GB/RWANDA: la police met en garde deux opposants rwandais

Posté par Adolphe Habimana le 31 mai 2011

 

Le président Kagame

Le président Kagame dirige le Rwanda d’une main de fer

Deux hommes d’origine rwandaise vivant en exil en Grande-Bretagne ont reçu de la police une mise en garde, les prévenant que leur vie est en danger.
Un homme soupçonné de vouloir les assassiner a, en effet, été intercepté alors qu’il tentait d’entrer au Royaume-Uni.
Une affaire embarrassante pour Kigali.
« Le gouvernement rwandais représente un danger immédiat pour votre vie » indique la mise en garde écrite remise par la police britannique à René Mugenzi et Jonathan Musonera.

Les deux hommes sont des exilés rwandais, installés à Londres.

Toujours selon la police, ce danger pourrait se matérialiser sous n’importe quelle forme.

Apparemment, peu avant d’aller frapper à la porte de René Mugenzi et Jonathan Musonera, la police anti-terroriste avait arrêté un Rwandais alors qu’il essayait d’entrer en Grande-Bretagne.
Suite à un interrogatoire, le suspect – qui n’a pas été identifié – a été refoulé.

René Mugenzi et Jonathan Musonera sont tous deux actifs dans des mouvements politiques d’opposition au président Kagamé.

La police britannique les a informés du fait qu’elle ne peut pas garantir leur sécurité et leur a conseillé d’installer des alarmes à leur domicile, voire de déménager.

L’ambassade du Rwanda à Londres dément toute implication dans un projet qui viserait à éliminer les deux hommes.

Dans un communiqué, l’ambassadeur déclare : « le gouvernement rwandais ne menace pas la vie de ses ressortissants où qu’ils vivent ».

Source: BBC Afrique

Publié dans ACTUALITE, actualité africaine | Pas de Commentaire »

france: La photo de Naffissatou Diallo-DSK ne l’oubliera jamais.

Posté par Adolphe Habimana le 25 mai 2011

naffissatoudiallo.jpg                                dsk.jpg

Naffissatou Diallo(fille)                                                 DSK en mennotte escorté par la police de New york

Elle est certainement la femme qui fait couler beaucoup d’encre après l’affaire Monica Lewinsky-Bill Clinton. Tout le monde attend la suite de cette histoire. Le président d’une puissance telle que les USA a versé les larmes en public et voila le haut fonctionnaire du FMI qui se retrouve en mennotte pour l’histoire de paire de fesse… Quelle puissance!

monica.jpg                      clinton.jpg

monica Lewinsky                                                       le président Americain Bill Clinton

Faites attention avec ce fruit défendu! A croquer avec modération et surtout par consetement mutuel .

BisouFaites l’amour et non la guerre

Publié dans ACTUALITE | Pas de Commentaire »

France/Rwanda:Agathe Habyarimana persona non grata en France

Posté par Adolphe Habimana le 25 mai 2011

agathehabyarimana.jpg

Agathe Habyarimana et son mari, alors président du Rwanda, au palais de l’Elysée en 1977.

AFP

Par RFI / AFP

La veuve de l’ancien président rwandais s’est vu notifier début mai, par les autorités françaises, un refus de séjour en France. Agathe Habyarimana réside depuis plus de dix ans sur le territoire français. Elle ne sera toutefois pas expulsée vers le Rwanda, qui réclame son extradition. L’assassinat de son mari, Juvénal Habyarimana, a été l’élément déclencheur du génocide en avril 1994.

Le refus de séjour d’Agathe Habyarimana, rendu public ce mardi 24 mai 2011, lui a été notifié le 4 mai dernier par la préfecture de l’Essonne (près de Paris) et le ministère de l’Intérieur. La commission du titre de séjour avait auparavant émis un avis défavorable.

La veuve de l’ancien président rwandais, qui fait l’objet d’un mandat d’arrêt international émis en octobre 2009 par les autorités rwandaises pour génocide et crimes contre l’humanité et dont Kigali demande l’extradition, « pourrait être reconduite à la frontière des pays dans lesquels elle établit être admise légalement, sauf le Rwanda », a précisé la préfecture.

Son avocat Me Philippe Meilhac a annoncé qu’il allait déposer, mardi ou mercredi, un recours devant le tribunal administratif de Versailles (près de Paris). Cette décision relève, selon lui, d’une « volonté politique de la France, compte tenu du rapprochement récent avec le Rwanda, de ne pas froisser ce nouvel allié ».

« Instigatrice ou complice »

La veuve de l’ancien président avait obtenu du tribunal administratif de Versailles, en décembre 2010, un nouvel examen de sa demande de titre de séjour. Ce titre lui avait été refusé en juillet par la préfecture de l’Essonne qui avait estimé qu’elle constituait une « menace à l’ordre public ».

