoignages et les données topographiques pour déterminer la provenance du tir ? Ces questions trouveront peut-être une réponse aujourd’hui.

« Beaucoup d’espoir »

« Une expertise d’une telle ampleur est source de beaucoup d’espoir dans ce dossier où sept personnes sont mises en examen », estime Me Philippe Meilhac, l’avocat de la veuve de l’ancien président, Agathe Habyarimana. Me Emmanuel Bidanda, l’avocat d’une des victimes françaises de l’accident, est plus nuancé. Les conclusions de l’expertise seront « une pièce utile et extrêmement importante », mais « il serait étonnant d’en attendre une révolution à 180 degrés de l’enquête », dit-il.

Une chose est sûre : environ vingt mois après leur désignation et un déplacement au Rwanda en septembre 2010, les cinq experts (géomètre, balistique, explosifs, incendie et acoustique) mandatés par les juges ont fini leur travail. Et leurs rapports pourraient s’avérer essentiels pour étayer l’une ou l’autre des thèses qui s’affrontent, ou tout au moins pour invalider l’une d’entre elles.

La thèse rwandaise impute la responsabilité de l’attentat contre le Falcon 50 présidentiel aux extrémistes hutus des Forces armées rwandaises (FAR, loyalistes). Celles-ci auraient voulu éliminer le président Habyarimana pour faciliter un coup d’État et promouvoir une ligne dure à l’égard des Tutsis. Kigali a d’ailleurs présenté un rapport d’enquête affirmant que les tirs provenaient du camp militaire de Kanombe, une importante base des FAR, jouxtant l’aéroport et la résidence présidentielle au sud-est.

« Inimaginable »

Selon les autorités rwandaises, il est « impossible d’imaginer » qu’un commando du Front patriotique rwandais (FPR), la rébellion tutsie dirigée en 1994 par l’actuel président Paul Kagame, ait pu s’infiltrer à Kanombe pour abattre l’avion d’Habyarimana. C’est pourtant la piste de l’infiltration qu’avait suivie en 2006 Jean-Louis Bruguière, provoquant la rupture par Kigali des relations diplomatiques avec la France. Selon les investigations du juge français, les hommes de Kagamé seraient passés à travers le dispositif des FAR pour se positionner sur la colline de Massaka, qui surplombe l’aéroport à l’est de la piste. Et faire feu.

Visés en 2006 par des mandats d’arrêt qui ont été levés depuis, six proches du président Kagame ont été mis en examen par la justice française en décembre 2010. Ils ont été rejoints par Rose Kabuye depuis novembre 2008. Mais les avocats des mis en examen, Mes Bernard Maingain et Léon-Lef Forster, se disent « confiants dans l’évolution du dossier car il est établi, selon nous, que toutes les bases sur lesquelles il repose ont été remises en question, en particulier grâce à nos demandes d’actes ». Selon eux, la piste de l’infiltration du FPR chez les FAR est obsolète. Sur l’origine des tirs, « que ce soit Massaka ou Kanombe, la mise en cause du FPR est inimaginable vu l’état du dossier », assurent-ils.

(Avec AFP)

Lire l’article sur Jeuneafrique.com : Rwanda : qui a tué Juvénal Habyarimana ? | Jeuneafrique.com – le premier site d’information et d’actualité sur l’Afrique

Publié dans ACTUALITE, Actualité, actualité africaine, ACTUALITE MONDIALE | Pas de Commentaire »

Rwanda – attentat contre Habyarimana : l’expertise française disculpe les proches de Kagamé Lire l’article sur Jeuneafrique.com : Rwanda – attentat contre Habyarimana : l’expertise française disculpe les proches de Kagamé

Posté par Adolphe Habimana le 10 janvier 2012

Des soldats du FPR devant l'épave du Falcon 50 de Habyarimana, abattu le 6 avril 1994.
Des soldats du FPR devant l’épave du Falcon 50 de Habyarimana, abattu le 6 avril 1994.© Corinne Dufka/Reuters

Le rapport d’experts commandé par des juges français sur l’attentat qui a coûté la vie à Habyarimana conclut à un tir de missile en provenance d’une caserne militaire contrôlée par les partisans de l’ancien président rwandais. Le rapport judiciaire marque donc l’effondrement de la piste, un temps suivie par la justice française, de la responsabilité de l’actuel président rwandais Paul Kagamé dans un événement considéré comme le déclencheur du génocide d’au moins 800 000 personnes.

