• Accueil
  • > Archives pour octobre 2011

France/Allemagne:Crise de l’Europe ou crise mondiale!

Posté par Adolphe Habimana le 26 octobre 2011

France/Allemagne:Crise de l'Europe ou crise mondiale! dans ACTUALITE G3163_photo09

Lorsqu’elles participent à de grandes rencontres européennes, les délégations française et allemande partagent le même hôtel. C’est symbolique : ça prouve que désormais nous sommes alliés, et plus adversaires. En sport, deux équipes adverses ne partagent jamais le même hôtel avant un match. Normal, après la rencontre, les gagnants vont faire la fiesta au bar de l’hôtel. Alors autant que les perdants aillent cuver leur déception ailleurs. C’est dur de s’endormir quand vos adversaires fêtent la victoire à l’étage d’en-dessous. Pourtant, on a l’impression que c’est ce qui s’est passé samedi à Bruxelles. Jean Quatremer raconte ça de manière amusante dans « Libé ».

Après s’être affrontées pendant des heures pour définir une position commune, les délégations française et allemande sont rentrées à l’hôtel vers 23 heures. À peine arrivée, Angela a filé direct au bar pour commander un verre de vin blanc. Ses conseillers l’ont rejoint et ils sont restés à boire et à rire jusque tard dans la nuit.
Et les Français ? Ben à peine arrivés, ils ont filé dans leur chambre. Seul Xavier Musca, le Conseiller économique du président, est redescendu au bar pour échanger quelques mots avec les Allemands. Leur a-t-il demandé de fêter moins bruyamment leur victoire pour laisser dormir Nicolas ? Jean Quatremer était trop loin pour entendre ce qui s’est dit… Il note simplement que les Allemands n’ont pas proposé à Xavier Musca de s’asseoir pour trinquer avec eux.

Dommage ! Pour que le cliché du triomphe allemand soit complet, Angela aurait dû commander une grosse pinte de bière. Puis elle aurait invité Nicolas Sarkozy et Xavier Musca à danser la farandole des chaises, comme dans « La Grande Vadrouille », lorsque les Allemands invitent De Funès et Bourvil à célébrer l’amitié entre leurs deux pays.

Face aux Allemands, nos vieux complexes ne tardent jamais à ressurgir. Mais évidemment, ça n’a rien à voir. Grâce à l’Europe, les Allemands sont devenus nos alliés et si on s’aligne sur leur politique, c’est de notre plein gré.

Publié dans ACTUALITE, ACTUALITE MONDIALE | Pas de Commentaire »

Libye/guerre/ : Aurevoir Kaddafi:mort ou vif, kaddafi capturé a syrte ?

Posté par Adolphe Habimana le 20 octobre 2011

kadhafisyrtelibye419324jpg278309.jpg

Le colonel Kaddafi a été blessé pendant la bataille de Syrte.© AFP

Selon certains militaires du CNT libyen, Mouammar kaddafi aurait été capturé pendant la bataille de Syrte. Il serait blessé ou peut-être tué selon les sources.

La nouvelle n’est pas confirmée officiellement, ni par le CNT libyen ni par l’Otan. Mais selon plusieurs sources concordantes, provenant en général du Conseil militaire de Misrata (dont de nombreux combattants participaient à la bataille de Syrte) – donc de sources non indépendantes -, Mouammar Kaddafi aurait été capturé jeudi à Syrte.

Selon Mohamed Leith, un commandant venu de Misrata, l’ancien guide libyen serait blessé aux deux jambes. « Kaddafi a été arrêté. Il est gravement blessé mais il respire encore », a-t-il déclaré, affirmant avoir vu Mouammar Kaddafi de ses propres yeux. Selon lui, l’ex-dirigeant libyen portait un costume kaki et un turban autour de la tête.

Informations contradictoires

Selon d’autres témoignages, Mouammar Kaddafi serait mort dans les combats. Une nouvelle pour l’instant démentie puis confirmée par des sources citées par Al-Jazira, ce qui prouve combien il est difficile d’obtenir des informations fiables et non-contradictoires.

Hassan Deroui, membre du CNT, avait préalablement confié à Jeuneafrique.com que, « les dernières troupes fidèles à Kaddafi » avaient « déposé les armes », jeudi dans la matinée à Syrte.

Lire l’article sur Jeuneafrique.com : Libye : mort ou vif, kaddafi capturé a syrte ? | Jeuneafrique.com – le premier site d’information et d’actualité sur l’Afrique

Le colonel Kaddafi a été blessé pendant la bataille de Syrte.

Image de prévisualisation YouTube

Il était une fois un guide de la révolution liby…..