Placée sous contrôle judiciaire, elle doit comparaître le 29 juin devant la cour d’appel de Paris qui statuera sur la demande d’extradition du Rwanda. En octobre 2009, le Conseil d’Etat (la plus haute juridiction administrative française) avait refusé une demande d’asile de Madame Habyarimana présentée cinq ans plus tôt, arguant qu’il y avait des « raisons sérieuses de penser » qu’elle était impliquée « en tant qu’instigatrice ou complice » dans le génocide rwandais.

Agathe Habyarimana fait par ailleurs l’objet depuis 2008 d’une enquête à Paris à la suite d’une plainte d’une association française, pour complicité de génocide. L’attentat contre le président hutu Juvénal Habyarimana, le 6 avril 1994, est considéré comme l’élément déclencheur du génocide qui a fait plus de 800 000 morts, essentiellement parmi la minorité tutsi, selon l’ONU.

tags: FranceJusticeJustice internationalePaul KagameRwanda

Publié dans ACTUALITE, actualité africaine | Pas de Commentaire »

Afrique/ Côte d’Ivoire:Marie Antoinette Gbagbo sort de son mutisme pour défendre ses parents

Posté par Adolphe Habimana le 23 mai 2011

        singleton1.jpg

Madame Marie-Antoinette SINGLETON : Fille de GBAGBO vivant aux États-Unis

Installée aux États-Unis, la fille de Simone Gbagbo sort de l’ombre pour organiser la défense de ses parents.

Interviews dans les médias internationaux, lettre au président Sarkozy, appels téléphoniques répétés aux autorités d’Abidjan… Marie-Antoinette Singleton, fille de Simone Gbagbo et belle-fille de Laurent Gbagbo, se démène pour avoir des nouvelles de ses parents. Les images de l’arrestation de sa famille l’ont poussée à se rapprocher d’Alain Toussaint, organisateur de la « résistance » en France, pour mettre en place un collectif d’avocats chargé d’assurer leur défense. « Les forces pro-Ouattara exhibent ma mère aux badauds contre espèces sonnantes et trébuchantes, dénonce-t-elle. Mais, au-delà de la famille, je mène un combat pour la Côte d’Ivoire et pour toute l’Afrique. Mes parents ont toujours lutté pour l’indépendance et la démocratie. »

gbagbo.jpg                             simonegbagbo.jpg

 

Chrétienne évangélique

Née de l’union entre sa mère et Joseph Ehouman Dadji, gendarme de son état, Marie-Antoinette Singleton, 37 ans, a passé son enfance à Bassam avec son père et sa sœur. Avant de rejoindre Laurent et Simone à la Riviera Golf, à Abidjan. C’est l’époque des réunions du Front populaire ivoirien (FPI). Elle découvre les figures historiques du parti comme Émile Boga Doudou, Aboudramane Sangaré et Marcel Gossio. « On leur servait le gnamankoudji (jus de gingembre, ndlr) », se rappelle-t-elle. Élève au lycée Sainte-Marie à Cocody, elle participe parfois aux manifestations. Et se souvient notamment des militaires arrêtant les militants, en février 1992. « Avec mes sœurs, on a appris à apprivoiser la peur », précise cette chrétienne évangélique.

Après le bac, elle obtient une licence d’anglais à l’université de Ouagadougou, au Burkina. Elle décroche ensuite un master en administration publique à Atlanta, aux États-Unis, où elle s’installe et épouse un homme d’affaires américain, également évangélique, avec qui elle a trois enfants. Très impliquée dans des associations caritatives et religieuses, elle était, jusqu’au début de l’année, conseillère à l’ambassade de Côte d’Ivoire à Washington, mais elle a quitté son poste pour dénoncer l’éviction de l’ambassadeur Charles Yao Koffi, remplacé par Daouda Diabaté. « Je ne me vois pas servir dans l’administration Ouattara », assène-t-elle. Un caractère bien trempé qui n’est pas sans rappeler celui de sa mère.

Pascal Airault in Jeune Afrique

simonegbagbo1.jpg        bagbo1.jpgbagbo2.jpg     simonegbagbo3.png

Publié dans ACTUALITE, actualité africaine | Pas de Commentaire »

Posté par Adolphe Habimana le 22 mai 2011

Homage à Christophe Matata http://youtu.be/_C2LWnLkQ1E

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans homage, Musique | Pas de Commentaire »

Les relations UK(la Grande Bretagne) – RWANDA tournent au vinaigre ?

Posté par Adolphe Habimana le 22 mai 2011

reinedangleterre13247w250.jpg                                    kgm32.png

La reine  d’Angleterre                                                                  Paul Kagame poing fermé sur le Rwanda

samedi 21 mai 2011

Un de nos lecteurs anglo-rwandais nous disait récemment que le vent semblait avoir tourné dans la presse britannique parce qu’il y lisait de plus en plus d’articles négatifs concernant le régime au pouvoir Rwanda.