Est-ce enfin l’épilogue d’un épisode qui aura empoisonné les relations franco-rwandaises pendant près de 18 ans, et au-delà, tourmenté la mémoire des rescapés du génocide de 1994 ? Mardi, les juges d’instructions français Marc Trévidic et Nathalie Poux ont communiqué aux parties, dont Agathe Habyarimana et des proches de Paul Kagamé mis en examen, les conclusions du rapport d’experts qu’ils avaient commandé sur l’attentat contre l’avion du défunt président rwandais Juvénal Habyarimana, le 6 avril 1994.

Cette enquête, menée à Kigali de septembre à décembre 2010, montre que le missile qui a abattu le Falcon 50 présidentiel a été tiré de la caserne militaire de Kanombe, à Kigali. À cette époque, les lieux étaient occupés par la garde présidentielle, une des unités les plus fidèles au régime d’Habyarimana, qui allait immédiatement commencer le génocide des Tutsis et le massacre des opposants hutus.

Rupture diplomatique

Les conclusions de l’expertise tendent donc à prouver que les auteurs de l’attentat ne sont pas les membres d’un commando du Front patriotique rwandais (FPR, le parti de l’actuel président Paul Kagamé). C’est pourtant la piste qu’avait suivie Jean-Louis Bruguière, le prédécesseur des juges Trévidic et Poux. En émettant des mandats d’arrêts contre plusieurs proches de Paul Kagamé en 2006, celui-ci avait provoqué la fureur du Rwanda, qui décida de rompre ses relations diplomatiques avec la France. Celles-ci ne furent rétablies que fin 2009.

Comme Bruguière, une partie de l’administration française de l’époque, coupable aux yeux de Kigali d’avoir soutenu le régime d’Habyarimana, avait validé la thèse de la responsabilité du FPR. Ce qui leur permettait, croyaient-ils, de remettre sur les épaules du parti de Kagamé une partie de la responsabilité des massacres de son propre peuple.

Kigali félicite les juges français

Aujourd’hui, Kigali se sent – enfin – absout par la justice française. « Il est maintenant clair que l’attentat contre l’avion était un coup d’État mené par des éléments hutus extrémistes et leurs conseillers qui contrôlaient les casernes de Kanombe », a déclaré la ministre rwandaise des Affaires étrangères Louise Mushikiwabo.

« Le rapport d’expertise confirme l’hypothèse d’un départ de tirs de missiles depuis (le camp de) Kanombe et nos clients qui ont été injustement accusés et poursuivis pendant des années se trouvent confortés dans leurs positions », a déclaré après la présentation de l’expertise Me Bernard Maingain, l’avocat des proches de Paul Kagamé.

Pour l’occasion, le communiqué du gouvernement rwandais adresse les premiers compliments à une administration française depuis bien longtemps : « Le rapport d’aujourd’hui est vu comme le résultat d’une investigation de grande qualité, menée par des magistrats français au passé impeccable et menée par des experts de classe mondiale ».

Lire l’article sur Jeuneafrique.com : Rwanda – attentat contre Habyarimana : l’expertise française disculpe les proches de Kagamé | Jeuneafrique.com – le premier site d’information et d’actualité sur l’Afrique

Publié dans ACTUALITE, Actualité, actualité africaine, ACTUALITE MONDIALE | Pas de Commentaire »

Rwanda Gets French Report On Habyarimana Plane Disaster/Rwanda Obtient rapport français sur l’avion de Habyarimana

Posté par Adolphe Habimana le 9 janvier 2012

Rwanda Gets French Report On Habyarimana Plane Disaster/Rwanda Obtient rapport français sur l'avion de Habyarimana dans ACTUALITE kagkay                        habyari6-231x300 dans actualité africaine

Paul Kagame et Kayumba Nyamwasa                                           Juvénal Habyarimana

e1dc500c-fbb3-11de-b28e-13643383cade-300x168 dans ACTUALITE MONDIALE

avion abattu du président Habyarimana

Rwanda President Paul Kagame has received a
copy of the long-awaited report on the April 6, 1994 shooting down of the plane
carrying Juvenal Habyarimana.

 

French judges Marc
Trevidic and Nathalie Poux, who have been investigating the incident which
sparked genocide in Rwanda, forwarded the report to Kigali on January 7.

Government
immediately wired the report to Kagame’s aides in South Africa where he is
attending the ANC’s 100th Anniversary celebrations, according to well
placed sources in Kigali.

Details of the report, which will be made public this week, are
still scanty.