Publié dans ACTUALITE, actualité africaine, ACTUALITE MONDIALE, Afrique en audiovisuel:histoire | Pas de Commentaire »

Rwanda:La nomination du nouveau Premier ministre rwandais suscite désarroi et interrogations

Posté par Adolphe Habimana le 18 octobre 2011

habumuremyi.jpg

Le président rwandais Paul Kagame entouré de son Premier ministre sortant Bernard Makuza (à droite) et Pierre Damien Habumuremyi (à gauche), le 7 octobre 2011 au Parlement à Kigali.

Par RFI

La nomination d’un nouveau Premier ministre au Rwanda jeudi 6 octobre 2011 suscite toujours autant d’interrogations. Pierre Damien Habumuremyi n’est pas une personnalité politique de premier plan. Il n’incarne pas non plus l’ouverture attendue par les opposants à Paul Kagame. Et surtout sa nomination ne s’est pas accompagnée d’un remaniement.

Pourquoi Paul Kagame a t-il écarté son ancien chef de gouvernement, un homme fidèle qui ne faisait pas de vagues ? La décision aurait été logique et dans l’air du temps si son remplaçant avait été un symbole d’ouverture commente un spécialiste du Rwanda. L’ouverture était réclamée par les bailleurs de fonds depuis des mois et semblait se dessiner, notamment si l’on en croyait les rencontres entre Paul Kagame et ses opposants lors de ses derniers déplacements aux Etats-Unis et en France début septembre.

Mais le profil du nouveau Premier ministre coupe court aux espoirs. Pierre Damien Habumuremyi n’est pas une personnalité en vue. Il n’a pas vraiment de base politique. C’est un homme du FPR, le parti présidentiel. « Point de salut en dehors des « intore », les milices du Front patriotique rwandais », avait-il dit en substance lorsqu’il était encore ministre de l’Education. Il était jusque là « un ministre timoré », disent ses détracteurs, qui ne prenait jamais aucune décision et déléguait volontiers les affaires délicates à d’autres.

« L’homme sera au garde à vous, c’est le profil type qui convient à Paul Kagame », assure un opposant exilé à Paris. En somme, la nomination de Pierre Damien Habumuremyi est troublante résume un spécialiste du Rwanda.

Les explications d’André Guichaoua, spécialiste du Rwanda

Est ce que c’est simplement un personnage qu’on remplace en installant ceux qui sortent au Sénat ? Ou est-ce que c’est le début d’un mouvement plus large de remaniement des instances politiques ?

Publié dans ACTUALITE, actualité africaine | Pas de Commentaire »

Afrique/Prix nobel de la paix:Le prix Nobel d’Ellen Johnson Sirleaf, une reconnaissance de la femme africaine

Posté par Adolphe Habimana le 8 octobre 2011

ellenjohnsonsirleaf.jpg

La présidente du Liberia, Ellen Johnson Sirleaf, prix Nobel de la paix 2011, avec la yéménite Tawakkol Karman et une autre libérienne, Leymah Gbowee.

Par RFI

Ellen Johnson Sirleaf, première femme chef élue chef d’Etat en Afrique, s’est vu décerner le prix Nobel de la paix, vendredi 7 octobre 2011, au même titre que la Yéménite Tawakkol Karman et une autre Libérienne, Leymah Gbowee. Au Liberia et en Afrique, les réactions sont nombreuses et saluent une victoire dans la reconnaissance du rôle des femmes, notamment en Afrique. Globalement enthousiastes, certaines femmes restent prudentes, notamment par crainte que le prix ne pèse dans l’élection présidentielle que se déroulera dans quatre jours au Liberia, et pour laquelle la présidente nobélisée est candidate.

L’attribution du prix Nobel de la paix à Ellen Johnson Sirleaf intervient quatre jours avant l’élection présidentielle où elle brigue un nouveau mandat. Il était 9h le 7 octobre au matin à Monrovia quand la nouvelle a été annoncée depuis Oslo. A la résidence de la première femme africaine chef d’Etat, son entourage a accueilli la nouvelle avec joie.

Publié dans ACTUALITE, actualité africaine, ACTUALITE MONDIALE | Pas de Commentaire »

HOMAGE:Steve Jobs, légendaire patron d’Apple, est décédé à 56 ans

Posté par Adolphe Habimana le 6 octobre 2011

stevejobsiphone.png

SAN FRANCISCO (Reuters) – Steve Jobs, cofondateur et patron emblématique d’Apple, est décédé mercredi à l’âge de 56 ans au terme d’une longue bataille contre le cancer.