Il y a quelques semaine The Independent avait traité des démêlées de l’ambassadeur du Rwanda au Royaume-Uni avec le MI-5. Le service renseignement britannique

qui l’enjoignait de cesser ses activités « indésirables » dans la communauté des Rwandais exilés.

La dernière nouvelle concernant cette même communauté qui était au milieu de la semaine à La Une de nombreux médias britanniques – dont la BBC – évoquait des menaces de mort qui concernait deux exilés rwandais actifs dans les milieux de l’opposition rwandaise outre-manche.

Au début de la semaine dernière, les autorités britanniques auraient intercepté un individu qui été en mission pour attaquer des membres de cette opposition.

Au début de celle-ci, lorsque nous nous sommes nous-mêmes présentés devant des agents des services de l’immigration britannique en gare du midi, il nous a fallu plus d’un quart d’heure pour pouvoir rejoindre les autres voyageurs dans le TGV à destination de Londres.

La raison qui nous été communiquée est qu’une autre personne portant exactement les mêmes noms mais née à une différente date avaient essayé d’entrer au Royaume-Uni et il fallait donc vérifier qui nous étions…

La police britannique n’a pas retenu l’individu qui devait s’en prendre à rwando-britanniques malgré qu’elle annonce qu’elle dispose d’indices sérieux que le régime de Kigali manœuvre pour faire taire ces critiques. Elle a prévenu deux personnes qu’elles étaient menacées par le régime qu’elles combattent et qu’elles devraient prendre leurs précautions en termes de sécurité !

Ce dernier épisode de la guerre de l’ombre rwando-rwandaise, rappelle la tentative d’assassinat contre le général Kayumba Nyamwasa en Afrique du sud il y a bientôt un an.

Le régime du Front patriotique rwandais avait été fortement suspecté par les autorités judiciaires sudafricaines d’avoir commandité cette tentative de liquidation de l’ancien patron du renseignement militaire rwandais puis chef d’Etat-major de l’armée rwandaise.

Les relations jusque là bonnes entre Pretoria et Kigali en ont beaucoup soufferts et elles ne sont pas prêtes à s’améliorer vu que l’administration Zuma a refusé d’extrader le général Kayumba Nyamwasa et le colonel Patrick Karegeya que des juges militaires rwandais ont condamné in absentia pour divers crimes… habituels (atteintes à la sûreté de l’Etat, divisionnisme, subversion, etc.).

Tout ne va donc pas bien dans le meilleur des Rwanda – et autour – comme certains veulent nous le faire croire. Ngwino urebe pour les uns et ceceka cyangwa nkumene* pour les autres… ?!

Si Kagame et consorts sont prêts à sacrifier leur image relativement positive dans des pays alliés ou amis, c’est que l’enjeu est de taille.

À suivre donc !

NKB 21/05/2011

GB : la police met en garde deux opposants rwandais (BBC Afrique, 20/05/2011)

Publié dans ACTUALITE, actualité africaine | Pas de Commentaire »

Rwanda/génocide: La fin des procès « Gacaca » repoussée à décembre 2011

Posté par Adolphe Habimana le 22 mai 2011

Les tribunaux gacaca ne sont pas constitués de juges professionnels.

Les tribunaux gacaca ne sont pas constitués de juges professionnels.© D.R.

Nouveau report pour les gacaca. À la fin de l’année 2011, ces juridictions populaires et traditionnelles rwandaises devront avoir fini leurs travaux concernant les derniers suspects – non planificateurs – du génocide de 1994.

Publié sur le site officiel du gouvernement rwandais, un communiqué du ministre de la Justice Tharcisse Karugarama a fait savoir qu’un rapport final viendra clore officiellement le chapitre des gacaca en décembre 2011. À plusieurs reprises déjà, la complexité de certaines affaires, alliée aux nombreux recours et à la découverte de nouveaux faits avaient poussé les autorités rwandaises à décaler le délai imparti à ces juridictions populaires traditionnelles. Début mai, les gacaca avaient ainsi jusqu’à juillet pour traiter quelque 97 dossiers restants.

Des tribunaux pas oridnaires

« Nous sommes heureux d’avoir un système unique qui répond aux besoins de notre peuple ; il peut ne pas être parfait pour d’autres nations mais il nous aide beaucoup », a précisé le ministre rwandais de la Justice.

Les juges gacaca (prononcer gatchatcha, NDLR) ne sont pas des magistrats professionnels, mais des personnes réputées intègres, élues au sein d’une communauté locale. Ce système instauré par la justice rwandaise a notamment permis d’organiser des conciliations entre les survivants du génocide et des proches des personnes suspectées d’y avoir participé pour juger de manière équitable les accusés.

Les procès ont donné lieu à des peines d’emprisonnement allant de 5 à 10 ans, à des peines de perpétuité (totalisant 5 à 8% des verdicts ) et à des acquittements (20 à 30%).