The two judges have been
investigating the sensitive incident following the retirement of Judge
Bruguiere.

The contents of the
report are so crucial given that the judges will officially indict perpetrators
of the assassination and issue public arrest warrants.

Kigali
is still silent on the matter, raising fears the report could be pinning RPF
leaders in the shooting.

Kagame’s former Cabinet
Secretary Theogene Rudasingwa shook the world late last year when he revealed
the President, who was then the RPF leader, shot down the plane.

Rudasingwa said Kagame on
several times told him how he blew up the plane carrying Habyarimana, his
Burundian counterpart Cyprien Ntaryamira and their staff.

Kagame denies the
allegations.

The investigating judges
in September 2010 visited Rwanda where they brought experts to reconstruct the
shooting of the plane.

The judges intended to
publish the report in March last year but were compelled to postpone to June
2011, fearing the publication would coincide with the sensitive month of
April.

Judges further faced a
serious diplomatic challenge around June considering that Kagame was planning a
visit to France.

The Habyarimana case led
to the severing of ties between Rwanda and France. Kigali accused French
soldiers of raping Rwandese women during a humanitarian operation in
1994.

France has been
investigating the assassination because the pilots of the ill-fated plane were
French.

During the Rwanda trip,
judges were accompanied by experts in geometry, ballistics, explosives and
fires, hoping to determine the area where the missiles were fired.

The judges at the time
suspected a commando squad of Rwandan Patriotic Front, the Tutsi rebel group led
by Kagame, who seized power immediately after the genocide, had broken the
defence lines of the mainly Hutu Rwandan Armed Forces.

Kagame’s government
shifts the blame to Hutu extremists within the FAR whom it says wanted to
eliminate the president in a coup d’état.

An investigation carried
out by British experts shows missiles were fired from a heavily fortified FAR
Military base.

Mois d’avril.

 

Publié dans ACTUALITE, Actualité, actualité africaine, ACTUALITE MONDIALE | Pas de Commentaire »

Rwanda/Sécurité : un nouvel attentat à la grenade fait deux morts à Kigali

Posté par Adolphe Habimana le 5 janvier 2012

Rwanda/Sécurité : un nouvel attentat à la grenade fait deux morts à Kigali dans ACTUALITE kigali3-300x171
Kigali abrite près d’un million  d’habitants.© oledoe/Flickr

Des sources officielles ont indiqué qu’un attentat à la grenade  avait eu  lieu mardi soir à Kigali. Le bilan fait état de deux morts et 16  blessés.

Selon un porte-parole de la police rwandaise, Theos Badege, l’explosion d’une  grenade mardi soir à Kigali a fait deux morts et blessé 16 personnes. L’attentat  a eu lieu vers 19 heures dans le secteur de Remera, du district de Gasabo. « Une  enquête a été ouverte mais aucun suspect n’a encore été arrêté », a ajouté M.  Badege.

Par le passé, le pouvoir de Kigali a imputé des attaques similaires aux  rebelles hutus des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), basés en République  démocratiques du Congo (RDC), et à d’anciens responsables tutsis en exil,  rivaux déclarés du président rwandais Paul Kagamé. L’avant dernier s’était produit en  juillet 2011 dans le sud-ouest du pays et fait 21 blessés légers. Une autre  attaque – toujours à la grenade – avait causé la mort de deux personnes dans la  capitale en janvier 2011.

Aucune revendication

En 2010, lors de l’année de l’élection présidentielle qui a vu Kagamé (au  pouvoir depuis le génocide de 1994) l’emporter pour un second mandat avec 93 % des voix, cinq personnes  avaient perdu la vie dans des attentats de même nature à Kigali. Le gouvernement avait  alors accusé deux ex-officiers supérieurs de l’armée, aujourd’hui en exil,  d’être à l’origine des attentats. Visé, le général Faustin Kayumba Nyamwasa, avait démenti en 2010 toute  implication dans ces attaques. Selon lui, les autorités elles-mêmes en seraient  responsables.

(Avec AFP)

Lire l’article sur Jeuneafrique.com : Rwanda : un nouvel attentat à la grenade fait deux morts à Kigali | Jeuneafrique.com – le premier site d’information et d’actualité sur l’Afrique

Publié dans ACTUALITE, Actualité, actualité africaine, ACTUALITE MONDIALE | Pas de Commentaire »

 

L'univers de la Supply Chain |
NEW AYITI |
Blog rémi gaillard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le résumé des meilleurs con...
| Code Promo
| Le blog des bonnes questions