Son immense apport à l’informatique et sa créativité, qui ont révolutionné les pratiques quotidiennes de millions de personnes dans le monde, ont été immédiatement salués dans la classe politique et le monde des nouvelles technologies mais aussi parmi les clients d’Apple, souvent devenus des adeptes inconditionnels des produits nés de son imagination.

« Steve Jobs faisait partie des plus grands innovateurs américains, suffisamment courageux pour penser différemment, suffisamment hardi pour se croire capable de changer le monde et suffisamment talentueux pour y parvenir », a déclaré le président des Etats-Unis Barack Obama, jugeant que le monde avait « perdu un visionnaire ».

De Los Angeles à Sydney, des admirateurs ont commencé à rendre hommage à Steve Jobs devant les ‘Apple Stores’. Devant l’un de ces magasins à New York, des bougies, des fleurs, une pomme ou encore un iPod ont été déposés en un mémorial improvisé. A San Francisco, certains ont brandi leurs iPads en faisant figurer sur l’écran un portrait en noir et blanc de Steve Jobs.

Le phénomène touche aussi de nombreux sites internet, dont celui d’Apple qui a modifié sa page d’accueil pour afficher une photo de son cofondateur, sobrement titrée : « Steve Jobs: 1955-2011. »

Au siège de la société, les drapeaux ont été amenés à mi-mât. Des employés ont laissé des fleurs sur un banc.

« Pour ceux d’entre nous qui ont été suffisamment chanceux pour travailler avec lui, ça a été un honneur follement grand », a déclaré l’ex-rival Bill Gates, ancien patron de Microsoft et autre icône de l’informatique, en employant l’expression « insanely great » que se plaisait à utiliser Steve Jobs lui-même.

Devant la résidence de Steve Jobs à Palo Alto, voisins et amis ont déposé des fleurs et laissé des messages sur le trottoir. « Merci d’avoir changé le monde », peut-on lire notamment.

UNE ENTREPRISE SOLIDE

Steve Jobs est décédé à Palo Alto, en Californie, entouré de sa femme et de ses plus proches parents, a annoncé Apple, sans autres détails.

Il avait démissionné fin août de son poste de directeur général d’Apple, expliquant que sa santé ne lui permettait plus d’en assumer la charge. Il avait alors transmis à son bras droit Tim Cooks les rênes de l’entreprise, née, selon la légende, dans un garage.

Pour la plupart des analystes et des investisseurs, Steve Jobs laisse une société suffisamment solide pour poursuivre son développement malgré la disparition de celui qui était aussi sa principale source d’innovation et son charismatique promoteur.

Apple, deuxième capitalisation boursière à Wall Street derrière la major pétrolière Exxon Mobil, est toutefois confronté à de nombreux défis, notamment face à la concurrence de Google, dont le système d’exploitation Android équipe de plus en plus de ‘smartphones’.

La firme de Cupertino est aussi engagée dans un bras de fer juridique avec le groupe sud-coréen Samsung Electronics en matière de propriété intellectuelle.

« Steve Jobs a introduit de nombreux changements révolutionnaires dans le secteur des technologies de l’information et il était un grand entrepreneur. Son esprit innovant et ses réussites remarquables resteront gravés à jamais dans l’esprit des gens à travers le monde », a déclaré le patron de Samsung, G. S. Choi.

LES FAMEUSES « KEYNOTES »

La mort de Steve Jobs survient au lendemain de la présentation par Tim Cooks du nouvel iPhone 4S au cours d’une « keynote » comme les mettait en scène Steve Jobs à chaque sortie d’un nouveau produit Apple. Le nouvel appareil n’a guère suscité d’enthousiasme, beaucoup regrettant l’absence d’innovation majeure pour ce produit parmi les plus vendus dans le monde.

Le décès de Steve Jobs a été annoncé après la fin de quasiment tous les échanges à la Bourse de New York. L’action Apple a terminé la séance à 378,25 dollars mais le titre coté à Francfort cédait 3,7% jeudi matin.

Tim Cooks a déclaré qu’Apple organiserait « bientôt » en interne une cérémonie en hommage à Steve Jobs.

« L’intelligence, la passion et l’énergie de Steve ont été la source d’innovations innombrables qui ont enrichi et amélioré la vie de chacun d’entre nous. Le monde est infiniment meilleur grâce à Steve », a écrit Apple dans un communiqué.

La fortune de Steve Jobs est estimée par le magazine Forbes à sept milliards de dollars et on ignore comment elle sera répartie.

Benjamin Massot et Bertrand Boucey pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Publié dans ACTUALITE, homage | Pas de Commentaire »

Rwanda/VICTOIRE INGABIRE: possible récusation de la juge dans le procès Ingabire ?