Près de 1,4 million de dossiers

Les gacaca étaient compétentes pour juger tous les auteurs présumés du génocide, à l’exception des planificateurs aux niveaux national et préfectoral, qui eux ont rendus des comptes aux tribunaux classiques. Une méthode qui a permis de traiter près de 1,4 million de dossiers depuis mars 2005. « Une grande réalisation, qui aurait été impossible autrement » précise dans son communiqué le ministre de la Justice.

Le système n’est cependant pas parfait : certains juges gacaca ont été eux-mêmes accusés de génocide, puis jugés et condamnés, ou acquittés par leurs pairs… D’autres encore ont été surpris en flagrant délit de corruption par des accusés ou des membres de leurs familles. (avec AFP)

Lire l’article sur Jeuneafrique.com : Génocide rwandais : la fin des procès gacaca repoussée à décembre 2011 | Jeuneafrique.com – le premier site d’information et d’actualité sur l’Afrique

//

Publié dans ACTUALITE, actualité africaine | Pas de Commentaire »

Posté par Adolphe Habimana le 20 mai 2011

 dans ACTUALITE 015052011185423000000dskplaidenoncoupable

le Français Dominique Strauss-Kahn

Le directeur général du Fonds monétaire international, le Français Dominique Strauss-Kahn a été inculpé dimanche d’agression sexuelle et tentative de viol, accusations qu’il nie selon son avocat, que sa femme rejette et qui, en France, provoquent un séisme politique.

M. Strauss-Kahn « a été inculpé d’agression sexuelle, de séquestration de personne et de tentative de viol, sur la personne d’une jeune femme de 32 ans dans une chambre d’hôtel à New York », a annoncé aux journalistes Ryan Sesa, porte-parole de la police à Harlem (nord de Manhattan).

Ces faits sont passibles de vingt ans de prison dans l’État de New York. Mais le patron du FMI nie tous les faits qui lui sont reprochés et va plaider non coupable, a indiqué à l’AFP son avocat à Washington, William Taylor.

Sa femme, l’ancienne journaliste Anne Sinclair, a affirmé dans un communiqué qu’elle ne croyait « pas une seule seconde aux accusations qui [étaient] portées contre [son] mari », avant d’appeler « chacun à la décence et à la retenue ».

Surnommé « DSK », le candidat socialiste préféré par les sondages pour la présidentielle française de 2012, âgé de 62 ans, est détenu depuis samedi après-midi dans un commissariat de Harlem après avoir été débarqué d’un vol Air France à destination de Paris quelques minutes avant son décollage.

Déféré au parquet

Devant le bâtiment de briques rouges, plusieurs voitures de police bloquaient dimanche matin l’accès à une trentaine de journalistes massés dans un épais brouillard. Le responsable français devait être déféré au parquet dans la journée de dimanche.

« Nous l’avons placé en garde à vue et remis à la police de New York » (NYPD), a déclaré à l’AFP sous couvert d’anonymat un responsable de l’Autorité des ports de New York et du New Jersey. Selon des médias locaux, la femme de ménage serait entrée dans sa chambre d’hôtel pensant qu’elle était inoccupée. M. Strauss-Kahn serait ensuite sorti nu de la salle de bain et l’aurait agressée sexuellement, a indiqué le New York Times, citant le responsable de la police de New York, Paul Browne.

Selon les dires de cette femme, il l’aurait saisie, forcée à entrer dans la chambre à coucher, puis aurait verrouillé la porte, a relaté la même source. Elle se serait débattue mais il l’aurait traînée dans la salle de bain et à nouveau agressée sexuellement, selon le Times.

La chaîne MSNBC a précisé qu’il l’aurait contrainte à lui faire une fellation. Selon des sources policières, M. Strauss-Kahn aurait quitté précipitamment l’hôtel Sofitel où il était descendu, en abandonnant son téléphone portable et des effets personnels.

Plus tôt, le New York Post et le New York Times avaient annoncé l’arrestation de M. Strauss-Kahn, ancien ministre des Finances, probable candidat à la primaire du Parti socialiste en vue de l’élection présidentielle française de 2012.

Dans un communiqué dimanche, le FMI a dit que l’institution restait « pleinement opérationnelle » mais n’a souhaité faire aucun commentaire sur l’affaire. M. Strauss-Kahn a reçu samedi soir la visite d’un diplomate français, dans le cadre de la « protection consulaire » que la France octroie à tous ses ressortissants, selon le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bernard Valero, à Paris. « Nous sommes et restons en contact étroit avec le FMI et les autorités américaines », a-t-il ajouté, sans plus de commentaire.