Posté par Adolphe Habimana le 1 octobre 2011

Rwanda/VICTOIRE INGABIRE: possible récusation de la juge dans le procès Ingabire ? dans ACTUALITE 235631 (Jambonews.net 29/09/2011)

La juge-présidente de l’affaire Ingabire a perdu le contrôle de ses nerfs quand la défense a décliné sa compétence sur la majorité des accusations portées contre Victoire Ingabire.

A Kigali, l’actualité politico-judiciaire de ces trois dernières semaines a été dominée par le procès de Madame Victoire Ingabire. Durant cette période, le procureur a exposé les accusations dont Victoire Ingabire est accusée. Ce 26 septembre était sensé être le premier jour où la défense allait s’exprimer.

Quand elle prit la parole, elle commença pour soulever des déclinatoires de compétences, en d’autres termes, la contestation de la compétence de la jurisdiction qui a été saisi de l’affaire. Autre carte jouée par la défense fut le principe de la non rétroactivité de la loi pénale. Cette grande règle veut que la loi ne peut punir des actes qui se sont passés avant qu’elle ne les ait qualifiés comme étant des infractions.

Trop d’anomalies liées à ces régles fondamentales sont rencontrées dans ce procès-test pour la justice rwandaise. La défense n’a pas maqué de les relever. En effet, selon elle, plus de 75% des faits reprochés par le ministère public n’ont aucun fondement juridique à savoir, à titre d’exemples, que:

La Haute Cour qui juge la leader de l’opposition rwandaise n’aurait pas la compétence pour juger l’accusée pour tout acte relatif à l’idéologie du génocide fait avant la publication de la loi N ° 18/2008 du 23 juillet 2008 telle qu’apparue dans la Gazette officielle du 15 Octobre 2008 ;

La Haute Cour n’aurait pas non plus la compétence pour juger l’accusée pour tout acte ou omission relatif à des actes terroristes fait avant la publication de la loi n° 45/2008 du 9 septembre 2008 et publiée dans le Journal Officiel du 6 avril 2009 ;

La défense a également invoqué l’argument selon lequel la Haute Cour n’aurait pas la compétence pour juger l’accusée de tout acte ou une omission visant à propager des rumeurs dans l’objectif d’inciter le public à haïr l’autorité publique ou à contester sa légitimité ;

Enfin, la défense a estimé que la Haute Cour n’aurait pas la compétence pour juger l’accusée de tout acte ou omission consistant à constituer une force armée fait en dehors du territoire du Rwanda. Par conséquent, l’accusée ne pourrait, toujours selon la défense, être tenue criminellement responsable de tout acte ou omission commis avant le 16 janvier 2010 date à laquelle elle est retournée au Rwanda. (http://www.victoire-ingabire.com)

Tout cela n’a pas plu et a conduit la juge Justice Alice Rulisa à perdre son sang froid au point d’ajourner les audiences pour les reprendre le 04 octobre juste pour permettre à l’accusation de répondre à ces questions normalement basiques pour les hommes du métier.

Ce qui inquiète, parmi d’autres nombreuses inquiétudes en rapport avec ce procès, ce sont les doutes sur la neutralité, l’intégrité et l’indépendance de la juge Alice Rulisa. En effet elle serait fortement apparue très proche des thèses de l’accusation et se serait montrée indubitablement contre la défense de l’accusée Victoire Ingabire.
En effet, on note l’interdiction des avocats de la défense d’entrer avec leur bouteilles d’eau et la quualification de leur argumentation de « choquant et irrespectueux » et également la fouille et la violation du secret des documents de la défense.

Dans un système judiciaire indépendant et juste et si une demande de remplacement du juge pour manque d’impartialité venait à être formulée suite à des comportements semblables, il y aurait peu de doutes que raison serait donnée aux demandeurs.

Pacifique Habimana

Jambonews.net
Par Pacifique Habimana

Publié dans ACTUALITE, actualité africaine | Pas de Commentaire »

Rwanda/ Genocide: Paul Kagame killed president Juvénal Habyarimana….

Posté par Adolphe Habimana le 1 octobre 2011

kgm31.png                        rudasingwa1.jpg

Paul Kagame                                                                                    Théogène Rudasingwa

PAUL KAGAME KILLED PRESIDENT JUVENAL HABYARIMANA, PRESIDENT
CYPRIEN NTARYAMIRA OF BURUNDI, DEOGRATIAS NSABIMANA, ELIE
SAGATWA, THADDEE BAGARAGAZA, JUVENAL RENZAHO, EMMANUEL
AKINGENEYE, BERNARD CIZA, CYRIAQUE SIMBIZI, JACKY HERAUD, JEAN
PIERRE MINABERRY AND JEAN-MICHEL PERRINE1

On August 4, 1993, in Arusha, Tanzania, the Government of Rwanda and the Rwandese Patriotic
Front signed the Arusha Peace Agreement. The provisions of the agreement included a
commitment to principles of the rule of law, democracy, national unity, pluralism, the respect of
fundamental freedoms and the rights of the individual. The agreement further had provisions on
power-sharing, formation of one and single National Army and a new National Gendarmerie
from forces of the two warring parties; and a definitive solution to the problem of Rwandan
refugees.

On April 6, 1994, at 8:25 p.m., the Falcon 50 jet of the President of the Republic of Rwanda,
registration number “9XR-NN”, on its return from a summit meeting in DAR-ESSALAAM,
Tanzania, as it was on approach to Kanombe International Airport in KIGALI,
Rwanda, was shot down. All on board, including President Juvenal Habyarimana , President
Cyprien Ntaryamira of Burundi, their entire entourage and flight crew died.

The death of President Juvenal Habyarimana triggered the start of genocide that targeted Tutsi
and Hutu moderates, and the resumption of civil war between RPF and the Government of
Rwanda. The RPF’s sad and false narrative from that time on has been that Hutu extremists
within President Habyarimana’s camp shot down the plane to derail the implementation of the
Arusha Peace Agreement, and to find a pretext to start the genocide in which over 800,000
Rwandans died in just 100 days. This narrative has become a predominant one in some
international circles, among scholars, and in some human rights organizations.

((1Juvénal
HABYARIMANA, Head of State of Rwanda; Cyprien NTARYAMIRA, Head of State of Burundi; Déogratias NSABIMANA, Chief of Staff of
Rwandan Armed Forces (R.A.F.); Elie SAGATWA, Colonel and Chief of the Military Cabinet of the Rwandan president; Thaddée BAGARAGAZA,
Major and executive officer in the ‘maison militaire’ of the Rwandan president; Juvénal RENZAHO, foreign affairs adviser to the Rwandan president; Emmanuel AKINGENEYE, personal physician to the Rwandan president; Bernard CIZA, Minister of Planning in the government of Burundi; Cyriaque SIMBIZI, Communications Minister of Burundi; and members of the French flight crew, Jacky HERAUD, pilot;. Jean-Pierre MINABERRY, co-pilot; and , Jean-Michel PERRINE, flight engineer.))

The truth must now be told. Paul Kagame, then overall commander of the Rwandese Patriotic
Army, the armed wing of the Rwandese Patriotic Front, was personally responsible for the
shooting down of the plane. In July, 1994, Paul Kagame himself, with characteristic callousness
and much glee, told me that he was responsible for shooting down the plane. Despite public
denials, the fact of Kagame’s culpability in this crime is also a public “secret” within RPF and
RDF circles. Like many others in the RPF leadership, I enthusiastically sold this deceptive story
line, especially to foreigners who by and large came to believe it, even when I knew that Kagame
was the culprit in this crime.

The political and social atmosphere during the period from the signing of the Arusha Accords in
August 1993 was highly explosive, and the nation was on edge. By killing President
Habyarimana, Paul Kagame introduced a wild card in an already fragile ceasefire and dangerous
situation. This created a powerful trigger, escalating to a tipping point towards resumption of the
civil war, genocide, and the region-wide destabilization that has devastated the Great Lakes
region since then.

Paul Kagame has to be immediately brought to account for this crime and its consequences.
First, there is absolutely nothing honorable or heroic in reaching an agreement for peace with a
partner, and then stabbing him in the back. Kagame and Habyarimana did not meet on the
battlefield on April 6, 1994. If they had, and one of them or both had died, it would have been
tragic, but understandable, as a product of the logic of war. President Habyarimana was returning
from a peace summit, and by killing him, Kagame demonstrated the highest form of treachery.
Second, Kagame, a Tutsi himself, callously gambled away the lives of innocent Tutsi and
moderate Hutu who perished in the genocide. While the killing of President Habyarimana, a
Hutu, was not a direct cause of the genocide, it provided a powerful motivation and trigger to
those who organized, mobilized and executed the genocide against Tutsi and Hutu moderates.
Third, by killing President Habyarimana, Kagame permanently derailed the already fragile
Arusha peace process in a dangerous pursuit of absolute power in Rwanda. Kagame feared the
letter and spirit of the Arusha Peace Agreement. As the subsequent turn of events has now
shown, Kagame does not believe in the unity of Rwandans, democracy, respect of human rights
and other fundamental freedoms, the rule of law, power sharing, integrated and accountable
security institutions with a national character, and resolving the problem of refugees once and for
all. This is what the Arusha Peace Agreement was all about. That is what is lacking in Rwanda
today. Last, but not least, Kagame’s and RPF’s false narrative, denials, and deceptions have led
to partial justice in Rwanda and at the International Criminal Tribunal for Rwanda, thereby
undermining prospects for justice for all Rwandan people, reconciliation and healing. The
international community has, knowingly or unknowingly, become an accomplice in Kagame’s
systematic and shameful game of deception.