« 10 minutes avant le départ prévu du vol »

Selon le New York Times, « il était 16h45 [18h45 GMT] quand des enquêteurs en civil de l’Autorité des ports de New York et du New Jersey ont soudainement embarqué à bord du vol Air France 23 [...] et emmené M. Strauss-Kahn en garde à vue », a déclaré John Kelly, porte-parole de l’Autorité.

« Cela s’est passé 10 minutes avant le départ prévu du vol », selon le porte-parole cité par le journal. Les agents de l’Autorité agissaient sur la base d’une information de la police de New York qui enquêtait « sur une brutale agression d’une employée de l’hôtel Sofitel New York », situé au 45 West 44th Street, selon la même source.

M. Strauss-Kahn avait prévu une visite dimanche à Berlin et devait être reçu par la chancelière Angela Merkel. Il devait également participer lundi à une réunion des ministres des Finances de la zone euro à Bruxelles, puis prononcer un discours mercredi au 12e Forum économique de Bruxelles, un événement organisé par la Commission européenne.

M. Strauss-Kahn a été nommé en septembre 2007 à la tête du FMI pour un mandat de cinq ans pour réformer en profondeur cette institution. En 2008, le FMI avait commandé une enquête sur son directeur général à la suite d’une relation extra-conjugale entre l’ex-ministre des Finances et une ex-responsable du département Afrique, Piroska Nagy.

L’enquête a établi qu’elle n’avait bénéficié d’aucun traitement de faveur, et qu’il n’y a pas eu « de harcèlement, ni de favoritisme ni aucun autre abus de pouvoir ». Mais le FMI lui avait alors reproché une « grave erreur de jugement », dans une affaire qui avait fait la Une de la presse mondiale.

Économiste reconnu, sa candidature à la présidentielle française en 2012 pour porter les couleurs socialistes était plébiscitée jusqu’alors dans les sondages.

En France, les réactions dimanche matin faisaient douter de son avenir politique. La gauche se disait sonnée même si elle insistait sur le nécessaire respect de la présomption d’innocence. C’est un « coup de tonnerre », a déclaré la dirigeante des socialistes Martine Aubry, se disant « stupéfaite ». Le gouvernement, par la voix de son porte-parole, a appelé à la « prudence » et au respect de « la présomption d’innocence ».

Lire l’article sur Jeuneafrique.com : FMI : inculpé d’agression sexuelle, DSK va plaider non coupable | Jeuneafrique.com – le premier site d’information et d’actualité sur l’Afrique

Dominique Strauss-Kahn est resté assez impassible à l'annonce de sa prochaine libération.

Dominique Strauss-Kahn est resté assez impassible à l’annonce de sa prochaine libération.© Capture LCI.

L’inculpation de Dominique Strauss-Kahn, accusé d’agression sexuelle, a été confirmée par le grand jury d’un tribunal new-yorkais. Mais le juge a décidé de mettre en liberté conditionnelle l’ex-patron du FMI contre le versement d’une caution d’un million de dollars, et une garantie supplémentaire de 5 millions de dollars.

Fin du premier acte. Si Dominique Strauss-Kahn a été formellement inculpé jeudi à New York par une chambre d’accusation (grand jury) de plusieurs chefs d’accusation dont tentative de viol, il a néanmoins été remis en liberté sous caution par un juge new-yorkais. La prochaine audience a été fixée au 6 juin.

« DSK dispose de moyens personnels, politiques et financiers pour fuir. C’est une personnalité internationale, qui jouit d’une influence dans le monde entier », avait déclaré le procureur John McConnell pour tenter de convaincre le juge de ne pas accorder de libération sous caution. Il avait également rappelé que la France ne procède pas à l’extradition de ses ressortissants.

Le procureur a en outre estimé que la caution d’un million de dollars proposée par les avocats de DSK ne suffisait pas, d’autant que les garanties supplémentaires présentées par ce dernier n’étaient selon lui pas suffisantes. « Nous n’avons rien vu des avoirs du défendeur », a-t-il argumenté, expliquant que le titre de propriété de la maison de Washington, proposé par les avocats de DSK, n’est pas à son nom, mais à celui de sa femme Anne Sinclair.

Gardien armé et contrôle électronique

Le juge a bien tenu compte des observations du procureur, en décidant d’une caution plus importante que celle proposée : le million de dollar devra être versé avec une garantie supplémentaire de 5 millions de dollars (sous forme d’assurance probablement). DSK ne doit pas non plus être assigné à résidence chez sa fille, mais dans un autre domicile. L’appartement de son épouse Anne Sinclair, d’une valeur de 4 millions de dollars, devrait être placé sous hypothèque et DSK devra, en plus d’être soumis à un contrôle électronique (par caméras et pas forcément par bracelet), payer un gardien armé qui restera en permanence devant chez lui.