I was never party to the conspiracy to commit this heinous crime. In fact, I first heard about it on
BBC around 1:00 am on April 7, 1994, while I was in Kampala where I had been attending the
Pan African Movement conference.
I believe the majority of members of RPF and RPA civilians and combatants, like me, were not
party to this murderous conspiracy that was hatched and organized by Paul Kagame and
executed on his orders. Nevertheless, I was a Secretary General of the RPF, and a Major in the
rebel army, RPA. It is in this regard, within the context of collective responsibility, and a spirit of
truth-telling in search of forgiveness and healing, that I would like to say I am deeply sorry about
this loss of life, and to ask for forgiveness from the families of Juvenal Habyarimana, Cyprien
Ntaryamira, Deogratias Nsabimana, Elie Sagatwa, Thaddee Bagaragaza, Emmanuel Akingeneye,
Bernard Ciza, Cyriaque Simbizi, Jacky Heraud, Jean-Pierre Minaberry, and Jean-Michel Perrine.
I also ask for forgiveness from all Rwandan people, in the hope that we must unanimously and
categorically reject murder, treachery, lies and conspiracy as political weapons, eradicate
impunity once and for all, and work together to build a culture of truth-telling, forgiveness,
healing, and the rule of law. I ask for forgiveness from the people of Burundi and France whose
leaders and citizens were killed in this crime. Above all, I ask for forgiveness from God for
having lied and concealed evil for too long.

In freely telling the truth before God and the Rwandan people, I fully understand the risk I have
undertaken, given Paul Kagame’s legendary vindictiveness and unquenchable thirst for spilling
the blood of Rwandans. It is a shared risk that Rwandans bear daily in their quest for freedom
and justice for all. Neither power and fame, nor gold and silver, are the motivation for me in
these matters of death that have defined our nation for too long. Truth cannot wait for tomorrow,
because the Rwandan nation is very sick and divided, and cannot rebuild and heal on lies. All
Rwandans urgently need truth today. Our individual and collective search for truth will set us
free. When we are free, we can freely forgive each other and begin to live fully and heal at last.

Dr. Theogene Rudasingwa

Former: RPF Secretary General, Ambassador of Rwanda to the United States, and Chief of Staff
for President Paul Kagame.

E-mail: ngombwa@gmail.com; Washington, DC. October 1, 2011

PAUL KAGAME NIWE WISHE PEREZIDA JUVENAL HABYARIMANA, PEREZIDA
CYPRIEN NTARYAMIRA W’U BURUNDI, DEOGRATIAS NSABIMANA, ELIE
SAGATWA, THADDEE BAGARAGAZA, JUVENAL RENZAHO, EMMANUEL
AKINGENEYE, BERNARD CIZA, CYRIAQUE SIMBIZI, JACKY HERAUD, JEAN
PIERRE MINABERRY NA JEAN-MICHEL PERRINE1

Itariki 4 z’Ukwamunani, 1993, Arusha, Tanzania, Goverinoma y’u Rwanda n’Umulyango wa
FPR-inkotanyi basinyanye Amasezerano y’ Amahoro y’ Arusha. Bimwe mu byo ayo masezerano
yagombaga gushingiraho n’ubutegetsi bugendera ku mategeko, demokarasi, ubumwe
bw’abanyarwanda, hamwe no kubahiriza uburenganzira bw’ikiremwa muntu. Muri ayo
masezerano hari hakubiyemo nibijyanye no gusaranganya ubutegetsi, gushyiraho umutwe umwe
w’Ingabo z’igihugu na Gendarmerie, hamwe no kurangiza burundu ikibazo cy’impunzi.

Itariki 6 z’Ukwakane, 1994, saa 8:25 za nimugoroba, indege yo mu bwoko bwa Falcon 50 jet
yaritwaye Perezida wa Repubulika w’u Rwanda, nomero “9XR-NN”, ivuye i DAR-ESSALAAM,
Tanzania, aho abakuru bibihugu bo mu karere bari bateranye, igana i Kanombe ku
kibuga cy’indege i KIGALI, Rwanda, yarashwe irahanuka. Abari mu ndege bose, harimo na
Perezida Juvenal Habyarimana, Perezida Cyprien Ntaryamira w’ u Burundi, abari babaherekeje,
na bari batwaye indege bose bayiguyemo.

Gupfa kwa Perezida Juvenal Habyarimana kwabaye imbarutso yo gutangira jenoside yibasiye
abatutsi ndetse na abahutu batavugaga rumwe na leta yaririho icyo gihe. Imirwano yahise
itangira hagati y’ingabo zigihugu niza FPR_Inkotanyi. Kuva icyo gihe, kugeza aya magingo,
Kagame na FPR bakomeje gukwirakwiza ikinyoma bavuga ko igikorwa cyo guhanura indege
cyakozwe na ba extremist babahutu ngo batashakaga gushyira mu bikorwa amasezerano y’

((1 Juvénal HABYARIMANA, Head of State of Rwanda; Cyprien NTARYAMIRA, Head of State of Burundi; Déogratias NSABIMANA, Chief of Staff of Rwandan Armed Forces (R.A.F.); Elie SAGATWA, Colonel and Chief of the Military Cabinet of the Rwandan president; Thaddée BAGARAGAZA, Major and executive officer in the maison militaire’ of the Rwandan president; Juvénal RENZAHO, foreign affairs adviser to the
Rwandan president; Emmanuel AKINGENEYE, personal physician to the Rwandan president; Bernard CIZA, Minister of Planning in the government of Burundi; Cyriaque SIMBIZI, Communications Minister of Burundi; and members of the French flight crew, Jacky HERAUD, pilot;. Jean-Pierre MINABERRY, co-pilot; and , Jean-Michel PERRINE, flight engineer.))

Arusha, kandi ngo bashakaga gutangiza jenoside yaje guhitana abantu barenze 800,000 mu
minsi ijana gusa.

Hari benshi mu rubuga mpuzamahanga, inararibonye, n’imilyango iharanira uburenganzira
bw’ikiremwa muntu bemeye kandi bacyemera icyo kinyoma. Ndi umwe mu bagize uruhare rwo
gukwirakwiza icyo kinyoma, cyane cyane mu banyamahanga.

Igihe kirageze kuvugisha ukuri. Paul Kagame, ariwe wari umugaba w’ingabo za FPR-Inkotanyi
niwe watanze amabwiriza yo kurasa indege yaguyemo Perezida Habyarimana nabo barikumwe
bose. Mu kwa karindwi, 1994, Paul Kagame ubwe yarabinyibwiriye ko “aritwe” twarashe iyo
indege. Mu byukuri ibyo birazwi muri FPR no muri RPA ( Ingabo z’Igihugu) ko Kagame ari we
wishe Habyarimana. Hari amwe mu mahanga azi ukwo kuri, nubwo aruma gihwa, akicecekera.

Ibihe byakurikiye isinywa ry’amasezerano y’ Arusha byari bitoroshye na gato, byasaga nibihatse
akabi. Kwicwa kwa Perezida Habyarimana kwagize ingaruka zikomeye ku Rwanda nakarere
k’Ibiyaga Bigari, kuko kwabaye imbarusto yo gutangira imirwano, genocide, nibindi bikorwa
by’ubwicanyi. Na nubu turacyahanganye n’ingaruka zicyo gikorwa.

Paul Kagame agomba gushyikirizwa ubucamanza mpuzamahanga bidatinze. Icyambere, nta
bugabo cyangwa ubutwari gusezerana nu ndi mugabo , uti dushyire intwaro hasi dushakishe
amahoro, warangiza ukamuca inyuma ukamwica. Kagame na Habyarimana itariki 6 zukwa
kane, 1994, ntibari ku rugamba rwamasasu. Iyo baza kuhahurira, umwe cyangwa bombi
bakagwa ku rugamba byari kuba amakuba ariko byari kuba byunvikana kuko niko intambara
imera. Perezida Habyarimana yaravuye Tanzania, aho we nabandi bakuru bibihugu
bashakishakaga uburyo bwo gushyira mu bikorwa amasezerano. Icya kabiri, Kagame ni
umututsi kandi yarazi neza ingaruka zo kwica Perezida Habyarimana, umuhutu, ku bandi batutsi
ndetse no mu bahutu batavugaga rumwe n’ubutegetsi bwariho. Nubwo ntavuga ko urupfu rwa
Habyarimana arirwo rwateye jenoside, ariko ntawushidikanya ko rwatanze urwitwazo ku nkozi
zibibi mu gukora ayo marorerwa. Icya gatatu, mu kwica Perezida Habyarimana, Kagame
yaragamije gusesa burundu amasezerano y’amahoro y’ Arusha, no kwubaka ingoma y’igitugu
ishingiye kubwicanyi n’ibinyoma , kandi biragaragara mu Rwanda ko yabigezeho. Icya kane,
ubutabera mu Rwanda no mu rukiko mpuzamahanga bwarabogamye kuko bushingiye ku
kinyoma, bityo bituma ubumwe nubwiyunge bigorana kugeraho.