Les avocats de la défense ont donc réussi à faire prévaloir leur point de vue. « Dominique Strauss-Kahn est un homme respectable. Il comparaîtra devant la justice », avait indiqué Me William Taylor. Mais celui-ci n’a pas réussi à obtenir la libération immédiate de son client. Le juge a expliqué qu’il exigeait que toutes les garanties demandées soient mises en place avant que DSK soit libéré. Celui-ci doit donc passer une quatrième nuit à la prison de Rikers Island et devrait recouvrer une liberté conditionnelle d’ici à vingt-quatre heures.

Visé par sept chefs d’accusation – dont tentative de viol et séquestration d’une femme de chambre d’hôtel, une Guinéenne de 32 ans -, l’ancien patron du Fonds monétaire international (FMI), qui a démissionné de son poste jeudi, risque de 15 à 74 ans de prison. (avec AFP)

x

Envoyer un article

Tous les champs marqués * sont obligatoires

Tous les champs sont obligatoires



Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte,
les adresses internet seront converties automatiquement.

Chargement


-->

envoyer

-->

Votre message a été envoyé. Il sera publié aprés avoir été éxaminé par notre équipe de modération.

!Tous les champs ne sont pas remplis correctement.

Quelques recommandations d’usage à l’attention des internautes

Vous voulez donner votre avis sur l’un des articles? Rien de plus simple, tous les commentaires sont les bienvenus. Cependant, gardez à l’esprit que vos réaction font l’objet d’une modération régulière. Ce qui signifie que Jeuneafrique.com se réserve le droit de choisir les commentaires qui seront mis en ligne.

Bien évidemment, nul besoin de préciser que les textes hors-sujet, injurieux, écrits en langage SMS ou en majuscules ne seront pas publiés.

Voir les conditions d’utilisation des commentaires

< a href="http://www2.smartadserver.com/call/pubjumpi/4318/28209/1404/M/[timestamp]/?">< img src="http://www2.smartadserver.com/call/pubi/4318/28209/1404/M/[timestamp]/?" border="0" alt="" />

La femme et la fille du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi ont fui la Libye pour se réfugier en Tunisie voisine, a assuré la secrétaire d'Etat L’épouse de du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, Safiya Kadhafi, à Tripoli le 1er septembre 2003[...]

Nicolas Sarkozy répète que le 'printemps arabe' a changé la donne. Plus question de protéger un autocrate allié au détriment des droits de Laurent et Simone Gbagbo peu après leur arrestation, le 11 avril 2011 à Abidjan[...]

Un mois après la reddition de son prédécesseur Laurent Gbagbo, Nicolas Sarkozy vient apporter samedi son onction au président ivoirien Alassane Alassane Ouattara prête serment à Abidjan, le 6 mai 2011[...]

    Des soldats libyens devant les ruines d’un bâtiment abritant les bureaux de Mouammar Kadhafi, le 25 avril 2011[...]

'Une bombe a explosé tôt ce matin', a déclaré à l'AFP le directeur adjoint de la police de l'Etat de Borno, dont Maiduguri est la capitale, Siège de la police de Maiduguri, au nord-est du Nigeria.[...]

Une bombe a explosé jeudi à Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria, blessant cinq soldats et policiers, quelques heures après l'attaque d'un Vue de Maiduguri, ville du nord-est du Nigeria.[...]

L'Otan a 'sérieusement cassé' la machine de guerre de Mouammar Kadhafi en Libye, a déclaré jeudi le secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Le secrétaire général de l’Otan Anders Fogh Rasmussen à Washington le 12 mai 2011[...]

< a href="http://www2.smartadserver.com/call/pubjumpi/4318/28209/1484/S/[timestamp]/?">< img src="http://www2.smartadserver.com/call/pubi/4318/28209/1484/S/[timestamp]/?" border="0" alt="" />

Playplayer

Playplayer

Playplayer

Arnaud Montebourg : « Ceux qui ont fait la révolution ailleurs nous aident à faire la nôtre, en France »

De passage dans les locaux de Jeune Afrique, le 11 mai dernier, le socialiste français Arnaud Montebourg a détaillé sa vision des révolutions[...]

Dominique de Villepin : « La voix de la France est amoindrie dans le monde arabe »

Alors qu’il vient de lancer son « projet citoyen » pour 2012, dans le cadre de son mouvement « République solidaire », l’ancien Premier ministre[...]

Mamane Malam Annou : » Le gouvernement nigérien a respecté tous ses engagements »

Un peu plus d’un an après la chute de l’ex-président Mamadou Tandja, le Niger est sur le point d’achever sa transition démocratique,[...]

Alger dans tous ses états

Alger l’Africaine, porte d’entrée du continent. Alger la Méditerranéenne, jolie escale surannée sur la plus vieille mer du monde. Alger…

Libye : objectif Kaddafi

Les Occidentaux veulent le renverser. Lui compte retourner l’opinion mondiale en sa faveur. Les premiers sont pressés d’en finir, le second mise sur l’enlisement. Qui aura le dernier mot ?…

  • -BAD-Kenya-transport-Liberia-, BTP et infrastructures : des chantiers 'africanesques'
  • -emploi-jeunesse-récession-croissance-, Emploi : bonnes perspectives pour 2011
  • -BAD-Onep-eau-potable-OMD-, Eau : l'assainissement, nouvelle urgence

BTP et infrastructures : des chantiers « africanesques »

Le continent n’en finit pas de se construire. L’énergie et les transports trustent l’essentiel des projets d’aménagement. Un marché que se partagent des entreprises des…

Emploi : bonnes perspectives pour 2011

Entre des sociétés stratégiques convoitant les cadres et un secteur tertiaire, grand employeur des jeunes, le marché du travail sur le continent se révèle…

Eau : l’assainissement, nouvelle urgence

Malgré de gros investissements, les Objectifs du millénaire pour le développement en matière d’assainissement apparaissent hors de portée pour l’Afrique. …

  • -USA-terrorisme-Barack-Obama-Oussama-Ben-Laden-, Spécial Ben Laden : le djihad sans tête
  • -anniversaire-Afrique-Zimbabwe-musique-, Bob Marley, 30 ans déjà...
  • -Algérie-Maroc-Libye-Mauritanie-, Un nouveau monde arabe

Spécial Ben Laden : le djihad sans tête

Le chef d’Al-Qaïda a été froidement exécuté par les Américains. Qui va y gagner ? Y perdre ? Que reste-t-il de l’utopie sanglante qu’il y symbolisait ?…

Bob Marley, 30 ans déjà…

Décédé le 11 mai 1981, il y a trente ans, Bob Marley était un chanteur populaire dont la renommée avait dépassé les frontières de sa…

Un nouveau monde arabe

Publié dans ACTUALITE | Pas de Commentaire »

Génocide: Le général Augustin Bizimungu condamné à 30 ans de prison

Posté par Adolphe Habimana le 20 mai 2011

Génocide: Le général Augustin Bizimungu condamné à 30 ans de prison dans ACTUALITE 017052011135832000000bizimungucondamnetpir

Le TPIR a infligé une peine de trente ans de prison au général Augustin Bizimungu, ancien chef d’état-major de l’armée rwandaise pendant le génocide de 1994. Trois autres gradés ont également été condamnés.

L’affaire dite « Militaire II » trouve son épilogue. Le principal accusé, le général Augustin Bizimungu, qui avait été nommé à la tête de l’armée rwandaise le 16 avril 1994, en plein génocide, a été condamné mardi à 30 ans de prison ferme pour « crime de génocide » par le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), basé à Arusha (Tanzanie).

Plusieurs hauts gradés ont également été condamnés . L’ancien chef d’état-major de la gendarmerie, le général Augustin Ndindiliyimana, s’est vu infliger « une peine équivalent au temps passé en détention depuis son arrestation ». Il devrait donc être prochainement libéré.

Deux autres hauts responsables militaires ont quant à eux écopés de 20 ans de prison. Il s’agit du major François-Xavier Nzuwonemeye, ancien commandant du bataillon de reconnaissance, et du capitaine Innocent Sagahutu, qui commandait un escadron de cette unité d’élite. (avec AFP)

Lire l’article sur Jeuneafrique.com : Génocide : l’ex-chef d’état-major rwandais condamné à 30 ans de prison | Jeuneafrique.com – le premier site d’information et d’actualité sur l’Afrique

Publié dans ACTUALITE, actualité africaine | Pas de Commentaire »

Posté par Adolphe Habimana le 13 mai 2011

kgm31.png

HE Kagame Paul

Lettre d’Afrique

Triste printemps rwandais

LEMONDE | 05.05.11 | 14h36 • Mis à jour le 05.05.11 | 14h37

Le voici enfin terminé, ce terrible, cet horrible mois d’avril qui, au Rwanda, marque le temps du génocide de 1994 et, désormais, celui de sa commémoration. Entamée il y a dix-sept ans, un 7 avril, la tentative d’élimination totale des Tutsi et de ceux qui, parmi les Hutu, s’opposaient à ce projet a duré cent jours, s’interrompant en juillet, alors qu’environ 800 000 personnes étaient tuées.