Nta ruhare na ruto nigeze ngira mu gucura no gushyira mu bikorwa umugambi mubisha wo
kwica Perezida Habyarimana nabo bari kumwe. Iyo nkuru nangye nayunvise mwijoro kuri BBC
nka saa saba, itariki 7 z’ukwa kane, 1994, aho nari ndi Kampala, Uganda, mu nama ya Pan
African Movement. Ndahamya ko abenshi muri FPR , baba abasirikare cyangwa abasiviri, ari
nkangye nta ruhare bagize muruwo mugambi w’ ubwicanyi. Kagame niwe ubwe nyirabayazana,
niwe ugomba kubazwa ibijyanye nicyo cyaha byose. Icyakora, nari umwe mu bayobozi bakuru
mu mulyango wa FPR-Inkotanyi, kandi ndi umusirikare ufite ipeti rya Majoro mu gisirikare cya
FPR. Niyo mpanvu ibyakozwe bibi kandi byitirirwa FPR nkiyirimo kandi nari mbereye umwe
mu bayobozi nangye bindeba. Mpisemo kuvugisha ukuri mu gushakisha kubabarirana no gukira.
Niyo mpanvu, mbikuye ku mutima, nsaba imbabazi imilyango ya Juvenal Habyarimana, Cyprien
Ntaryamira, Deogratias Nsabimana, Elie Sagatwa, Thaddee Bagaragaza, Emmanuel Akingeneye,
Bernard Ciza, Cyriaque Simbizi, Jacky Heraud, Jean-Pierre Minaberry, na Jean-Michel Perrine.
Mboneyeho no gusaba imbababazi abanyarwanda bose, kandi mbasaba ko twese twiyemeza
kwanga ubwicanyi, ubugambanyi, nibinyoma nkintwaro muli politike, kurandura burundu
umuco wo kudahana, no gukorera hamwe kwubaka umuco wo kworoherana, kubabarirana,
ubumwe, ubwiyunge, gukira no kugendera ku mategeko.. Ndasaba imbabazi u Burundi bwiciwe
abayobozi, nu Bufaransa bwiciwe abaturage bakoreraga u Rwanda. Byumwihariko ndasaba
Imana ngo imbabalire ko navuze ibinyoma igihe kirekire cyane, ngahishira umwicanyi wateje
imiborogo n’amarira mubo yiciye.

Nta gahato, nvuze ukuri imbere y’Imana na banyarwanda. Nka bandi banyarwanda mu Rwanda
cyangwa hanze yarwo, kuvugisha ukuri bifite ingaruka. Paul Kagame afite ukuboko kudahaga
kumena amaraso y’abanyarwanda. Izo ngaruka tuzazirengera mu nzira twahisemo yo guharanira
inyungu zabanyarwanda bose. Kuvugisha ukuri ntabwo twakomeza kubisubika. Bikenewe uyu
munsi. Ntabwo ibi mbikoze gushakisha ubutegetsi cyangwa ubundi bukungu. Mbikoze mu
gukomeza gushakisha ikya kiza urupfu nakarengane bimaze kuba akarande mu Rwanda rwacu.
Ukuri nikwo kuzatuvana ku ngoyi. Umunsi twavuye ku ngoyi , tukagira ubwigengye busesuye,
nibwo tuzababarirana nta gahato, hanyuma ubwo ibihe byo gukira bizaba bigeze.

Dr. Theogene Rudasingwa

Rudasingwa yahoze ari Umunyamabanga Mukuru wa FPR (1993-1996), Ambasaderi w’u
Rwanda muri USA ( 1996-1999); n’Umunyamabanga Mukuru wi Biro bya Perezida Paul
Kagame ( 2000-2004).

E-mail: ngombwa@gmail.com; Washington, DC. October 1, 2011

Publié dans ACTUALITE, actualité africaine, ACTUALITE MONDIALE | 1 Commentaire »

 

L'univers de la Supply Chain |
NEW AYITI |
Blog rémi gaillard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le résumé des meilleurs con...
| Code Promo
| Le blog des bonnes questions