Techniquement, le crime des crimes a duré bien au-delà du sinistre mois printanier. Mais chaque année, c’est en avril que les morts du Rwanda reviennent assaillir les vivants. Dix-sept ans, ce n’est rien, pour les rescapés. Le monde entier semble pressé de passer à d’autres soucis. Pas eux.
Au mois de la commémoration, les âmes saignent. Quiconque est familier du pays connaît ces moments où l’horreur montre à nouveau son visage et vient torturer les vivants. Des enfants se souviennent du supplice enduré par leurs parents. Des parents sont hantés par le martyre de leurs enfants. Familles, voisins, rien n’a résisté au mal. Ceux qui l’ont enduré semblent alors plus seuls que jamais. Pourra-t-on les comprendre un jour ?
Ce ne sont pourtant pas les témoignages qui font défaut sur 1994. Le génocide a ses livres, ses films, ses reconstitutions. Aucun, à ce jour, n’a semblé tout à fait à la mesure du sujet géant auquel il s’attaquait, à de rares exceptions près. L’évocation la plus proche, la plus implacable de cet événement qui dépasse notre entendement reste et demeure la série de témoignages recueillis par Jean Hatzfeld (Dans le nu de la vie. Une saison de machettes, Seuil).
Or, le Rwanda n’est pas seulement un pays en deuil. C’est aussi un pays en mouvement. A la fin de la journée, on file suivre des cours du soir ou vers un second emploi. Une gigantesque envie de bâtir, de créer, se distingue chaque année de manière plus nette. Dans la région désolée du Bugesera où Jean Hatzfeld a donné la parole aux bourreaux et victimes de 1994, on termine de goudronner des routes. Des projets agricoles voient le jour. On sait à quel point la pauvreté, dans un des pays où la densité est une des plus élevées au monde, a constitué un élément moteur de la rage assassine.
Même le Bugesera, donc, se transforme. L’élan est insufflé depuis le sommet de l’Etat, tenu d’une main de fer, celle de Paul Kagamé, qui ne s’est pas desserrée un seul instant depuis 1994. Au début, on disait de lui qu’il était l’ »homme fort » du pays. Depuis, au Rwanda, on l’appelle seulement « HE » (« His Excellency », Son Excellence), grand architecte à la fois du contrôle sévère de la population et de la reconstruction d’un pays qu’il a trouvé en ruine. Les réussites du Rwanda de « HE » laissent bouche bée. « Vision 2020″, un vaste programme conçu il y a dix ans, est mis en place, avec des plans directeurs pour l’urbanisme, des lignes clairvoyantes pour la diversification des activités.
Actuellement, le gouvernement mène une guerre contre les toits de chaume. Car une fois le mois de deuil terminé, gare ! Les derniers toits en paille des maisons paysannes rwandaises doivent avoir disparu avant fin mai, et être remplacés par de la tôle, Vision 2020 oblige. Il paraît que le chaume n’est pas synonyme de développement. Si quelqu’un n’est pas d’accord, il a intérêt à garder ses réflexions pour lui. Au pays de « HE », rien ne doit dépasser, pas un bout de paille, pas une voix, pas une tête. Les journalistes forment la seconde population d’exilés après les responsables politiques tombés en disgrâce.
Malheur à qui se met en travers des élans du maître du pays, et ses fureurs n’épargnent pas ses grands serviteurs. Un ambassadeur en poste en Afrique australe en a fait récemment l’expérience lors d’une grande réunion organisée à l’Hôtel Serena de Gisenyi, au bord du lac Kivu. Sévèrement mis en cause pour ses performances, le diplomate avait décidé de quitter la salle. Sommé de revenir dans le hall de l’hôtel, il s’y est fait gifler devant de nombreux témoins par le président Kagamé. Voilà une carrière interrompue brusquement, et la confirmation d’une tendance, celle des gifles assénées aux responsables jugés fautifs par le maître du Rwanda.
Est-il tolérable qu’un président se comporte de la sorte ? L’avenir, c’est-à-dire la jeunesse rwandaise, le dira. A-t-on pris la mesure de la menace que représentent, pour les chefs d’Etat naviguant dans les eaux du despotisme, les avancées de leur peuple ? La misère n’est pas le seul moteur de la contestation. Au contraire, la prospérité naissante semble renâcler encore plus fort devant les dirigeants qui se figurent régner sur des salles de classe comme autrefois les maîtres d’école, à coups de règle sur les doigts et en interdisant à leurs sujets de bavarder.
Cette leçon a été enseignée d’abord en Tunisie, au mois de janvier. On connaît son succès fulgurant en quatre petits mois qui ont fait le printemps arabe, plus prometteur que le printemps rwandais. Espérons avec les rescapés du génocide rwandais que de mois en d’avril en mois d’avril, leur peine peu à peu se polisse et s’adoucisse. Pour cela, il faudra aussi que peu à peu toutes les vérités des morts soient mises au jour, y compris celles des Hutu massacrés à leur tour, au Rwanda ou au Congo voisin. Cela est-il possible sous la férule d’un « HE » et de ses gifles ? Jusqu’à nouvel ordre, les Rwandais n’ont, de toute façon, pas le droit de poser la question.


jpremy@lemonde.fr
Jean-Philippe Rémy

Article paru dans l’édition du 06.05.11

Publié dans ACTUALITE | Pas de Commentaire »

12
 

L'univers de la Supply Chain |
NEW AYITI |
Blog rémi gaillard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le résumé des meilleurs con...
| Code Promo
| Le blog des bonnes questions